07/08/2007

Les Alpes 2007 : l'aller, deuxième partie !

Le but secondaire (puisqu'il s'agit de la deuxième journée, n'est-ce pas ?) était de rejoindre "Le Capricorne" au pied du Col de la Madeleine, à quelque 20 kilomètres au sud d'ALBERTVILLE.

La culture faisant désormais partie intégrante de nos voyages, nous avons commencé par faire une visite éclair au château de VILLERSEXEL, éclair parce que les grilles en étaient fermées. Un type qui sortait de là dans sa vieille RENAULT, m'autorisa à les franchir, le temps de faire une photo de la ronde tour couverte de lierres.

Nous avons traversé BAUME-LES-DAMES, PONTARLIER, LES ROSIERS, OYE-ET-PALLET, CHAUX-NEUVE, MOREZ, LES JOUVENCELLES et avons atteint vers 13H15' COMBE-DU-LAC et le restaurant "L'ANVERSIS" où il était prévu de déjeuner ...
Ces 170 kilomètres furent entrecoupés par deux arrêts photos, aux environs de 10H00 et 12H00, l'un pour le paysage qui devenait de plus en plus intéressant, l'autre pour se dégourdir les guiboles.
A nos âges, un arrêt photos-pipi-étirement est vivement conseillé après +/- 150 km ou maximum deux heures, sans quoi la fatigue s'installe ... à la place du "sac de sable", bien calée contre le top-case et ralenti à la fois la moto et son pilote ;-)))))
Ah ben ... tant qu'on est assis derrière, on va en profiter pour visionner le premier lot de PHOTOS
prises lors de la descente à N-D B !!

ALPES 2007 016_640x480 Nous devions normalement retrouver Jacques à "L'Anversis" et ce n'est pas faute d'avoir essayé de le prévenir avec force messages vocaux et "Short MessageS, nous l'avons même vu passer au loin ... Pourtant des panneaux jalonnaient le bord de la route et avertissaient de la présence de ce restaurant-bar, à conseiller vivement par ailleurs si vous êtes de passage !
Mais point de Jacques finalement : nous nous sommes forcés à manger sans lui ;-) après que le patron des lieux nous ait, d'un ton professoral et languissant, détaillé les plats par le menu ...
Nous avons tous trois pris une "croûte", qui au fromage, qui à la saucisse, qui au saumon. C'était roboratif mais sans le sous-entendu péjoratif du terme, en un mot copieux et excellent... Oui je sais, ça fait deux mots et alors ??
Servis dans une large terrine ovale sur un fond de pain, les saucisses, pommes-de-terre et petits légumes étaient divins. Le tout toutefois un peu trop longtemps enfourné, j'ai pratiquement plié les couverts, j'ai même failli demander des outils supplémentaires pour décoller tous les morceaux qui s'accrochaient désespérément aux bords du ramequin ...
Et oui, je suis de ce genre là,
à lécher les fonds de casseroles
avec des quignons de pain,
rien de tel pour faire sourire
mon mauvais cholestérol ...

Il nous restait près de 200 km à parcourir au départ de la D25. Nous prîmes la direction de LAJOUX, MIJOUX, puis CONFORT, SEYSSEL, SAINT-ANDRE et RUMILLY sur la D31. Jacques nous attendait au détour du chemin. Il tenta de nous expliquer confusément ;-) pourquoi il avait loupé le lieu de rendez-vous, qu'il nous attendait bien plus tôt et ... à un autre croisement et, de trois, nous continuâmes notre route à quatre, comme les cinq doigts de la main !

Nous avons contourné RUMILLY, en direction de ALBENS et AIX-LES-BAINS, nous sommes passés sous le pont de l'autoroute, tout droit vers CUSY, nous avons croisé en la saluant la D911 que nous avons empruntée pour une quarantaine de kilomètres dans la direction de LE CHATELARD et SAINT-PIERRE-D'ALBIGNY jusqu'à la N90 que nous avons remontée pendant 23 km jusqu'à ALBERTVILLE et redescendue sur 18 km jusqu'à la sortie 37 "LA LECHERE" et "NOTRE DAME DE BRIANCON".
Rien de particulier à signaler pour cette deuxième partie de deuxième partie si ce n'est l'un ou l'autre arrêt pour les mêmes ... besoins évoqués auparavant.

ALPES 2007 080_640x480Nous sommes arrivés à l'hôtel vers 19H00 si je ne m'abuse et l'ami Didier, le cinquième doigt de la main en quelque sorte, pratiquement l'auriculaire, n'est-ce pas Didier ;-), nous attendait. Il revenait d'un séjour en solitaire dans le Thoronnet et, en nous attendant, il avait eu le temps de choisir la plus belle chambre avec vue sur la mer ;-). Il faut savoir que l'hôtel ne faisant pas restaurant le dimanche soir, Gilles nous avait donné le digicode pour nous permettre de nous installer dans nos chambres : il avait bloqué pour nous les 101, 106, 107, 108 et 109. J'ai hérité de la 101, un peu à l'écart par conséquent, mais aucune raison de s'en plaindre, au contraire, si ça pouvait m'éviter les vibrations provoquées par les ronflements des uns et des autres :-)))

Juste le temps de délester les motos, de cacher les mauvaises odeurs par quelques "pschits" stratégiques que déjà nous repartions à la recherche d'un bistrot pour dîner. Nous l'avons trouvé, non sans difficulté, dans le centre commercial non loin de là. Nous nous sommes installés à rue (pratiquement piétonnière il est vrai) et en ce qui me concerne j'ai pris le menu à +/- 12 €.
C'est fou comme on peut bien manger en France pour 12 € : à ce tarif là on a droit à un menu trois services des plus corrects et relativement équilibré, rien de tel "par chez nous" ! Si vous avez des adresses, n'hésitez pas à les poster en commentaire !!!

Nous sommes repartis à la tombée de la nuit, les compteurs de la DL me gratifiant de leur belle lumière orangée, et avons regagné l'hôtel où j'ai enfin pu me doucher de pieds en cap et profiter d'une douce nuit de sommeil réparateur.
Avant de fermer l'oeil, le bon et l'autre aussi, j'ai parcouru le road-book et tracé "dans ma tête", +/- bien entendu, les routes que nous allions découvrir le lendemain, selon une bonne habitude dont je ne me départirai pas jusqu'à la fin du séjour ...

12:36 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

Commentaires

Heureusement que tu es là pour tout raconter Car je sens que mon compte-rendu ca devoir attendre !

Avec l'emménagement de ma fille dans son nouveau studio avec tous les petits travaux qui accompagnent cette activité (assemblage de meuble IKEA, perçage de trous dans les murs pour fixer étagère ou autre barre de penderie, etc.), je n'ai plus beaucoup le temps pour rédiger mon compte-rendu.

Heureusement que Alberto est là !

Écrit par : Francois | 07/08/2007

Et oui ... Je ne te le fais pas dire !
Si je n'avais pas deux mains gauches, je te proposerais bien ... une main ;-)
Quant au compte-rendu d'Henri il ne faut pas trop y compter non plus car il repart déjà fin de semaine pour les Pyrénées ...
Bon bricolage à l'un et bon voyage à l'autre ;-))

Écrit par : Alberto | 07/08/2007

Compte-rendu Les amis, le compte-rendu sera sur la toile avant mon départ ce dimanche. Départ en caisse malheureusement, le Tigre étant en panne (il refuse de démarrer) sans doute en a-t-il un peu marre de tous ces kilomètres que je lui fait faire !

Écrit par : Obelix | 08/08/2007

Les commentaires sont fermés.