08/03/2008

Les portes ouvertes de Bailleux ...

PO_7_640x480... à ne pas confondre avec les pâtisseries tapisseries du même nom ...

Ainsi donc fut dit ainsi fut donc fait !
J'ai mis le réveil-gsm-portable-téléphone-mobile-et-sans-fil sur 8H15 pour être à 9H30' chez BAILLEUX, de quoi me donner le temps de m'extirper des bras de Josée, d'engloutir un copieux petit déjeuner, d'aller voir les dernières news sur le pc, de passer à la SDB pour me toiletter, de m'habiller, de préparer la mixture aux chats affamés, de griller la première clope de la journée, de sortir la DL de son antre et de faire les 3.8 km qui me séparaient de la concession Triumph.
J'y suis arrivé à 9H40 finalement, fidèle à ma réputation de retardataire. J'ai vu la Tiger d'Henri garée le long de l'allée latérale qui mène à l'atelier, je me suis aligné pareil et je l'ai cherché ...
Bizarre, il n'était nulle part, ni dans le show-room, ni dans l'atelier, ni à l'extérieur. Je m'en inquiète et on me dit qu'il était déjà parti avec une "première fournée" d'essayeurs !!
Il n'a vraiment pas perdu son temps me dis-je dans mon for intérieur sans l'extérioriser !
Et le voilà, en même temps que d'autres, lui sur une TIGER orange du plus bel effet, couleur qui se marie très bien avec la fourche anodisée.
De son aveu il préfère la couleur noire, plus classieuse certes (?) mais tellement plus ... hum ... sombre. L'orange fait un peu m'as-tu-vu selon lui ce à quoi j'ai rétorqué qu'en moto il était primordial d'être vu !
Mais trêve de bavardages stériles, regardez plutôt (waf waf ... ) LES ALBUMS que nous avons ramenés ...

Je peux déjà vous dire, information plus chaude que ça "tu crames", que c'est LORENZO (le "coéquipier" bibendumé de ROSSI) qui a chopé la pole au Qatar. Il est suivi dans l'ordre par TOSELAND, EDWARDS, STONER, DE PUNIET, HAYDEN, ROSSI, PEDROSA et DOVISIOZO.
Comment je sais déjà vous annoncer ça : parce que j'ai regardé les essais en "direk live from Qatar" les gars !
Et sur quelle chaîne ?
Sur le PC les gars !
Comment ça ?
Ben, c'est mon cadeau de St Valentino : j'ai souscrit un abonnement à cinquante-neuf euros quatre-vingt-dix-neuf cents qui permet plein de choses, ouvre des tas de portes et autres windows et notamment autorise (les milieux autorisés) à suivre les essais "comme si on y était" ou presque !!
Voilà un beau cadeau qu'il est beau non ?
Je n'ai pas pris la formule la plus chère pour des raisons ... économiques et budgétaires et j'ai promis à ma Valentine que j'irais moins souvent faire un petit coucou à ma libraire préférée (snif) et que j'achèterais par conséquent moins de revues ...
J'vous jure, c'est vraiment faire des misères pour des ... clopinettes !

Tiens, je vais en griller une et je reviens. A tout à l'heure ?

PO_9_640x480Qu'est-ce que je disais ? Ah oui, je suis de la revue question revues ... La vie n'est faite que de concessions je vous l'ai déjà dit et je le confirme.
A propos de concession, revenons-en à celle du sympathique Mr BAILLEUX.
Après la première ronde dont Henri était, nous sommes entrés dans le show-room pour nous réchauffer un peu car il faisait froid en ce matin de mars, j'avais d'ailleurs les mains glacées alors que je n'ai parcouru que 3.8 km. Il faut dire que je n'avais pas pris la précaution d'enfiler les gants d'hiver ...
Bon, on entre, Mme BAILLEUX nous sert deux bons cafés et là, comme souvent quand je suis dans un lieu et/ou une situation "nouvelle", je suis gauche et je gaffe : je laisse tomber mon beau cax Shoei XR1000 et, dans le mouvement de surprise pour essayer de le rattraper, je renverse les 3/4 de mon café !! Je me confonds en excuses, "j'esponge avec mon pancho" et me cache dans un coin pour me faire oublier ;-))
Mr BAILLEUX nous rejoint pour tailler une bavette et pour un peu se plaindre en disant qu'il n'aimait pas trop ce genre de journées où il n'avait rien d'autre à faire que de tendre des clés aux essayeurs ...
Et c'est là que je retrouve mon esprit vif et lui dis : Qu'à cela ne tienne, j'ai un petit service à vous demander ! Vous m'obligeriez en prenant cinq minutes pour vérifier la tension de ma chaîne.Entre nous, je n'imaginais qu'une réponse négative et ne m'en offusquais par avance pas !
Après m'avoir un peu chambré avec des réflexions blessantes vis-à-vis de mes compétences (!) mécaniques ;-), il m'a demandé de pousser ma DL jusqu'à l'atelier : non seulement il a tendu la chaîne mais en plus il est allé chercher le gonfleur car il a remarqué que les pneus étaient manifestement sous-gonflés et tout cela avec le sourire et pour pas un balle !
Je vais me sentir obligé d'acheter une TRIUMPH, c'est sûr !
Un type a demandé à qui appartenait la merveilleuse DL qui trônait dans l'allée ;-), il a également demandé s'il pouvait y poser les fesses et a trouvé la position très confortable. Je lui ai dit tout le bien que je pensais de cette excellente machine !!!
Notre tour était venu pour ce qui était déjà une troisième "vague" d'essais.
Henri s'est porté volontaire pour essayer la SPEED TRIPLE. Aussi loin que je sois concerné j'aurais aimé essayer la TIGER mais j'ai laissé tomber les bras faute de jambes bien trop courtes : une fois dessus, j'étais tout juste sur la pointe des pieds ...
Je me suis rabattu sur la sympathique STREET TRIPLE, un bien joli roadster au design soigné et aguicheur avec une selle à bonne hauteur !!!
Déjà à l'arrêt, ça change du tout au tout par rapport à la DL : une bulle toute riquiqui, une béquille latérale fort en avant, des rétros pas vraiment dans l'axe naturel de vision, des repose-pieds très reculés et situés très haut, une position nettement moins droite, le corps étant bien penché en avant, prenant appui sur le guidon.
Contact : bonnes surprises avec
- un indicateur de rapport engagé
- un très beau bruit à l'échappement
- une légèreté évidente en manoeuvres lentes.

La suite et les impressions glanées sur le trop court "run" de +/- 20 minutes dans les environs attendront DEMAIN si vous voulez bien !

21:42 Écrit par Alberto | Commentaires (0) | Tags : street triple

Les commentaires sont fermés.