15/04/2009

2009 OPALE J1

2009 COTE D'OPALE 003_640x480Commençons par une définition extraite de LaBelleRousse Illustrée, si vous voulez bien.
Opale : n.f. (lat. opalus). Pierre fine, à reflets irisés, variété de silice hydratée. (Les irisations sont dues à la réfraction de la lumière dans les petites sphères microscopiques de silice qui constituent le minéral. Elles font de l'opale une gemme très estimée en joaillerie.
Comme souvent, cette définition utilise des mots qui appellent eux-mêmes d'autres définitions et ainsi de suite, au point qu'au final on ne sait plus très bien quel mot on cherchait et ... sa signification !
Il en reste toutefois et toujours quelque chose : ça s'appelle la "CULTURE GENERALE" !
Mieux que la culture physique, elle entretient le savoir, et le savoir c'est toujours mieux que le muscle, quel qu'il soit et où qu'il soit ;-))
Booooonnnnnn ....
Alors, pourquoi "Côte d'Opale" ?
Sans doute parce que les couleurs dominantes dans la région côtière sont très pâles, que la mer est très claire et que les reflets du soleil couchant la rende transparente ...
Rien à voir avec la Costa Blanca, Brava, Dorada, ou Del Sol en Espagne, la Costa Smeralda en Sardaigne aux verts émeraudes et bleus turquoises, couleurs bien plus tranchées que notre pâle côte d'Opale ... Mais le charme opère quand même ...
Vous savez, jusqu'à il y a quelques années nous squattions régulièrement l'appartement d'un couple d'amis. Situé à Coxyde, il faisait face à la mer et c'était un plaisir pour les yeux d'assister au coucher du soleil, un spectacle chaque fois différent et toujours envoûtant !
Tout ça pour dire qu'il n'est pas nécessaire d'aller au bout du monde pour en apprécier les merveilles. Certes, des émissions comme USHUAÏA proposent des images à tomber tellement qu'elles sont belles, mais bon ... on sait que ça existe et on doit souvent se contenter de le savoir sans pouvoir y goûter vraiment !!

Si on en revenait à ce mini-trip qui, si je continue à ce rythme, va alimenter ma chronique pour les 2 semaines qui viennent ;-))

