12/07/2007

Il pleut des e-mails ...

alpe1_08Et oui, en plus d'un début de mois de juillet pourri, qui ressemble plus à une fin de mars d'ailleurs, où il bruine, pleuvine, crachouille, voire tombe des chats et des chiens, des batraciens et autres gastéropodes avec ou sans toit, ne voilà-t-il pas qu'en plus il pleut des e-mails !
Explication ...
Vous n'êtes pas sans savoir, et si vous ne le saviez pas ... vous ne pourrez plus l'ignorer après avoir lu les lignes qui suivent, que le 28 juillet la fine équipe qui compose notre modeste club prendra la route direction Notre-Dame de Briançon, au pied du col de la "Madeleine", qui est trop bien pour moi comme le dit Jacques Brêle dans sa chanson éponyme (je l'ai sans doute déjà faite celle-là mais bon ...)
Partant de là, enfin ... partant d'ici pour arriver là, les préparatifs vont bon train d'où ... l'avalanche de courriels.
Les road-books pour l'aller et le retour ont été confectionnés par François qui s'est également occupé des réservations pour les pit-stops pendant qu'Henri s'occupait lui de la réservation de notre hôtel sur place où nous sommes désormais des habitués. Pour rappel il offre la chambre "single" et la demi-pension pour seulement 33 €, un prix sans concurrence à moins de dormir sous les ponts ! (Cela dit en passant, ni le gros rouge ni le petit blanc ne sont compris dans prix, Henri nous le rappelle chaque année ...)
Pour le reste et contrairement aux années antérieures semble-t-il, au cours desquelles nous nous étions principalement "contentés" d'effectuer les road-books mis à disposition sur place par les sympathiques gérants de l'hôtel, cette année chacun y va de son itinéraire personnel à préparer pour le jour du grand départ. Et c'est là qu'interviennent tous ces e-mails avec des propositions d'Henri et plus particulièrement de Jacques qui sera de la fête également ...
Grand amateur de grands frissons il nous prépare une VRAIE journée "trails" avec ce que cela comporte de chemins de chèvres, ça nous changera des moutons me direz-vous, où même la main de l'homme n'a jamais mis le pied !!
Le fait de rouler sur "l'autre reine des Alpes", j'ai nommé la BMW 1200 GS, lui fait pousser des ailes dans le dos ... et il veut nous pousser pareillement sur des routes ou plutôt des pistes et hors des pistes qui pourraient s'avérer difficiles à négocier, même avec le meilleur diplôme de marketing ...
Il y a notamment le colle delle Finestre qui signifie "le col des fenêtres" qui semble aussi tortueux et torturé que les arcanes de "Windows" ;-))
Quand on sait que les gravillons sont pratiquement ce que le motard lambda redoute le plus et qu'on regarde à la loupe la route qui grimpe au sommet du col, on est en droit de se poser des questions. Cela dit, faisant appel à mes modestes connaissances de la langue de Dante, ces images remontent à 2004 et il était question que le tracé soit asphalté en 2005 pour le passage du "Giro" ...
Cela sent en tous cas l'aventure à plein poumon et ... hum ... la gamelle à plein nez !!!
Pour ce qui est de ma petite contribution au voyage, alors que certains voulaient me mettre à l'amende de l'apéro et du "gelato" quotidien pour défaut de préparation d'un road-book, d'autres sembleraient se contenter d'un seule "crème à la glace" (avec "fragole" tout de même !) ...
Mais, chers amis, dois-je vous rappeler le temps que je consacre à nos voyages avec les comptes-rendus que je ponds à la force du croupion du poignet ?
N'est-ce pas là une honnête contribution qui finalement prend bien plus de temps qu'on pourrait le croire, mmmhhh ???
Je vous laisse cogiter là-dessus et m'en vais de ce pas alerte compter mes moutons ;-)))

Bonne nuitée !!

P.S. : quand je disais que François avait "confectionné" les road-books aller/retour, je ne croyais pas si bien dire : c'est de la haute couture sur mesure !!
Je me suis un peu penché dessus en début de soirée et, en plus de la qualité habituelle, à savoir la clarté, les couleurs facilitant la lecture, le relevé des radars, il a cette fois ajouté quelques cartes géographiques ainsi que la liste des restaurants susceptibles de nous accueillir lors des pauses déjeuners et, cerise sur le gâteau de dessert, les arrêts culturels : un travail remarquable qui mérite un "standing wheeling" !
Bravo et merci ... et ce n'est pas du "fayotage" !!

23:26 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.