29/06/2007

And much have i seen ...

ECOSSE 2007 242_640x480Petit déjeuner à 8H00 : cette fois j'ai mangé "continental circus" et maintenant que j'y panse pense, je regrette de ne pas avoir essayé le "haggis" car faire l'Ecosse sans en manger, c'est comme ... euh ... aller à Venise sans prendre une gondole par exemple !
Le road-book du jour prévoyait une boucle autour d'Inveraray (264 km) agrémenté d'une option de 40 km.
Inutile de vous dire qu'en gros rouleurs que nous sommes, le plus gros n'étant pas celui qu'on croit (quoique ...), nous étions tous d'accord de prendre cette option d'autant qu'elle était gratuite !
C'est donc par les A83, 819, 85, la B8074 vers ARICHASTICH et BRIDGE OF ORCHY que nous sommes arrivés aux portes de FORT WILLIAM.
C'est là que l'option s'offrait à nous de faire un aller/retour le long de la "GLEN ETIVE", sur une route très étroite, "SINGLE TRACK" dans la langue de SHAKESPEARE, bordée à intervalles réguliers et très fréquents de "PASSING PLACE" permettant de croiser des véhicules venant en face. Même une moto a beaucoup de mal à croiser avec une voiture et je dois dire que les automobilistes rencontrés ont toujours été d'une très grande courtoisie envers nous.
A l'aller nous avons roulé à allure touristique, profitant autant que faire se peu des paysages qui resplendissaient sous un beau soleil éclatant et exhausteur de couleurs ...
Arrivés presqu'au bout du chemin, François, Henri, Bernadette et moi, nous nous sommes arrêtés pour les dernières photos alors que Didier, embarrassé par la déclivité du terrain et le manque de place pour intercaler sa moto, est allé jusqu'au bout du bout.
Là, l'équipe du Club offrait l'apéritif, apparemment du RICARD (!?!) et des chips, mais comme nous sommes ascètes bien qu'à cinq pour l'occasion, nous avons fait l'impasse ...
Nous sommes repartis avant le gros du troupeau, et le gros n'est pas forcément celui qu'on pourrait croire ;-), Henri loin devant.
Bien que la route ne s'y prêtait pas trop, nous avons ... euh ... pressé le pas jusqu'à tomber derrière un gusse et sa dame, sur une BMW aux valises parallélépipédiques, qui usait et abusait de son avertisseur sonore pour ... avertir de façon sonore ... tout qui risquait d'arriver dans l'autre sens.
C'était ... insupportable et au lieu de klaxonner à mon tour pour qu'il se range, il faut savoir rester civique en toutes circonstances, j'ai attendu l'ouverture, m'y suis engouffré en enfoncant la tête derrière le saute-vent pour prendre l'aspi ;-)) et continuer la descente à un rythme qui devint dès lors plaisant, suivi par François et Didier.

