12/07/2008

Le Mercantour, le septième jour (suite et ... probablement fin !)

MERCANTOUR 2008 117_640x480Je terminais la première partie en vous faisant l'apologie de la "FRITE" ! Voyez que même si en vieillissant la mémoire ... s'effrite, on a pourtant toujours la PATATE !!!
Pfffff, encore une fois, ça part très fort et ça ne mène nulle part ... C'est comme les road-books de Jacques ah ah ah ... Je taquine cher Jacques !!!
Justement, c'est lui qui a raconté cette fine blague belge en fin de repas du vendredi 13 juin 2008 à 13h47'!
Comment rendre fou un belge ? On le met dans une pièce ronde et on lui dit qu'il y a une frite cachée dans un coin !!! Oh oh oh, hi hi hi, elle est poilante non ?? Comme une poële à frire, non ????

On quitte Aiguebelle sans remord ni regret, comme le dit François, et par les D1006 et D1090 (anciennes N6 et N90), à hauteur de Chapareillan, on pique à droite, la D285, pour monter le Col du Granier.
En regardant les photos, ça m'a rappelé le film "Rencontre du troisième type" et le lieu de rendez-vous qu'avaient fixés les extra-terrestres aux terriens qu'ils avaient "contactés" de manière plutôt mystérieuse ...
Là, il y avait une boutique de souvenirs et je me suis dit qu'il serait peut-être bienvenu de ramener un petit truc à ma douce et tendre moitié ...
Je me suis en effet rappelé l'épisode où je suis revenu bredouille (et avec de l'eau jusqu'aux ...) du voyage en Ecosse alors que je lui avais promis un kilt "scottish made" !
Ce soir là j'ai vu défiler dans ses yeux révolvers le film de James Bond "Licence to kilt !!!"
Bon, bon, voyons un peu ces souvenirs :
- une peau de vache ? Non !
- une énorme cloche avec un collier ? Non !
Le reste était sans intérêt, ce qui fait que j'ai renoncé à l'idée, hein Johnny !
On redescend le col (aaahhh les descentes, quel pied ! Je l'ai déjà dit ? Ah bon !) et on arrive dans un sympathique village, St Pierre d'Entremont.
Comme on était tous restés sur notre faim, on a tous freiné des 3 disques et planté nos bécanes sur leurs béquilles en face de la boulangerie-pâtisserie du coin dans laquelle on s'est engouffrés en se bousculant et en criant chacun notre commande tout en tendant des doigts avides vers les mignardises qui nous faisaient de l'oeil derrière le comptoir vitré !!
Je veux ça, et ça et ... ça aussi ... et vous me mettez aussi une bonne jatte de café SVP ?! ?!

On a beau être affamés, on sait rester polis !!
Le type, jeune, rougeaud et souriant est venu avec des plateaux en terrasse et nous nous sommes bien léchés les doigts, une fois ce festin terminé : 3.80 € pour cet arrêt dessert, c'est donné !!
Enfin repus, nous remontons sur les machines et continuons jusque Les Echelles, St Béron et Novalaise. Arrivés au bas du Lac d'Aiguebellette, Jacques fait remarquer que nous avons fait la côte ... est (?) en descendant, et qu'il serait sympa de faire ... l'autre côte en remontant : j'ai été le seul à le suivre considérant que le changement et l'alternance faisaient bien partie ... du patrimoine français !
Et de fait, "l'autre côte" était un milliard de fois plus belle et valait bien qu'on la fit :-) Les "autres" ont véritablement raté quelque chose, bien fait pour eux, na !!!

A partir de là nous avons formé deux groupes et avons roulé ainsi, via Novalaise, Yenne et Ambérieux et les D921, N504 et N75, jusque Bourg-en-Bresse où nous nous sommes retrouvés par hasard au pied d'un feu rouge ...
Nous avions un peu de retard par rapport à l'autre groupe qui avait déjà fait les pleins. François nous a gentiment attendus pendant que nous "tankions" (encore 26.15 € de précieux liquide) et nous a guidés jusqu'au Moulin de Champagne ...

Il devait être aux alentours de 18h30' lorsque nous l'avons atteint. Il faisait doux ! Comme le souligne à juste titre François, c'est le seul et UNIQUE jour où il n'a pas été nécessaire d'enfiler les scaphandres : ça serait presque le fait le plus marquant du jour !!
Nous avons pris l'apéro debout dans la salle-à-manger (un kihr au sirop) et sommes passés à table accompagnés par deux autres invités (un vieux couple de randonneurs qui n'étaient pas là à l'aller, une erreur s'est donc bel et bien glissée dans mon compte-rendu du premier jour !!) : la cuisine, pas des plus fine certes, mais délicieuse et copieuse, nous a bien "calés".
Petite note indiscrète : s'il a fait beau ce jour là, le temps était à l'orage chez les FAMY !! Le mari semblait chercher des poux à tout le monde, notamment au fiston qui, comme la plupart de nos pauvres fils hélas, semble dévoré par la "passion du jeu" sur internet et autres consoles : un mal du "siècle" assurément !! Enfin, on a commencé à parler plus fort pour ne pas entendre ces jérémiades ...
Tant que j'y suis, j'ajouterai que Mme FAMY gagnerait à être, comment dire, juste un peu plus ... souriante ! En plus de ça, elle n'a aucun humour, la preuve : à un moment, on parlait des monastères, béguinages et autres maisons de Dieu et Mme FAMY signalait qu'il y avait de moins en moins d'occupants dans ces lieux ... Moi, toujours le premier sur la balle ;-) je dis :"Normal aussi vu qu'ils ne se reproduisent pas."Alors que certains roulaient sous la table (de honte et pour se cacher bien sûr), elle m'a jeté un regard hautain et noir qui voulait dire "C'est ça, pauvre con, continue, ça nous intéresse !!"

On quitte la table vers 21h30' et alors que certains décident de regagner directement leurs chambres, Solange, Jacques et moi, sommes partis pour une petite rando digestive de +/- 3/4 d'heure dans les environs ...
Quand j'ai rejoins mes camarades de chambrée (François et Didier), ils ronflaient déjà et j'ai eu un peu de mal à trouver mes repères dans cette chambre noire où je me suis déplacé à tâtons pour me déshabiller, déposer les lunettes à un endroit sûr, enfiler le caleçon, trouver la trousse à médocs pour me concocter un Alka Seltzer et me glisser sous les draps !!!

20:38 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : mercantour 2008

Les commentaires sont fermés.