10/05/2009

Chute ...

Je suppose que mon ami Henri ne m'en voudra pas de publier in vitro et in extenso le récit de la mésaventure qui lui est arrivée alors qu'il séjournait chez son fiston à Armissan ...
Bonsoir les amis,
Je suis enfin en mesure de vous écrire ce soir, la douleur grâce à des doses de cheval d'antidouleur s'atténuant.
J'ai lu vos différents courriels et j'ai appris avec plaisir qu'Alberto et Josée pourrons nous remplacer en Auvergne.
En ce qui concerne la balade du RAT de demain dimanche 10 mai, François a eu l'extrême gentillesse de me remplacer, je lui en suis très reconnaissant. Pour l'Auvergne je ne serai certainement pas guéri et cède donc avec plaisir ma place à Alberto et Josée.
Mes petites vacances à Armissan se passaient très bien et ce jeudi j'avais projeté une balade moto dans le Corbière puisque la météo était estivale. Je quitte donc Armissan vers 09h30 en direction de l'Abbaye de Fontfroide et de Tuchan où je souhaitais revisiter le château d'Aguillar. En y montant par une petite route dont vous devez vous souvenir une portion de 50 mètres est partiellement couverts d'eau s'écoulant d'une source en amont. Pas de problème je suis la route en me gardant de ne pas rouler dans l'eau sauf à la fin où je traverse perpendiculairement le filet d'eau.
J'arrive sans encombre en haut du promontoire et paie mon entrée pour visiter le site. J'y découvre une vue fabuleuse sur les Pyrénées enneigées et fais quelques photos. Après une demie-heure passée à contempler le paysage, je reprends prudemment la route pour descendre rejoindre le départementale. C'est alors que je reviens vers la portion à moitié inondée mais ayant pris l'option de garder ma droite je remarque que le virage à gauche est lui entièrement sous eau et je me décide alors à passer du côté gauche de la route ce qui m'oblige à rouler dans l'eau mais aussi pour mon grand malheur dans un dépôt alluvionnaire d'une extrême finesse et de ce fait très glissant. La roue avant de la GSR s'est alors dérobée sans que je puisse faire autre chose que tomber lourdement sur l'épaule et bras gauches.
Le choc m'ayant coupé le souffle je suis resté quelque temps étendu. La moto a elle glissé 3 mètres plus loin. La moto étant aussi tombée sur ma jambe gauche, pas moyen de la relever. J'ai donc attendu qu'un gentil touriste français me donne un coup de main pour relever la GSR. Je constate dès lors le dégâts, la poignée d'embrayage est cassée nette mais peut encore actionner la câble et le sélecteur de vitesse a, lui, perdu son téton. La cloche d'embrayage est bien griffée ainsi que 5 cm du cadre. Le plastique du rétro est lui aussi griffé.Prenant mon courage à deux mains je remonte sur la moto et me tape les 80 km qui me séparent de Narbonne et de la concession Suzuki où je demande de remplacer la manette d'embrayage et le sélecteur de vitesse (dont coût 110,00€). Cela me permet de rentrer à Armissan sans problème. Mon fiston après avoir accusé le coup, "une moto qui a à peine un an, elle est foutue, je vais la vendre etc... et tu aurais dû faire attention... Bon j'en ai pris pour mon grade.
Martine a alors décidé de faire venir le médecin de famille qui après m'avoir ausculté m'annonce que si je souffre une fois couché c'est qu'il y a fracture et qu'il est alors préférable de se rendre aux urgences. Ce que nous faisons vers 11h30. Nous en ressortons avec des radios montrant 3 côtes fracturées, une ordonnance pour le pharmacien de garde pour des antidouleur, des anti-inflammatoires et de somnifères (39,00€).
Il est 2h00 du mat lorsque je me couche et la nuit fut bonne quoique obligé de dormir assis.
D'après le médecin de garde il me faudra 4semaines pour être rétabli donc le prochain voyage sera le Lake District et d'ici là, repos absolu.
Merci à tous pour vos marques de sympathie et à bientôt
Henri

Des commentaires demain, car là (Bruni-Sarkozy), il est très tard ou trop tôt, c'est vous qui voyez !!

00:58 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.