Coup d'oeil au c-r de François ...
Oui, nous avons dîné (à midi hein ! restons belges !!) à KINLOCHLEVEN. Deux anecdotes à ce sujet si vous le permettez :
-nous nous sommes dépêchés de commander car, comme vous le savez, des motos garées devant un pub ça attire inévitablement d'autres motos, qui elles-mêmes en attirent d'autres. Résultat, si on ne se presse pas de commander "y aura plus rien à bouffer !!"
Nous avons pris un hamburger à l' angus accompagné de salade, de tomates et d'oeufs si je ne m'abuse;
- c'est au cours du repas que j'ai reçu un appel de mon banquier (si ce n'est pas ça de la persécution, qu'est-ce donc ?) auquel j'ai répondu que j'étais en vacances ... hum ... oserais-je le dire ... je vais encore être la risée du monde entier ... et ... par delà ... bof, tant pis, je le dis ... EN IRLANDE !!!
Nous avons remis les "trips" à zéro (nan j'ai pas gerbé, m'enfin !) et avons continué notre route via CONNEL jusqu'à OBAN, joli port animé et possibilité de visiter la distrillerie locale ... Possibilités de déjeuner aussi ! dixit le road-book.
Le déjeuner c'était déjà fait, la distillerie ne nous intéressait pas, restait à se payer le dessert et le café que nous n'avions pas pris à KINLOCH. Un tour du port où nous avons eu la chance de voir accoster un voilier qui servait de bateau-école-militaire à des jeunes gens qui se destinent sans doute à la mer avec un grand M, le temps pour Bernadette d'acheter un petit souvenir sous la forme d'un canard en porcelaine (22 £ !!), et nous étions dans un pub aux couleurs très très kitsh où une serveuse pressée, aux zygomatiques figés, nous servit nos "mugs" de café en renversant la moitié dans les sous-tasses !!
Pendant que mes amis lapaient ;-) leurs gamelles ;-))) je suis parti au tabac du coin pour acheter des clopes. Devinez un peu le prix d'un paquet de "MAY-I-BORROW" ?
5.75 £ soit 8.50 € !!! De quoi ôter l'envie pour la vie non ??
D'après le r-b il restait 100 bornes à faire via KILMEFORD, FORD, CLADICH pour rejoindre l'hôtel.
Didier était venu avec "son petit livre vert" du parfait touriste avide de découvertes et c'est grâce à eux, le petit guide et le grand Didier, que nous avons pu découvrir le château de CARNASSERIE et le cimetière de KILMARTIN.
Deux anecdotes encore si vous permettez toujours ?
D'abord le "chemin de croix" vers le château. Le parking était en contrebas et on se tâtait pour savoir si on n'allait pas tenter une montée "TT" par le sentier en terre qui y menait. François, n'écoutant que son courage, entreprit l'escalade à pied. Je lui emboîtai le pas, à bonne distance, par solidarité et par jusqu'au-boutisme. Chemin faisant, je croisai deux jeunes et jolies donzelles qui me lancent "Hi" (à prononcer "Aïe") et je risquai dans un anglais approximatif "Is it still far away ?". Elles se regardent et l'une demande à l'autre "C'est encore loin ?". Je dis en prenant les mimiques de DE FUNES dans la Grande Vadrouille But alors ? You are French ?
J'apprendrai plus tard, par la bouche de Bernadette, qu'elles étaient effectivement françaises, de Haute Savoie, qu'elles étaient venues là en voiture, qu'elles étaient aussi motardes et faisaient partie d'une bande de 10 filles qui roulent ensemble et de nous inviter à venir leur faire un petit coucou si on passait dans le coin !!!!!!!!
Henri et Didier nous ont ensuite rejoint, Didier grimpant d'ailleurs jusqu'à la plus haute tour du château sans doute pour prendre un peu de hauteur ...
2 kilomètres plus loin gisait le cimetière de KILMARTIN.
ECOSSE 2007 280_640x480 Certaines pierres tombales m'ont fait immédiatement penser, sauf votre respect, à nos "speculoos" (voyez les photos) et nous étions d'accord avec Didier pour dire qu'elles étaient sans doute plus résistantes au temps que les galettes de Dinant :-)))))))
Ensuite, deuxième anecdote, le "POUM" dont parle François dans son compte-rendu ...
Hum, il faut dire que l'angus et la glace n'ont apparemment pas fait bon ménage dans mon "inside" et j'ai été victime de crampes abdominales et abominables ;-) Heureusement en face du cimetière il y avait des toilettes publiques que j'ai ... hum ... repeintes façon "fauvisme" : désolé, mais je vous devais l'explication du "POUM"!
Restaient 42 kilomètres à se traîner sur des petites routes, certes sympathiques, mais sur lesquelles il est impossible d'un peu se défouler, suivis de 16 kilomètres de descente vers Inveraray où François, ne se sentant plus, prit la poudre d'escampette ;-))))
Je me souviens également du souper (dîner) : pour ne pas faire comme tout le monde, j'ai choisi comme plat de résistance le "couscous méditerranéen". En fait j'ai eu 100 grammes de semoule agrémentés par un ou deux filets de poivrons rouges et verts. Renseignements pris le lendemain par mes compagnons de voyage il fallait voir un "V" sur la carte du menu, "V" qui voulait dire "Végétarien" : et bien, oui, tu végètes et t'as rien !!
Je me suis promis de me rattraper le lendemain mais ... cela est une autre histoire que je vous conterai plus tard.
BONSOIR !!

NB : l'album du jour peut-être ??

Pour les éternels distraits : c'est DEMAIN, samedi 30 JUIN, le MOTO GP de ASSEN, qu'on se le dise dans les chaumières et dans les heaumes !!!!

21:54 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.