14/07/2009

Lake District : the end ... at last, probably ;-))

J'étais sur le pont, à profiter des derniers instants de paix, navigant sur une mer d'huile, d'eau et de sel ... une vinaigrette en quelque sorte ;-) ... faisant le point dans ma tête sur ce gnègnème voyage en moto avec les copains ...
Il était temps de retourner en cabine et de rejoindre ma couchette en haut de l'échelle ...
Lorsque j'arrive, François whisky brandit une trousse de toilettes en l'agitant devant mon nez, et me demande si elle m'appartient.
Négatif, que j'lui réponds ...
J'apprends qu'il a déjà ramené à la réception un sac de voyage qui n'appartenait à aucun d'entre nous et le voilà reparti pour déposer la trousse également ... J'apprends ensuite que quelqu'un s'est douché pendant notre absence car l'essuie d'Henri est tout humide ... On découvre enfin, pendus au crochet de la porte de la cabine, une veste et un pantalon en textile CORDURA ...
Là, c'en est assez, François en a marre de faire des allers-retours, comme on le comprend !, et on convient d'attendre l'intrus de pieds fermes, armés jusqu'aux dents, nos canons sciés braqués sur l'entrée et on tire à la courte paille pour définir les tours de quarts ...
François, Bernadette et surtout Henri, ont retourné le problème dans tous les sens, cherchant à comprendre le "comment" et tentant de deviner "qui" alors que personnellement, ça ne me tracassait pas outre mer mesure ... C'est vrai que nous avions échangé nos clés avec "le petit barbu" et ce que nous croyions être "sa dame", il ne devait pas y avoir de clés excédentaires, à moins que, à moins que, mais bon sang, mais c'est bien sûr !!!
Ah oui ?
Tiens donc !!
A minuit et demi, un peu après l'heure du crime donc, on a entendu des cliquetis dans la serrure, comme un seul homme on s'est redressé tous les quatre sur nos couchettes, et ... la lumière fut !!
En fait la "dame" que nous croyions être l'épouse ou la compagne du "petit barbu" n'était pas sa légitime, en fait ils ne se connaissaient pas du tout avant le voyage et ils partageaient la cabine avec deux autres personnes, tout aussi inconnues les unes des autres : une équation avec une infinité d'inconnues si vous voyez ce que je veux dire !!! On n'aurait jamais pu trouver la solution à cette énigme en fait ;-)))
Et cette dame, CARINE et non NADINE comme le dit François dans son c-r, avait toujours sa clé d'origine, non échangée, comprenez ?
Elle s'est confondue en excuses, elle a prit ses clics et pas ses clacs vus qu'ils étaient à la réception et elle est allée dormir ... on ne sait où et on ne veut même pas savoir avec qui !!
La prochaine fois, lorsqu'on échangera des clés ou des couples ou quoi que ce soit d'ailleurs, il faudra mener l'enquête AVANT et ne laisser aucune inconnue trainer dans les couloirs ;-))
Après ça, la nuit s'est écoulée comme un long fleuve tranquille sur une mer tout aussi placide.
Nous avons revu Carine au petit déjeuner et avons ainsi obtenu le fin mot de l'histoire. Voilà une demoiselle qui roule à moto (une TRANSALP 700), qui voyage seule et qui n'hésite pas à partager sa cabine avec ... des petits barbus entre autre : il n'y a pas à dire, il faut le faire !! Cela dit, la plupart des motards sont des gentlemen et elle n'a rien à craindre tant qu'elle reste au sein du club. En plus, je ne sais pas si vous êtes au courant mais le "80" qu'on retrouve dans le sigle du club, représente pratiquement l'âge moyen de ses membres et il y a d'autant moins à craindre ah ah ah !!!
Je vais me faire lyncher, c'est sûr !!
On a encore profité d'un excellent et copieux petit déjeuner et cela d'autant plus que le ferry était très en retard par rapport à l'E.T.A. (Estimated Time of Arrival, of course !!). On a eu tout le temps de le voir exécuter la manoeuvre pour se mettre à quai.
On a rejoint ensuite le deck 3 pour retrouver nos belles brêles que nous avions à nouveau attachées avec les moyens ... du bord.
Nous nous sommes salués directement car nous savions par avance que chacun irait son propre rythme, sans escale, sur l'autoroute qui nous ramènerait au bercail.
C'est ce que j'ai fait, quelque chose comme 170 bornes d'autoroute pour arriver à la maison vers 12h30' ...
J'ai commencé par manger un morceau, ben tiens, la route ça creuse, avant de me changer, de m'occuper de "vider les coffres" et de trier les blancs et les couleurs ;-)
L'après-midi j'ai transféré les photos sur le pc et j'ai feuilleté l'album en ajoutant peut-être déjà l'une ou l'autre légende tant que les souvenirs étaient encore vifs !!!

Comme d'habitude je tiens à remercier tous les amis présents, car un voyage sans eux ... ça serait ... comme une ... omelette ... pareil quoi ... une omelette sans oeufs ... comprenez ça ... ça n'aurait aucune consistance ... ni jaune ... ni blanc ...
Merci également à l'assistance de Moto 80 qui s'est pliée en 4 pour m'éviter un maximum de désagréments et sans qui le voyage aurait été gâché !!!
Petite précision quant à l'absence de la remorque à l'embarquement : ils ont "explosé" un pneu dans un rond-point négocié un peu trop à la corde apparemment ... Argh, cette conduite à gauche, elle réserve malgré tout quelques surprises ...

Comme François, je vais profiter de la trêve estivale pour faire réviser la DL de fond en comble, et je pense qu'en plus du pneu avant, je ferai remplacer les roulements arrières à titre préventif.

Il n'y aura plus qu'à attendre septembre pour notre pèlerinage à Compostelle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

23:14 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : lake district

Les commentaires sont fermés.