12/08/2007

Italie nous revoilà !

ALPES 2007 061_640x480Et oui, je m'y remets mais je vous préviens, quelques menus travaux de jardinage et un "dragage" de gouttières - je suis un éternel dragueur, je crois qu'on dit un "latin loser" ou quelque chose comme ça ;-) - auxquels il faut ajouter dix kilomètres à pieds à partir de Lambusart pour une marche ADEPS sans grand intérêt en matière environnementale, ont eu raison de ma résistance physique et entamé ma vivacité d'esprit ...
Si je ne me retenais pas je ferais un "scramble" des comptes-rendus de mes amis François et Henri que je collerais, ni vu ni connu, au cul de cette intro qui n'en finit pas d'introduire l'épisode du jour, épisode relatif au cinquième jour de notre périple savoyard, et oui ça voyage ...

Comme je l'ai déjà dit, il n'y avait pas de road-book pour cette troisième sortie à partir de notre hôtel d'accueil (sans hôtesses d'accueil hélas ...).
J'ai consacré toute mon attention au programme qui avait été débattu la veille lors du repas : le barrage de ROSELEND, BOURG-ST-MAURICE, le Col du Petit St-Bernard, COURMAYEUR, les vals (ou vaux) VENY et FERRET, puis retour sur BOURG-ST-MAURICE, MOUTIERS et LA LECHERE. Un programme pas bien compliqué, facilement repérable sur la carte et néanmoins intéressant à plus d'un titre !
Bien que muet d'admiration (oui, c'est possible !) devant tous les beaux paysages qu'offraient (cadeau) à nos yeux ces majestueuses montagnes, je m'étais plaint, en éternel insatisfait, que tout cela manquait un peu de visites de villes ou villages typiques et/ou chargés d'histoire, en un mot, de vieilles pierres ...
Henri avait pris la tête du cortège funèbre ce matin-là, sur la N90 en direction d'ALBERTVILLE, et quand je vis qu'il prenait la sortie CONFLANS, ville médiévale, je crus naïvement et un court instant que mes voeux allaient être exaucés et que nous allions faire une halte culturelle, médiévale autant qu'urbaine.
Ce ne fut pas le cas et nous continuâmes notre route après un arrêt forcé chez un concessionnaire SUZUKI (je me suis donc trompé, j'ai annoncé cet arrêt le lundi !!) pour alimenter la chaîne de la TDM en graisse. Pour me faire pardonner cette erreur, un détail supplémentaire : la graisse était de couleur ROUGE !

Apparemment, puisque François et Henri le disent tous deux dans leurs "c-r's" on a "escaladé" le Col du Pré (qui n'est nulle part sur ma carte N°523) et c'est vrai qu'on a escaladé un premier col sur une route étroite qui serpentait sur ses flancs : au sommet, on a fait de belles photos avec, en avant plan, une maison toute faite de bois dont nous avons squatté les balcons ...
Ensuite nous avons pris la direction de BEAUFORT et du barrage DE ROSELEND : les eaux de ce lac sont d'une couleur presqu'irréelle, féérique et les photos que j'en ai ramenées sont ... des cartes postales !
On remonte ensuite vers le CORMET DE ROSELEND qui se situe à nouveau à près de 2000 mètres d'altitude et ensuite c'est la plongée vers BOURG-ST-MAURICE et qui dit plongée dit ... qu'Alberto ne se sent plus, se met au point mort et se jette, tête de fourche la première, dans la descente ...
J'arrive à la bourre à BOURG, franchi le rond-point pour me mettre dans la direction "Col du Petit St Bernard", je me range sur un trottoir et commence à attendre mes compagnons de route ...
Pom, popopom popom popom ...
Je cherche un coin d'ombre parce que le soleil donne (de la couleur aux gens)
Popopopom Popopopom ...
Je descends de la DL et allume une clope ...
Bibapeloula cheeze my baby ? Bibapeloula ...
Je sors la carte Rhône-Alpes car j'ai un doute : me serais-je trompé ?
Non, impossible de se tromper car il n'y avait qu'une route ...
Merde : il y avait bien "un truc blanc" qui mène à VILLE DES GLACIERS, avec ma veine tu vas voir qu'ils sont allés tremper leurs orteils dans les mers de glaces ...
Je téléphone à Henri qui sur l'entrefait me téléphone pour me dire que lui et François m'attendent à l'entrée de BOURG-ST-MAURICE et m'intime de faire demi-tour pour les rejoindre, ce que je fais sans me faire prier car je suis dans mon tort ...
Et malgré que je sois dans mon tort, on établi un constat à l'amiable, normal entre amis !
Jacques et Didier sont arrivés bien plus tard, satisfaits d'avoir fait ce crochet supplémentaire qui, paraît-il avait été annoncé ...

Nous étions à nouveau tous réunis
et sommes repartis
comme un seul motard
en direction du Col du Petit St-Bernard

Buongiorno Italia col caffè ristretto
Le calze nuove nel primo cassetto
Con la bandiera in tintoria e una seicento giù di carrozzeria
Buongiorno Italia, buongiorno Maria
Con gli occhi pieni di malinconia... buongiorno Dio
Lo sai che ci sono anch'io?
Lasciatemi cantare,
La motocicletta in mano
Lasciatemi cantare
Sono un italiano

A suivre ... suis trop fatigué !

22:48 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.