03/10/2009

Notoriété ...

moto80 OCTOBRE 2009_640x480Ne nous voilons pas la face et ne le cachons pas, on a tous quelque part au fond de nous, voire dans notre inconscient, l'envie d'être connu ou reconnu, que ce soit par son entourage professionnel ou familial, pour les actes qu'on pose ...
De là à considérer qu'on a peut-être envie de plus, à savoir d'être "reconnu" DANS LA RUE, il n'y a qu'un pas que certains sociologues franchissent allègrement pour expliquer le succès de la télé-réalité par exemple : beaucoup de gens feraient tout et n'importe quoi pour passer à la télé et obtenir ainsi leur quart d'heure de gloire et plus si pognon à la clé même si ça n'est pas le véritable moteur (on tourne !).
Même si je ne suis pas prêt à tout pour ça, et bien trop introverti, conscient de mes limites et timide quoi qu'on en pense, je dois avouer qu'il m'est déjà arrivé de rêver ...
Alors, pensez, quand François nous a envoyé un e-mail nous annonçant qu'on était dans le journal, Bernadette, Didier, Henri, Jacques et moi, je me suis précipité au kiosque pour en avoir le coeur net !!
Je me suis fendu de 4 € et j'ai acheté le dernier "Moto 80". Et c'est vrai qu'en page septante et un, ou soixante et onze suivant qu'on lit de gauche à droite ou de droite à gauche, il y a bien une photo qui illustre le compte-rendu du voyage au Lake District, photo où l'on voit très nettement Jacques et Didier et, si on prend la loupe, on reconnait la tête d'Henri, le dos de Bernadette en train de remettre de l'ordre dans ses cheveux avec la main gauche et, comme le dit François, avec beaucoup d'imagination on peut reconnaître ... mon front surmonté de mes cheveux ;-)))))
Oui mesdames messieurs, mon front et mes cheveux ! Faut un début à tout non ? Y a bien des stars de cinéma qui, pour certaines scènes, se font prêter des fesses, des jambes, des orteils gauches et peut-être d'autres trucs qu'on n'ose même pas imaginer, par d'illustres inconnus qui en ont de plus beaux qu'elles (?!?)
En attendant et François fait bien de le souligner, voilà un compte-rendu d'un voyage organisé en juin qui est publié dans le magazine d'octobre, de quoi nous enlever toute pression lorsque nous tardons à mettre nos comptes-rendus en ligne, non ??
En outre, question contenu on est en droit de faire la fine bouche ...
Evidemment quand on est un journaliste, un vrai, un pro, on est probablement obligé de faire dans le concis et le "général", j'entends pas là de rester dans les généralités et le collectif sans parler de sa petite expérience personnelle, contrairement à un blogueur qui peut étaler en long en large et en travers tous les petits évènements et détails qui ont émaillé son séjour ...
Voilà qui peut expliquer cette relative absence "d'âme" dans le récit et qui me fait dire que, finalement, rien ne vaut L'AMATEURISME pour garder de la fraîcheur et ... de la chaleur à la fois, vous me comprenez ?
Une espèce de morale à ce mot complètement inutile j'en conviens, comme pas mal d'autres dans ce blog d'ailleurs, serait de dire combien il est important de rester AMATEUR EN TOUT, de ne pas trop se prendre au sérieux quoi qu'on fasse et où qu'on soit, de rester ENFANT ... en gardant les yeux grands ouverts et en essayant d'apprendre et de comprendre TOUS LES JOURS sans gober tout ce que disent les grands (de ce monde) !!!

23:50 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.