15/08/2007

Les Alpes, le retour !

ALPES 2007 102_640x480Ainsi donc le voyage touchait à sa fin ... Il était convenu de remonter en deux jours, le premier nous menant jusqu'à VILLERSEXEL soit la même étape qu'à l'aller.
Après le petit déjeuner habituel, avec de la baguette croustillante à souhait, nous passons tous à la caisse.
Je suis derrière Didier et je l'entends dire à Gilles que le bouchon de la baignoire fuit, en son centre exactement, ce qui fait qu'il terminait généralement son bain ... à sec : au moins il "avait pied" comme ça ;-))
Cher Gilles,
si tu lis ce compte-rendu, et à toutes fins utiles, je te signale que dans la chambre 101 :
- l’éclairage du petit hall d’entrée ne fonctionne pas . La penderie se trouvant dans ledit sas et la lumière du jour ne l’atteignant pas, je devais sortir tous les fringues à chaque fois pour trouver le caleçon propre ou bien le tee-shirt le moins odorant ;;
- tant qu’on est dans la penderie, je n’avais que 2 cintres et demi, j’ai donc squatté tout ce qui pouvait servir de support à mon impressionnante garde-robe ;
- un seul éclairage fonctionnait alors qu’il y avait deux lits et comme par hasard c’est du côté que je préfère que l’ampoule était grillée. Là j’ai quand même eu une idée lumineuse, j’ai piqué l’ampoule de mon voisin, les absents ayant toujours tort, c’est bien connu;
- la tringle à rideaux ne tient plus que par miracle;
- le papier toilette !!! Qu'est-ce que c'est que ces feuilles de cigarettes juste suffisantes pour se rouler un joint, mmmhhh ? Il en faut une vingtaine pour arriver au bout du ... sale boulot ! A changer impérativement !!
Sache toutefois que ces petits soucis domestiques n'ont pas réussi à gâcher mon séjour et qu'ils ont été très largement compensés par un accueil toujours au top et un service irréprochable.
Voilà pour la pub gratuite !
Sachez de votre côté que le "tarif motard" est passé à 43 € par jour en demi-pension mais que cela reste sans concurrence dans la région ...
On se met en rang d'oignons devant le perron, on donne un petit coup de klaxon et démarre le peloton, ALBERTVILLE étant la direction.
Trois nationales, respectivement les N90, 212 et 508 sur lesquelles nous roulons à 110 compteur, sans doute François ne se fie-t-il pas à la petite marge d'erreur qui nous autoriserait à filer à du 120 ;-) et déjà je trouvais le temps long ... lorsqu'il vira brusquement à droite sur une D112 qui me redonna goût à la balade.
Un premier arrêt nous confirma que le beau temps était de nouveau de la partie, les rayons du soleil dardant déjà généreusement au point que Jacques en profita pour activer le séchage de son fonds de pantalon en imitant la démarche de John Wayne et que d'autres soulagèrent déjà une vessie alourdie par les nombreuses tasses de café avalées le matin.

On repart, on contourne ANNECY, on arrive à FRANGY (où on redoute la panne ... un dessin ?), puis ARCINE, le défilé de l'ECLUSE, on longe COLLONGES, on frôle FERNEY-VOLTAIRE sur la D984, on arrive à GEX, ville tampon où il fait chaud comme dans un four (pfffffff ... facile !) et on attaque le Col de la Faucille qui a une saveur particulière puisque, si je ne m'abuse une fois encore, il sera le dernier col de notre périple et comme le dirait un pote communiste (si si ça existe encore), il faudrait être marteau pour ne pas s'éclater dans la Faucille ... Ok, ok ... drapeau blanc, n'en jetez plus !!

