30/04/2007

Orang en emporte l'outan ...

orangOuais ...
Ca part fort, accrochez-vous !!
Alors que j'étais sur la terrasse, les pieds sur la table, à regarder se consumer ma cigarette, j'ai eu la visite de Lucky, un des chats de la maisonnée, qui, sans se faire prier, est venu s'installer sur moi, il avait probablement besoin de câlins, ce qui est ... humain ;-)
En le caressant j'ai vu courir dans sa fourrure une petite bestiole noire, en fait une saloperie de tique ... Malgré les (mauvais) traitements qu'on leur fait subir, ils en sont infestés, c'est dégueulasse !!
Et bien, vous savez ce qui m'est venu en tête ? Une vieille chanson de Michel Sardou :
Je veux l'épouiller pour un soir ...
Je vous avais prévenus !!

A part ça, aujourd'hui j'ai fait mon "Sarko" : j'ai nettoyé les rocailles au nettoyeur haute pression ! Quand on habite une zone verte, il faut s'attendre à ce que tous les "gréements" qui parachèvent une maison, subissent la loi de la nature et verdissent avec le temps, va, tout s'en va ... Et bien non, tout ne s'en va pas, au contraire, y a plein de trucs qui restent et qui s'incrustent ! Donc, après les pierres bleues de la terrasse et de l'entrée, j'ai mis la pression sur les barrières et les réverbères : tout a pratiquement retrouvé le lustre d'antan, d'antan (n'est-ce pas un truc chanté par Petula CLARK en son temps ?!

Alors, quoi d'autre ?
Ah, oui, la bagagerie pour la DL ... Je suis toujours en chasse d'un top-case KAPPA plutôt que GIVI : François a monté un GIVI sur sa DL mais il a dû bricoler un truc à base de charnières de portes (si, si, c'est possible) parce qu'il avait un support KAPPA. Tiens, François ? Est-ce que tu serais encore en mesure d'installer ton ancien top-case 28 litres après cette transformation ? Ou bien es-tu condamné à trimballer ton 45 litres à perpète et en toutes circonstances ? Parce que moi, j'ai bien envie de conserver la faculté d'inter-changer les coffres en fonction des besoins réels. La seule façon d'y arriver, me semble-t-il, est de trouver un gros top Kappa ... Et, apparemment, il est possible d'en dénicher chez MOTO KAISER à Limerlé.

Enfin et exceptionnellement pour profiter à sa juste valeur d'un jour férié offert par la maison, nous avons décidés, à l'unanimité, en l'absence d'humidité et en toute humilité, d'arpenter les routes de Belgique, de France et de Navarre, nous ne sommes pas avares, au départ de chez Henri, comme presque toujours d'ailleurs : sont attendus, Jacques, Didier, François et moi ! Nous serons donc au grand et au petit complet ! Une belle journée en perspective :-))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

So maybe i'll see you there
We can forget all our troubles
Forget all our cares ...

21:13 Écrit par Alberto | Commentaires (4)

29/04/2007

Dimanche sans moto ...

30-04-003_640x480Pas de moto ...
Pas de Moto GP ...
Pas de balade à moto avec les GP (Gentils Potes !) ...
Rien quoi !

Heureusement que j'ai entrouvert des portes (voir ajout dans la présentation du blog, ci-dessus en rouge) en rappelant si besoin était, qu'à l'occasion, j'étais aussi caisseux et piéton-marcheur ... sinon, c'aurait été le silence radioblog !

