17/04/2009

2009 OPALE J2

2009 COTE D'OPALE 019_640x480 Alors ? Vous savez tout sur Philippe Auguste ??
Vous avez vu comment il a traité son épouse Ingeburge ?? Il me semblait que Didier nous avait parlé d'une certaine "BERTHE" et non d'Ingeburge qu'il aurait répudiée et qui serait morte de chagrin dans l'une des tours du château ... Je dois encore tout mélanger, comme d'habitude !
Saviez-vous par ailleurs, cela doit rester bien entendu entre nous, que Christophe COLOMB avait une maîtresse, Dona Béatrice DE BOBADILLA, qui avait également été la maîtresse du roi d'Espagne, Ferdinand d'Aragon, ce pourquoi elle fut d'ailleurs exilée sur ordre de la reine et ... sur l'île de La Gomera dans les Canaries ... Et bien, avant de partir découvrir "Les Indes", l'ami Christophe faisait escale dans les Açores, confirmant ainsi le dicton qui affirme qu'un marin a une femme qui l'attend dans chaque port et que dans chaque homme sommeille un ... porc ;-)))
Il y un autre dicton que vous ne connaissez certainement pas et qui s'apparente un peu à celui qui parle du loup dont on voit soudain la queue ...
"Quand on parle du port, on voit la Pointe du Grouin !!"
Seuls quelques bretons comprendront l'extrême drôlerie de cette phrase ;-)))
Ouais, bon, une fois de plus je me suis complètement égaré ... En fait, c'était pour montrer combien on apprend de choses en côtoyant des gens pleins d'érudition et en fréquentant des lieux qui vous rappellent l'histoire avec un grand H

On quitte le château de Montreuil, on tergiverse à savoir si on se rend sur la place avec les motos ou à pied, alors qu'elle est située à un petit 200 mètres de l'endroit où nous les avions béquillées !!!
Finalement, on y va à pied et on s'arrête au premier café qu'on rencontre, le GAMBETTA.
Je ne vais pas vous bassiner avec un nouveau cours d'histoire mais ... sachez que ce nom était celui d'un avocat et homme politique français qui a défendu la république en son temps ...
Sachez en Ourthe que "gambetta" signifie littéralement "petite jambe" en italien, le diminutif lui ajoutant une connotation de "jambe légère" !!
Voilà qui vous en fait une belle !!!
On commande les boissons et les sandwiches à un serveur qui cache difficilement un sympathique accent britannique. On déguste le tout avec modération tout en regardant défiler les autochtones ...
Trois quart d'heure plus tard, nous pénétrons dans l'église : certains s'y recueillent, d'autres font la sieste sans doute, le temps de profiter de la fraîcheur qu'elle sauvegarde en ses murs ... Je pense à mes parents disparus et j'allume une bougie ... Rien n'est plus tout-à-fait pareil après, je le confesse ... On a fait un simulacre de confession d'ailleurs avec le père Didier d'un côté et le pécheur Al de l'autre ,-))
On regagne les brêles, on roule quelques minutes et on arrive au Moulin de Maintenay, un endroit dont se souvenait Didier alors qu'il avait examiner le Guide Vert avant le départ.
Ah oui, à ce propos : comme il avait oublié de refermer son sac de réservoir, le Guide Vert s'est brusquement fait la malle au détour d'une forte accélération des 82 chevaux sauvages de la TDM ... Henri et Bernadette, qui roulaient derrière, ont vu un "truc vert" s'envoler mais n'ont pas tout de suite compris de quoi il s'agissait !
Le moulin de Maintenay : bel endroit, s'il en est. Un "spot" touristique par excellence. Ceux qui trimballent un appareil photo s'en donnent à coeur joie pendant que les autres se démènent pour nous trouver une place en terrasse, au bord de l'eau.
On s'y retrouve tous, on compulse la carte : s'agissant d'une crêperie, je trouve logique d'en commander une (à la cassonade), Jacques préfère une crêpe au "SUC", les autres prennent qui un café, qui une glace.
Comme j'hésitais entre une glace et une crêpe je demande s'il est possible d'avoir une boule vanille avec la crêpe. Ma demande est couverte par de gros "Rooooooohhhhhh" de ma Josée qui estime que j'exagère, ce à quoi je "répondis" en demandant des granulés de chocolat ah ah ah !!!
On n'a que le bien qu'on se fait, je vous le dis !!
Dommage que la rivière qui coulait pourtant à bon débit, charriait d'aussi déplaisantes odeurs ...