On redescend par la N5 sur LES ROUSSES où ne nous attendent pas encore nos blondes hélas et, juste avant de pénétrer (oh oui, oh oui !) dans la ville, nous nous mettons en quête d'un restaurant.
Didier qui a le nez fin, ce n'est pas une caractéristique physique, c'est une façon de dire qu'il a le don pour dénicher des endroits sympas pour béqueter, nous dégote un établissement avec une terrasse qui s'ouvre sur un magnifique panorama. Certains rangent leurs machines loin des regards des clients pour ne pas gâcher la vue justement, d'autres, comme moi, plantent ostensiblement leurs motos devant pour la photo ...
Nous prenons tous un menu, dont un colin à la bordelaise en plat principal alors que François, revenu à de meilleures (?) intentions se contente d'une ... ENORME salade.
J'ai failli me perdre en allant aux toilettes car le road-book "boules et flèches" n'était pas des plus clairs et j'ai demandé mon chemin à quelques chèvres en m'adressant à elles en bêêêêêêêlge !
On demande l'addition qu'on partage équitablement et quitte la table légèrement appesantis, j'ai d'ailleurs un peu plus de mal que d'habitude à enfourcher la bleue DL ...
On reprend la N5 jusque ST-LAURENT-EN-GRANDVAUX, non loin du Pic de l'Aile, de la Cascade du Hérisson et d'un endroit que Didier aime à fréquenter (CLAIRVAUX-LES-LACS), puis CHAMPAGNOLE, droite sur la D471, gauche sur la D473 et BOUJAILLES.
Là, Henri dépasse le convoi et impose une halte. Il en avait gros la vessie, comme la plupart d'entre nous d'ailleurs et le premier arbrisseau venu se vit arrosé copieusement !
Le ciel était bleu, la route était grise et le champ doré, une invitation à la sieste : Jacques et Henri ne se firent pas prier tandis que moi j'étais sur les charbons car je m'étais retrouvé sans clopes. Je pensais tenir mais ... je n'y tenais plus.
LEVIER, le village le plus proche se trouvait à 9 km que je parcouru aussi vite qu'on grille une sèche. Je repérai un "Tabac" et achetai 2 paquets de "CHAMEAUX" d'une étrange couleur bleue au lieu de la couleur sable habituelle ...
Je glissai une pièce dans un distributeur de soda, le bu et téléphonai à mon paternel qui s'étonna de la qualité de la communication ...
Les 4 mousquetaires arrivèrent et nous reprîmes la route par la D41 jusqu'à OUHANS et le spectaculaire site des sources de la LOUE : arrêt obligé !!ALPES 2007 088_640x480 Pendant qu'Henri fait une nouvelle sieste, un magazine MOTO2 comme livre de chevet et garde par la même occasion nos destriers et nos effets, nous descendons sur le site à 600 mètres du parking ce qui nous autorise à admirer la "grandiosité" (c'est Ségolène qui me l'a soufflé ce mot là) et les splendeurs dont Dame Nature est capable. Nous criblons l'endroit de photos et remontons pour faire part de notre émerveillement à Henri ... qui en a vu d'autres ;-)))
Et ce n'était pas fini car les Gorges de la Loue qui suivaient naturellement valaient également le détour et nous nous sommes arrêtés maintes fois pour fixer ces merveilles sur notre ... pellicule ... numérique !

Arrêt à l'entrée d'ORNANS, double tournée (la première par Didier, oui vous avez bien lu, la seconde par François, merci à tous deux). On repart, François dans le bon sens, tous les autres dans le mauvais, une faute d'attention à mettre sur le dos de la double tournée ?? puis la D492, BAUME-LES-DAMES et la D50 VILLERSEXEL : 1ère étape réalisée sans encombres et malgré qu'il s'agisse du retour et par conséquent de la fin des "vacances", elle n'en avait pas le goût !!!

Il me reste à vous parler du menu du soir à l'hôtel du Commerce et de la dernière étape : ça vient, ne désespérez pas ;-)))

21:42 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

Commentaires

Merci pour ce comptre-rendu en plusieurs morceaux mais très complet Même s'il me manque le petit bout de la fin, j'ai fort apprécié d'avoir la "vision externe" de notre voyage.
J'aurai la suite à mon retour de Bretagne.

Écrit par : Francois | 16/08/2007

Les commentaires sont fermés.