25/06/2008

Le Mercantour, le troisième jour, fin d'après-midi, début de soirée et nuit, OUFTI !!

MERCANTOUR 2008 039_640x480Figurez-vous qu'en me couchant hier (enfin, aujourd'hui déjà puisqu'il était plus d'une heure du matin), j'ai réfléchis (ouais, ça m'arrive sporadiquement) à ce choix que j'avais fait de suivre les jeunes plutôt que les moins jeunes au sortir d'Isola sur la D2205 ...
Indépendamment de ce qui est dit dans les commentaires de "Paul & Mickey" au bas du "post" d'hier, à savoir, peut-on ou ne peut-on pas, de temps en temps, faire une entorse aux sacrosaints règlements, doit-on ou ne doit-on pas, de temps en temps, faire fi des conseils, qu'ils viennent de nos aïeuls ou de notre descendance, indépendamment de ces considérations disais-je, je dois avouer que SI j'avais su :
- primo, qu'on se retaperait la Bonette 3 jours plus tard
- twingo , que c'était la seule occasion qui m'était offerte de fouler pendant une soixantaine de kilomètres "ma belle Italie",
je n'aurais pas hésité une seconde !!
Mais voilà, en tant qu'éternel suiveur, même pas fichu de préalablement reconnaître un road-book sur une carte, je dois "composer" dans l'urgence et les choix que je m'impose ne sont pas forcément guidés par une analyse froide et intelligente de la situation.
Donc, pour boire le calice juqu'à l'ItaLIE je donne rendez-vous aux "sexa's" et uniquement aux sexa's NA !, chez le meilleur glacier du monde (Henri le connait certainement !) où je leur offrirai la coupe de glace de leur choix !!
Hum, attention toutefois, car mon Bugey budget est assez limité ;-)))
Voilà qui devait être dit en passant ...

Bon, la bande de "jeunes" est à Barcelonnette, en train de deviser joyeusement et, certains que les 90 kilomètres qui restent à parcourir, si j'en crois le road-book ;-), seront avalés en un "tournemain" (ben oui, la main qui tourne la poignée de gaaaaazzzzzz !!), et qu'ils ne sont pas près de revoir les "vieux" de sitôt, continuent de prendre leurs aises, ne voyant pas que l'heure tourne inexorablement et oubliant même d'avertir la réception de N-D du Laus d'un éventuel mais prévisible retard ...
On repart qu'il est quelque chose comme 18h30 et la D900 nous fait traverser Les Thuiles, Le Lauzet-Ubaye, St-Vincent-les-Forts, nous fait flirter avec les rives du Lac de Serre-Ponçon, puis Remollon et au croisement avec la D942, on laisse nos amis Henri et Bernadette qui continuent jusqu'à Montgardin pendant que François et moi, nous prenons à droite pour remonter (sur la carte) vers N-D du Laus, via Jarjayes et une petite route locale bordée de 13 croix, réparties à droite et à gauche de la route qui serpente et monte jusqu'à l'hôtellerie.
Il est près de 20H00 et, oh surprise, nos "anciens" sont déjà là !!
Les volets de l'accueil sont tous baissés mais la préposée a laissé, sur une planche du comptoir, nos clés.
Nous avons chacun nos chambres réparties entre la 159 et la 162.
On n'a pas le temps de tortiller, le repas est servi à 19H15' sonnantes et trébuchantes et, si on ne veut pas manger froid, on a intérêt à se magner le train : Jacques vient nous rappeler à l'ordre, alors que François se prélassait sous la douche ...
Une soupe fade en guise de mise en bouche (j'ai vidé la salière et le poivrier pour la fouetter un peu), une ... crêpe farcie de champignons à la crème et accompagnée d'excellents haricots (n'est-ce pas, François ?), un dessert inconsistant et, pour arroser le tout, on s'est quand même offert, moyennant supplément à mettre sur la chambre 160, une cuvée spéciale du cru !
Tous les repas qui suivront seront du même tonneau, ni bons ni franchement mauvais, ni trop légers ni roboratifs, des repas de cantine en quelque sorte.
Les chambres sont toutes petites mais claires et propres, comportant tout ce qu'il faut pour ... dormir et se laver de la tête aux pieds : un petit lit, une petite table, des tablettes de rangement encastrées dans le mur, quelques patères mais pas d'AVE ;-), pas de bible non plus dans la table de nuit, un crucifix au dessus de la tête de lit, un wc, un lavabo et une douche. Il y a des volets en bois à la fenêtre, ce qui permet de les fermer la nuit en laissant passer un filet d'air pour sécher et aérer nos frusques détrempées.

J'envoie le SMS quotidien et je me pieute jusqu'au lendemain.
Bonne nuitée !!

PS : petit clin d'oeil à François qui me questionne en fin de première partie de son compte-rendu du même voyage, question concernant le sketch "Le mariage de ma soeur" de Fernand Raynaud
Ils se sont connus bizarrement(NDLR : sa soeur et son beauf) en mangeant du saucisson ...
Avec la chorale des Joyeux Pinsonnets du Dimanche, nous avions été visiter Chartres, ville bien-pensante. Il y avait Melle Lelonbec, Melle Procule, la responsable de l'harmonium, M. Chalamont, sous-chef de rayon aux Grands Magasins - qui était venu à vélo - il y avait la vieille Melle Hyacinthe, qui était venue avec son neveu, M. Jeannot Suie ... Jeannot Suie, vous le connaissez peut-être ? Il a été réformé. Quand on lui demande : "Pourquoi avez-vous été réformé ?", il répond : "Je peux pas vous le dire !
- Si, dites-le nous !
- Non ! Je ne peux pas !
- Si ! Dites-le-nous !
- Vous voulez savoir pourquoi j'ai été réformé ? Eh bien, je vais vous le dire ... C'est très gênant, mais je vais vous le dire quand même : je suis gaucher !"

Donc, ce n'est en effet pas Madame Chalamont mais Mademoiselle Procule, ce qui ne m'étonne pas d'elle :-)))))))

20:40 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : mercantour 2008

Les commentaires sont fermés.