Le long arrêt au Moulin nous autorisait à un peu "zapper" l'autre arrêt prévu quelques kilomètres plus loin, à l'Abbaye de Valloires, réputée également pour ses jardins. D'une part, le côut de la visite était élevé (9 € je crois) et, d'autre part, le jardin ne devait pas présenter un trop grand intérêt en ce tout début de printemps !
On est donc rapidement remonté sur nos destriers et avons roulé ... pfff ... au moins 37 kilomètres SANS NOUS ARRÊTER, un exploit en soi, n'est-ce pas François ;-)))
Argoules, Dominois, Crécy, Nouvion, Noyelles, St Valéry et CAP HORNU où l'on peut, paraît-il, quand le temps s'y prête, que les vents sont favorables et Jupiter dans la maison de Saturne, voir des phoques !!!
Et bien on a eu énormément de chance, car des focs on en a vu, en veux-tu en voile là, des grands génois, des petits tourmentins, des biens tendus, des p'tits joufflus ...Dès que le vent tournera, je repartira, dès que les vents tourneront nous nous en allerons !!
Et c'est exactement ce que nous avons fait : une heure plus tard, via St Valéry à nouveau et Le Crotoy, nous sommes arrivés à Berck et sa plage.
Il faut dire que cet après-midi là, les routes étaient particulièrement chargées de touristes (du coin, de Tourcoing et d'ailleurs d'ailleurs ...) et qu'il fallait un peu mordre sur sa chique, ronger son frein et ménager la poignée de gaz, en un mot rester "ZEN" pour se noyer dans le trafic et respecter les sages consignes de prudence en cas d'affluence !
A Berck, on a bu un coup, sur le compte de Jacques. On s'est ému de la beauté de bulles de savon qui flottaient dans l'air. En cherchant l'origine de ces bulles irisées, on a vu qu'un gamin tenait une sorte de pistolet et que lorsqu'il appuyait sur la gâchette, une mécanique très sophistiquée faisait tourner une hélice dans un bac à savon, produisant ainsi des bulles ... à la chaîne !!
Où réside encore le plaisir là-dedans ? Moi, quand j'étais petit, il n'y a que quelques ... centimètres de cela, fallait déjà pas se tromper dans le mélange eau/savon pour en tirer quelque chose, fallait ensuite souffler avec virtuosité et précision (pfffffffffffffffffff ... ) pour donner vie à "la" bulle qui ... pétait souvent avant de décoller si on ne donnait pas le bon coup de poignet au moment "M" du temps "T" ;-)))

Ouais, bon ... si on y allait ?
Gnègnème remontée sur la brêle : c'est chaque fois une petite épreuve de faire monter "la Josée" car il me faut un terrain aussi plat que possible et une bonne dose de concentration tout en maintenant fermement le guidon. Tout cela ne s'improvise pas et au moindre faux pas (ou faux plat !), bardaf, c'est l'embardée assurée !
Toutefois, rassurez-vous, tout s'est très bien passé : je ne pense pas avoir trop ralenti mes amis en tenant le rythme imposé, et cette fois, je n'ai pas risqué de dépassements "à la limite" ou hasardeux.
Il faut savoir que pour ne pas "bousculer" sa passagère bien aimée, il est indispensable de doser plus finement que ce soit le freinage, en utilisant plus souvent le frein arrière par exemple, ou bien l'accélération ce qui, par la force des choses, allonge les distances de freinage et la durée des dépassements, indépendamment du poids supplémentaire embarqué évidemment qui, à mon avis, ne joue pas un grand rôle à partir du moment où la machine atteint +/- 70 chevaux ...

Mais laissons-là les chevaux et revenons-en à nos moutons. Il nous reste 77.7 kms à parcourir : on quitte Berck Plage et on revient par un ... premier rond-point droite, un deuxième rond-point tout droit, un troisième rond-point gauche, Trépied, Etaples, un bout d'autoroute à fond de ... 3ème ;-)) et la sortie Peuplingues, Escalles et la D243.

Arrivée à l'hôtel, douche, Leffe en apéritif et direction la salle du restaurant.

2009 COTE D'OPALE 070_640x480Ce soir là, j'ai jeté mon dévolu sur le menu du terroir : gratin d'endives au Maroilles en entrée, Poulet de Licques + frites (ben tiens !!) en plat et "Coupe d'Opale" en dessert.
La Leffe et le pichet d'1/2 litre de rouge m'avaient bien entamé ... Quand j'ai demandé à la jolie serveuse c'était quoi la "Coupe d'Opale" elle a un peu ... euh ... bafouillé ... en parlant de genièvre et ... euh ... encore de genièvre ... au point que j'ai décidé de l'appeler Geneviève !! C'est vous dire comme j'étais bien chaud lo !!!
Et bien la "Coupe d'Opole" lo, c'était comme qui dirait une île flottante lo, hein, un ch'ti bout d'sorbet lo que même el Titanic l'aurait évité lo, ch'tite île qu'était encerclée par un océan de geneviève lo que j'te dis !!
J'ai sans doute poussé le bouchon un peu loin comme souvent quand je bois un demi verre de vin et que j'descends la Leffe sans les rames, et je m'en excuse auprès des personnes que j'aurais pu heurter ce soir là !!
Tiens, ça me fait penser que je devrais envoyer un SMS à Geneviève pour m'excuser ;-)))
Sauf erreur, on a fait la même marche que la veille au soir, les femmes ayant à nouveau regagné les chambres car il faisait plus froid et il tombait quelques gouttes de pluie fine ...

Samedi et dimanche, François a essayé de me convaincre que le Moto Gp avait lieu à 14 heures et il m'avait presque convaincu tellement il était ... convainquant mais grâce au "WAP" et sur le canal "BBC" sport, j'ai appris que la course avait été remise à cause de pluies torrentielles ... En plein désert, le monde à l'envers !!!

Je termine (ouais, il était grand temps !) avec l'album du jour que je vous laisse apprécier à sa juste valeur ;-))

20:38 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : opale

Les commentaires sont fermés.