Car, malgré une sortie au resto hier (Quai aux Briques à BXL - Spécialités de crustacés), suivie d'un verre chez les amis qui nous avaient offert le dit resto, un retour vers minuit et demi, un surf rapide sur le pc, un coucher à près d'une heure du matin, un sommeil agité, un réveil prématuré (pensez, alors que je pensais m'offrir une grasse matinée, j'ai ouvert l'oeil et le bon, qu'il était à peine 6h30', bordel !), malgré tout ça disais-je, et probablement à cause du dernier point, je me suis levé avec finalement une idée derrière la tête ...
J'ai regardé dans le miroir à l'aide d'un autre miroir, ce qui m'a permis, par réverbération et réfléchissement, sans devoir réfléchir, d'en prendre connaissance ... Vous suivez ?
Je le savais pour en avoir discuté dans le courant de la semaine avec le collègue-marcheur-Hymiée-Hymiée-!-!, il y avait une marche ADEPS à partir de SART-EUSTACHE, et comme cela faisait 4 semaines que je ne m'étais pas dégourdi les guiboles, et que des fourmis commençaient à en investir l'abondante pilosité ;-), je me suis dit : "Lève-toi et marche !"
Voilà une phrase qui a fait ses preuves ... et qui a eu, cette fois encore, l'effet escompté et doublement puisque ma tendre moitié qui forme un tout entier, s'est levée également dans le but de m'accompagner !
Petit déjeuner en tête à tête, petits préparatifs avant mise en route (sac à dos avec biscuits, essuie, jus de fruits et tutti chianti) et départ vers 9h45' en direction de la place communale de SART-EUSTACHE.
Comme d'habitude il y avait foule et il a fallu se garer bien loin du centre d'accueil, déjà de quoi chauffer les articulations avant le vrai départ pour les 10 kilomètres que nous envisagions de faire !
Nous avons déposé nos carnets au préposé aux carnets, et sommes partis en suivant le parcours fléché en orange, couleur dédiée aux 10 kms (bleu pour les 5 et rouge pour les 20).
Très agréable le parcours, indeed ! Beaucoup de sous bois où nous avons pu profiter d'une bienveillante fraîcheur, alternance de chemins de terre et de petites routes traversant des villages aux maisons de pierre, relief vallonné, traversées de guets, intrusion autorisée dans une très belle propriété privée bordée de jardins aux haies sculptées et d'étangs aux eaux claires ... très bucolique quoi !
Au point que la moyenne s'en est ressentie : près de 2h30' pour 10 bornes, on est loin du record de vitesse que j'avais battu lors de ma dernière sortie en solitaire ! Mais quelle importance finalement ? "La vitesse ... c'est dépasser !!!!!"

Avant de prendre la route ce matin, j'ai pris le temps d'envoyer l'e-mail qui suit aux copains motards :

Bon, les gars ...
Je ne m'y fais pas mais ... à chaque jour qui passe, je pose la question à ma moitié entière et totale ;-) et, invariablement depuis quelque temps maintenant, elle ne semble plus changer d'avis !
A la question "voulez-vous prendre pour" ... non c'est pas celle-là, elle a déjà dit oui il y aura 27 ans le 3 mai ! ... à la question "alors, tu viens en Ecosse ?" , la réponse est affirmative avec à la clé ... "si tu veux, hein ?" ...
Comment pourrais-je lui refuser ça ??
( NDLR : hein, oui, comment ?? Z'avez pas une idée ;-) ???) Alors, c'est plein d'appréhension et d'a priori et posteriori que je vais dans les toutes prochaines heures, réserver une place pour elle aussi dans le ferry et l'hôtel et à l'arrière de ma selle !
A+
Al

Toutes les réactions sont positives et encourageantes et contribuent à me rassurer, car ... à priori ... je ne le suis pas !
En plus de 7 ans, on a juste fait 2 ou 3 sorties dominicales en couple et même si j'en garde d'excellents souvenirs et que sa présence sur la banquette arrière n'a que très peu influencé mon art du pilotage ;-) et affecté le comportement de ... la Freewind à l'époque, il n'en reste pas moins que je me sentirai moins ... d'attaque !!
T'attaquais toi ??

20:52 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

26/04/2007

Pas grand chose ...

LES7BOULES... à se mettre sous la dent ce soir ... mais, justement, j'en avais un peu marre de voir ce plat de spaghetti "al dente" à la une du blog qui faisait qu'à chaque fois que j'y venais pour voir si j'avais des nouveaux commentaires ou comment évoluait le compteur et les statistiques, me donnait l'envie de bouffer des pâtes alors que, pendant midi par exemple, je suis au régime tartoches !

