07/10/2007

Week-end over ...

20070930 FERME DE LA GERONNE 006_640x480C'est la suite ...
La surprise au réveil, le samedi ?
Une musique d'enfer à faire swinguer tout un cimetière !
Quand il estime que l'heure est venue, Michel a pris la bonne habitude (?) de placer un "radio réveil" dans un endroit stratégîte du gique et vice versa, c'est-à-dire dans le hall qui communique avec toutes les chambrées, et de pousser le volume à donf les manettes !! Ce samedi là c'était un truc "techno" avec des brames miaulements de formule 1 !!!

On apprécie ou pas, mais l'effet est immédiat et le but recherché est atteint. Le truc après, c'est que, comme il n'y a que deux salles de bain pour les 18 convives qui étaient restés coincés sous la couette, ça fait un peu désordre dans les couloirs ...
Cela dit, pas de souci, certains vont prendre leur petit déjeuner en pyjama ou en baby-doll, pendant que d'autres, pour ne pas trop monopoliser les lieux d'aisances, prennent leurs douches en couple, mmmhhh, et d'entendre : Alors, chou, tu m'avais promis de me passer un savon, J'ATTENDS !!!!
Le temps était très très brumeux au point qu'une vache y aurait perdu son veau ...
Après un petit déjeuner fait de petits pains passés au four, de confitures tutti frutti, de "choco" et de café léger, il était prévu ce matin de donner à manger aux animaux de la ferme.
Il y avait de tout, des poules, des lapins, des cailles, des dindons, des pintades : Vanessa, qui avait des bottes blanches immaculées et fort seyantes, entreprit d'en libérer une qui s'était coincée sur les filets tendus au dessus de l'enclos, aidée en cela, pas la pintade, mais Vanessa, par ma Josée qui s'occupait d'indiquer le trou par lequel il fallait qu'elle le réintègre.
Leurs efforts furent récompensés et la volaille étourdie put rejoindre ses congénères : à l'heure qu'il est elles doivent encore se souvenir de cette mésaventure !

Il y avait aussi des moutons, des chèvres et des boucs et, plus exotique, des lamas (dont un Alcantara), des autruches, des émeus.
Plus loin encore, nous avons "croisé", un SANGLOCHON, qui, comme vous l'aurez deviné est un croisement entre un sanglier et un cochon. Il y a une tasse de verveine un ver de Verlaine qui l'a rendu célèbre, non ?
Le sanglochon des violons de l'automne ...
Ces vers sont d'autant plus célèbres qu'ils ont été utilisés pour annoncer, en langage codé, le débarquement des alliés en Normandie .
Et, à propos de débarquement, c'est affamés à la vision de toute cette viande sur pied ;-) et par la balade pédestre qui s'ensuivit, que nous avons réintégré le gîte. Nous nous sommes dès lors jetés sur les amuse-bouches et le rosé en attendant les pizzas qui se doraient les miches au four ...
J'en ai mangé quelques quartiers, sans compter, c'est comme ça quand on aime ai-je précisé à ma tendre moitié qui regardait mes va-et-vient vers le buffet avec des gros yeux, tous deux réprobateurs ...
Après le repas, certains ont regagné leurs chambres pour faire la sieste alors que d'autres ont préféré faire la deuxième promenade du jour, digestive celle-là. Nous avons fait la balade des 4 ponts et, sans l'écourter pourtant, nous n'en avons compté que trois. Nous avons eu l'occasion de voir des chevaux "tarpan" ... Vous savez que je n'en rate pas une et quand on a parlé de "tarpan" j'ai dit que je croyais qu'il s'agissait d'une voiture construite dans les pays de l'Est ;-), qui n'est autre que la Trabant n'est-ce pas, je précise pour ceux qui ne connaîtraient pas ...
Mais, j'dis ça, j'dis rien, en faisant une recherche "images" dans "Glouglou", VOICI ce qu'on obtient, alors ... Je l'ai imaginée, ils l'ont faite ;-))))

Cette nouvelle promenade aurait pu à nouveau aiguiser notre appétit et faire en sorte qu'on se jette une fois encore sur des chips et du rosé mais ... cette fois, l'heure n'étant pas trop avancée, c'est un bon café et des biscuits au chocolat qui nous attendaient au bivouac.
Le soir, après un rôti à la moutarde, accompagné d'un gratin dauphinois et de petits pois et carottes, le tout d'excellente facture, Stéphanie, une des 3 filles de Michel & Christine, ni l'aînée ni la benjamine mais ... l'intermédiaire (?) ... nous avait préparé une espèce de "Trivial Poursuite" auquel s'ajoutaient des gages farfelus en cas de mauvaise réponse et, chacun y allant de vannes grosses comme des chevaux de trait, on s'est marré comme des baleines et ça, jusqu'à près d'une heure du matin, moment que choisi Michel pour ajouter des bûches dans le grand feu ouvert avant d'aller se coucher. Nous on était restés autour de Carine, qui avait amené sa guitare, pour chanter ou meuhmeuhmer des airs connus : Hotel California , Siffler sur la colline, Hey Jude , Naaaaa Naaa Naaa Nanananaaaaa, Nanananaaaaa, etc ...
Une soirée très très sympa qui s'est clôturée vers 2h00 en ce qui me concerne, 3h00 pour d'autres qui ont préféré attendre que le feu soit complètement éteint, MERCI MICHEL !!!
Autant dire qu'à l'appel de l'infernal radio réveil le lendemain matin, certains étaient plus frais que d'autres !!

16:49 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

Commentaires

J'avais promis de mettre le feu lors de ce WE.
C'était donc chose faite avec la bûche (pas de Noel)

Écrit par : Michel | 17/10/2007

J'y asteû... Et je peux confirmer les dires du sieur Alberto...
Chouette ambiance pendant le Trivial Poursuite.
Et vu qu'on a dû avaler quelques hectolitres (enfin presque) d'eau bénite, c'est très naturellement que nous sommes restés jusque 3heures du mat' afin de prévenir tout incendie.
N'empêche, Alberto a une meilleure descente pour les rosés que pour l'eau ;o)...

Amitiés,


Eddy.

Écrit par : Eddy | 22/10/2007

Les commentaires sont fermés.