09/07/2008

Mercantour, sixième jour (IIème partie ...)

MERCANTOUR 2008 098_640x480Autant en finir avec ce sixième jour, ainsi il ne restera plus qu'à vous narrer le retour en deux jours ...
On quitte St-Sauveur-sur-Tinée par tribord, on emboîte la D30, on atteint le village perché de Roubion (on s'y arrête tous, les uns après les autres pour immortaliser ce splendide site sur pellicule ... et sur un impressionnant promontoire rocheux !), on repart sur Beuil et puis on pique plein sud, comme dit François, sur la D28 pour traverser les Gorges du Cians, supérieures et inférieures, le Cians étant un torrent qui prend ses sources au pied du mont Mounier qui culmine à 2817 mètres.
Là aussi, on s'arrête en chemin car le paysage fait de roches rouges est une curiosité géologique impressionnante ...
Petite parenthèse colorée : je me suis rappelé que la couleur "CYAN" existait et que peut-être son nom venait de cette région ... Solange a confirmé l'existence du "CYAN" et a supposé, dans la foulée et à juste titre, que le village de ROUBION tenait probablement son nom de la couleur rouge, déclinaison de RUBIS ou ... Rubicon par exemple ...
Si cette deuxième hypothèse tient la route, la première tombe à l'eau après une embardée incontrôlée.
Le "CYAN" est en fait un bleu clair ou bleu ciel : on dira pour retomber sur nos roues et pour fermer cette parenthèse que le ciel des Gorges du Cians était cyan ...
Ouais, voilà bien une parenthèse d'une utilité historique indéniable !!!
Rouler entre ces roches rouges qui surplombaient parfois dangereusement la route, retenues par des filets qu'on sentait pleins et prêts à craquer, n'était pas des plus rassurant. Et de fait, alors que je tortillais au gré des virages, je me suis retrouvé à un endroit où la route était couverte de gravats, gravillons et autres rocailles. A ce moment là je suivais un camion : je l'ai laissé devant pour qu'il rétame un peu le tout et que je puisse passer sans encombres ... Encore une route qui allait être barrée dans les minutes qui suivraient !!!

On attend Jacques en bas, on prend à droite sur la D6202 jusque Puget-Théniers, puis la D4202 et Entrevaux, on atteint Pont-de-Gueydan et on est sensé remonter (sur la carte) par la D902 pour traverser les Gorges de Daluis.
On s'était "toudi promis d'faire el Col d'la p'tite Cayolle, el Col d'la p'tite Cayolle " mais, la faute à la fête de la transhumance, nous avons dû passer notre chemin.
Nous avons donc continué sur la N202 jusque Les Scaffarels et, embranchant la D908 et via Annot, Méailles, Pont de Villaron, Beauvezer, Colmars et ... Allos, nous nous sommes "fait" le Col d'Allos (2247 mètres).
Au sommet, nouvel arrêt contemplation puis descente vers Barcelonnette et D900 jusqu'au croisement avec la D942, puis Jarjayes et N-D du Laus.
François a bien essayé de prendre un raccourci par Valserres (ce changement soudain de sa part m'a d'ailleurs surpris vu que les autres continuaient tout droit) mais il n'est pas arrivé avant nous ... En fait, oui, il EST arrivé avant nous sur le parking parce qu'il est passé par l'arrière de N-D sans lui en demander l'autorisation d'ailleurs, le traître ;-)
A relire son compte-rendu je ne puis que confirmer que le repas était, hum, inodore, incolore et insipide mais je serai moins d'accord en ce qui concerne les Babybel qui étaient, eux, tout à fait conformes aux originaux ;-))
J'ai d'ailleurs dit qu'ils pourraient servir pour le petit déjeuner du lendemain matin pour nous changer des confitures ...
Entre nous, si Didier n'aime pas les brocolis, il n'en a pas fait une affaire d'état et ... il a bien fait car, un soir, toute la cantine a appris, via un porte-voix que brandissait une des serveuses ;-), que la dame qui était installée derrière nous N'AIMAIT PAS LE POISSON !!!
Nous avons regagné nos chambres, j'ai tout empaqueté méthodiquement, les linges sales avec les sales, les moins sales avec les moins sales, les presque propres avec les presque propres, glissé le bon road-book dans le sac de réservoir, posé la tenue du lendemain sur la chaise, vérifié que je n'oubliais rien sous le lit, etc ...
C'est le genre de truc que j'aurais été incapable de faire au petit matin, je ne suis pas trop du petit matin ...
Bon, ben ... y a plus qu'à dormir et attendre que le portable sonne à 7H30' comme d'hab !!
Bonne nuit et à demain !!

23:37 Écrit par Alberto | Commentaires (1) | Tags : mercantour 2008

Commentaires

le Babybel n'est pas un fromage C'est un morceau de caoutchouc semi-comestible entouré de cire rouge qui permet de le garder intact pendant plusieurs siècles. Attention, il ne faut pas ingurgiter la peau rouge, pas parce qu'elle est moins digeste que le bout de caoutchouc beige à l'intérieur, mais parce que ça risque de faire bouchon à la sortie... si vous voyez ce que je veux dire !
Pour ceux qui connaissent bien le Babybel, je les mets au défi d'affirmer - main sur le coeur - que ce morceau de caoutchouc n'est pas inodore, incolore et insipide.
Et si je me rappelle bien, le Babybel n'est rien d'autre que le résultat d'un des nombreux essais de Charles Goodyear avant qu'il ne découvre accidentellement le procédé de vulcanisation.

Écrit par : Francois | 18/07/2008

Les commentaires sont fermés.