24/06/2008

Le Mercantour, troisième jour, l'après-midi ...

MERCANTOUR 2008 035_640x480Rappel : une pizza, une pizza, une pizza !!!
Hélas, trois fois pizza, pas de pizza dans la pizzeria. Le NOUVEAU pizzaiolo ne prenait son service qu'au soir. On avait là une alternative cruelle : attendre le soir ou nous rabattre sur une vulgaire salade. Planning oblige, nous nous sommes tous mis à brouter, à la paysanne, à la forestière, à la façon du chef, au chèvre chaud ou façon vache en ruminant d'un air intelligent ...
Une addition et une division par cinq plus tard, on reprend la route, résignés, sous une pluie qui a décidé de nous suivre sans y être invitée, pique-assiette va !!!
On retrouve ENFIN Henri & Bernadette alors que la pluie redouble d'intensité ... On s'abrite d'abord sous un trop petit arbre pour nous garantir 100% d'étanchéité, on se rabat sous le auvent d'une banque (ou d'une poste, sais plus, me rappelle qu'il y avait là une jolie demoiselle qui faisait la conversation à son portable) et on attend que les éléments déchaînés ... NOUS LÂCHENT UN PEU, meeeeerde !!!
Henri et Bernadette nous racontent leurs péripéties : col de la Bonette fermé, col de la Lombarde à demi-fermé et ... pratiquement impraticable, routes sinueuses et dangereuses !
On repart et on fait les pleins à Isola (on ne s'en sort plus à moins de 25/30 € avec ce précieux liquide qui, comme nous, atteint des sommets !).
Là, le groupe se scinde : les ... anciens (les sexa's) et les nouveaux (les quinqua's), les premiers persistant à vouloir se "taper la Lombarde", malgré les conseils avisés des plus jeunes, s'offrant ainsi une incursion en Italie, les autres préférant continuer sur la D2205 pour "se faire la Bonette". J'ai suivi les jeunes pour ne pas devoir payer le gelato con fragole en Italie :-))) et garder un rythme de croisière ... plus élevé ! Ben oui, la Bonette, sauf erreur, c'est quand même la route la plus haute d'Europe, on pointe à quelque chose comme 2.860 mètres et, même si la route qui conduit à son sommet n'est pas la plus agréable que j'ai faite à moto, trop étroite (fallait pas s'attendre à une trois bandes d'accord !) et pas très variée question virolos, c'est une ascension qu'il faut au moins avoir faite une fois dans sa vie : rouler ainsi à flanc de montagne avec d'un côté des murs de neige et de l'autre ... le vide sidéral (qui donne parfois froid dans le dos et ... ailleurs aussi) , ça remet un peu l'Homme à sa dimension réelle, c'est-à-dire tout petit, tout petit face à la grandeur de Dame Nature, et là, peu importe qu'on fasse 1m66 ou 1m99 !!
On fait des photos, on s'amuse dans la neige comme des gamins et on repart, François prenant les devants, comme souvent ...
On redescend à 1402 mètres jusqu'à Jausiers et, gauche toute, sur la D900 pour un arrêt à Barcelonnette où on s'installe tranquillement à la terrasse d'un café, croyant, tel le lièvre de la fable, que nous avions tout notre temps pendant que "les tortues" s'affairaient quelque part en Italie entre les cols de la Lombarde et de Larche.
Mais nous avions tort et le tort tue, n'est-ce pas ?

Vous l'allez voir tout à l'heure ...

23:35 Écrit par Alberto | Commentaires (3) | Tags : mercantour 2008

Commentaires

Cols réservés aux plus de 60 ans Seuls les seniors ont pris le col de la Lombarde qui était très praticable (300m de route en gravier et un peu d'épines de pin glissantes par ci par là). En outre on était tout seuls.
Où va la jeunesse, qui a perdu son intrépidité, bien assise derrière son écran à commenter les courses que les autres font...Vous aurez raté au moins 12 marmottes et un chamois.

Écrit par : didier s | 25/06/2008

Aux armes citoyens ! Didier, sais-tu combien ton commentaire me fait plaisir ! Je ne te connaissais pas cette âme de révolutionnaire et, franchement, tu cachais bien ton jeu... camarade !

Car, par ces actions dont tu peux être fier, tu t'attaques à la société et tu rejoins notre combat: oser confronter l'autorité de face et braver les interdictions, je dis "bravo".

Montrer avec quel dédain tu franchis à moto le panneau indiquant que la route est fermée et avec quelle audace tu avances face au danger annoncé est un exemple pour nous tous. Aurai-je un jour le courage d'en faire autant ?

Cela peut paraître un petit pas pour l'homme mais c'est un grand pas pour l'humanité, la liberté, l'égalité et la fraternité. Je m'incline devant tant de conviction.

Le jour viendra, camarades, où le nom de Didier sera chanté sur les barricades: "Didier, Didier, Didier".


P.S. on a aussi vu des marmottes en montant au col de la Bonette.

Écrit par : Francois | 25/06/2008

Erreur Monseigneur Didier oublie de citer le fait qu'un couple de jeune motards (Bernadette et Henri sur leur Tigre) lui avait ouvert le col de la Lombarde quelques heures avant que lui n'y passe avec les vieux !

Écrit par : Obelix | 25/06/2008

Les commentaires sont fermés.