Déjà il faut que je batte ma coulpe : j'avais laissé entendre, comme un vieux macho aigri que je suis, que ma douce allait nous noyer sous les fringues, les chaussures, la lingerie fine et les indispensables cosmétiques . Et bien, il n'en a rien été : le top-case GIVI ne débordait pas et il n'a pas été nécessaire d'ajouter un étage au sac de réservoir.
J'ai juste oublié de prendre un rabot pour me raser : j'avais la mousse, l'after-shave mais j'ai dû garder les poils !
La DL était prête car j'avais déjà ajouté 300 gr de pression au pneu arrière et durci la suspension lors de la sortie préparatoire à la balade R.A.T. qu'organisera HENRI le 10 mai si je ne m'abuse (avis aux amateurs !!).
Grâce à cette sortie, nous étions également un peu rôdés, ma Josée et moi, et c'est pratiquement sans appréhension que je lui ai fait une petite place à l'arrière de la large selle de la Suzette.
Nous partons, je m'arrête à la station TOTAL sur la N5 et je fais le plein.
Il y a là un motard au casque modulaire rouge fluorescent, avec une GS 650. Une fois la moto rassasiée, je m'approche de lui pour lui demander s'il est content de sa machine et de son concessionnaire ...
En 5 minutes, j'ai appris qu'il avait eu 3 Deauville, que son épouse était décédée, qu'il s'était niqué une vertèbre en essayant de béquiller et qu'il avait décidé d'acheter plus léger, un vrai vélo !
Je l'ai quitté, un peu à regret, car nos amis nous attendaient et nous étions, comme toujours, un peu à la bourre !!
Nous ne sommes toutefois pas arrivés les derniers chez H&B, Didier et Jacques nous suivant de quelques minutes ...
J'ai commencé par faire un gros plan d'Henri pour lui montrer que j'avais acheté un nouvel appareil photo. J'ai opté, sur son conseil, pour un CANON IXUS 95 is, en promo au Carrefour : l'appareil, le chargeur, l'étui et une carte 2 Gb pour 229 € TTC.
Séquence "Ebay" : si vous connaissez quelqu'un de peu fortuné qui serait susceptible d'être intéressé par un CANON PowerShot A300, dans l'état où il se trouve, bien connu de l'acheteur potentiel, son prix sera ... le mien (ou presque) !!
François ayant pris en main TOUTE l'intendance de ce voyage (réservation road-book tripy + au format exel pour nous SVP !!), il était normal qu'il parte devant. Il a été +/- convenu que je roule en deuxième position, celle que je préfère à vrai dire, Didier se calant généralement en troisième place pour bien encadré le ... nouveau jeune couple débutant ;-)), de quoi me rassurer un peu plus d'ailleurs !
On prend la direction d'Erquelinnes, on transite par Bavay, Le Quesnoy, on traverse Saulzoir, Haspres, Lieu St Amand et Bouchain par les N40, 54a, 49 puis les D129, 934, 114, 955, 45, 81, 630 et 943.
Pause café au "Coup d'envoi", un estaminet qui fait coin à Bouchain, ça vous en bouche un coin, hein !
Henri offre la première tournée, pour montrer l'exemple à suivre !!
On repart, D132, 47, 43, 42, 49, 341 et 73 via Bugnicourt, Tortequesne, MorteCouille, Saint Vaast, Plouvain, Gavrelle, Thélus, Mont St Eloi (Karmisaculotalendroua) et son abbaye, Gauchin-Légal et Olhain où une visite du château est au programme.
Hélas, le château est une résidence privée et les visites n'ont lieu que les jours fériés à partir de 15h30 (si je ne m'abuse).
Va-t-on se rabattre sur l'Abbaye ou sur la baraque à frites du coin, hein ?
On opte pour la deuxième solution : en plus d'une montagne de frites je prends une brochette de dinde et je m'installe à même le sol pour me goinfrer alors que ma Josée pose son tas de frites sur le capot d'une vieille Peugeot 106 ... Voilà un repas et une façon de faire qui nous rappelle nos jeunes et folles années ...
Soupir ...
A 20 mètres de là, il y avait un bistrot : on s'y attable en terrasse et chacun paye sa consommation.
Il y avait là deux types qu'on aurait dit des caricatures du film de Dany Boone : ils parlaient un ch'timi plus vrai que le vrai ch'timi que ch'te dis, tellement vrai qu'on cherchait les caméras cachées ;-))) Lorsqu'on a dit qu'ils parlaient le vrai picard, François, qui n'en rate pas une, a ajouté qu'ils semblaient un peu aidés par le ... Ricard ;-))
Voici le lien vers les photos du JOUR 1 !!

Nous avions parcouru 150 km depuis Beaumont, il en restait 111 pour faire escale à Escalles, où François avait réservé l'hôtel et le repas du 1er soir.
Les D57, 341, 127, 231 et 215 nous ont vu traverser Rebreuve, Houdain (en veux-tu, en voilà !), Divion, Camblain, Thérouanne, Desvres et Guines pour nous mener à bon port.
Nous investissons les lieux, rangeons les motos en rang par trois et par deux dans le garage, gagnons nos chambres 50, 51 et 52 dans une annexe récente de l'hôtel, prenons une bonne douche bienvenue car nous avons souffert par moments de la chaleur sous nos "scaphandres". Nous rejoignons ensuite nos amis qui nous attendent au bar pour l'apéritif ...
Restait à passer à table, prendre connaissance de la carte et faire notre choix ...

La suite bientôt !!

22:02 Écrit par Alberto | Commentaires (4) | Tags : opale

Commentaires

mon "scaphandre" à moi était au top,!!!!!!!!!!

Écrit par : Bernadette | 16/04/2009

Combinaison ... Evidemment, un "scaphandre" au top pour un top modèle ;-)
Josée non plus n'a pas souffert de la chaleur. A croire que c'est réservé aux bonshommes ...

Écrit par : Albertino Vé-Stromboli | 16/04/2009

y en a de la place dans une moto Quel chic que josée et bernadette ont au soupé ???

Mais où mettons nous tout ca dans une moto ? bijoux et tout en plus !

La chemise certains : p

Écrit par : chirs | 22/04/2009

Armes et bagages ... Tu as prévu quoi comme "bagagerie" pour ta ER-6 F ? Au minimum il faudra que tu prévois un sac de réservoir (pour les vêtements de pluie par exemple et/ou pour le gilet fluo !!)
Il existe aussi des sacs de selle si tu voyages en solitaire ...
Et alors ? T'as roulé depuis notre sortie ?? Tu as passé ton permis ???

Écrit par : Albertino Vé-Stromboli | 23/04/2009

Les commentaires sont fermés.