Encore que quand je dis "pas grand chose" (Qu'entendez-vous par là Votre Sérénité ? Vous connaissez le sketch de Francis Blanche et Pierre Dac ??), je dois dire qu'il y a malgré tout matière à vous tenir en haleine, fraîche si vous êtes coutumiers de la brosse à dents, pendant quelques minutes ;-)))

Tenez par exemple, ce soir, Didier a eu la gentillesse de nous transmettre le lien vers l'album photos que Gabrielle, son ange de moitié, probablement son "tout" également, a ramené de Normandie dans la boîte de son vieil appareil photo argentique, de quoi rappeler, si besoin était, d'excellents souvenirs ...

Autre chose également, j'aurais pu intituler le texte du jour "Entretiens avec des vampires" ...
Non que j'aie discuté avec des requins de la finance, mais plutôt parce que j'ai pris des rendez-vous pour l'entretien de la Testa Corsa (déjà un an la petiote et ... elle marche déjà !) et également pour celui de la DL qui a largement dépassé les 36.000 km : deux révisions dans l'intervalle d'une petite semaine, ça va saigner ! Bonjour le portefeuille !!
Tiens, hier soir je feuilletais mon classeur "DL650" à la recherche du programme du "Loch Ness Tour 2007" que je pensais avoir perforé et glissé dedans, entre charentaises ça n'était pas le cas, quand je suis arrivé aux douloureuses fractures établies par mon "cher" concessionnaire ... et alors que je les parcourais analytiquement, ligne par ligne, quelle ne fut pas ma surprise de constater, qu'à priori et à posteriori aussi Félicie, on ne m'avait jamais facturé de remplacement de plaquettes de freins avants !?!?
De quatre choses l'une : soit je me traîne tellement sur la route que je ne les use pas, soit j'utilise à merveille le frein moteur du bicylindre à grands coups de "rétrogradages" d'anthologie ce qui pourrait peut-être expliquer l'état de ma chaîne (messieurs les ingénieurs ?), soit les gars ont oublié de me les facturer auquel cas je ne puis réfréner, héhé normal, ma joie, soit enfin, il me manque des pièces justificatives comme on dit en comptabilité ...
Pourtant j'ai bien vérifié que j'avais une facture pour chacun des entretiens (6,12,18,24 et 30 mille) ... Alors, y suis-je allé entre 2 révisions sans qu'on m'envoie la facture après coup ? "Misère et boule de cristal" !
Je poserai la question le neuf mai
car je veux en avoir le coeur net !!

Enfin, pour clore comme on dit quand on barbote dans l'eau de la piscine, pfffffffff, j'ajouterai que j'ai reçu aujourd'hui un courrier du Club Moto 80 qui rappelle les voyages à venir et exhorte les troupes à s'engager, rien de guerrier toutefois, en ne se contentant plus de faire part des "intentions" de participation MAIS bien en versant les acomptes nécessaires à la RESERVATION ferme !
Voilà, ON FERME !!!

23:12 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

24/04/2007

Le retour de Momignies ...

Spaghetti de légende ....A ne pas confondre avec "Le retour de la momie" bien évidemment.
Ouais, c'est la "suite et fin" du compte-rendu du rallye, c'en devient presque un marathon d'ailleurs !

Autant les routes que nous avons empruntées à l'aller étaient très roulantes, pour rappel les "deux mamelles" qui conduisent les motards carolos aux portes de Lompret via les barrages de l'Eau d'Heure, autant celles du retour furent de vraies "routes à trails", de celles qui traversent en ondulant, façon défilé de pin-up, et en flirtant avec la frontière franco-belge, la vraie campagne !
Pour preuve, nous avons maintes fois dû slalomer entre des couches brunâtres qui témoignaient du passage, plus ou moins récent suivant la consistance, de sympathiques ruminants et/ou de convois agricoles généreux en épandages de toutes sortes ...

Tiens, tiens, je voulais ajouter un lien vers le site de François dans lequel je ... croyais avoir lu une excellente analyse concernant la matière fécale générée par nos amies les vaches, mais j'ai eu beau retourner le dit site dans tous les sens, je n'ai rien trouvé ... Cela m'a permis toutefois de relire quelques blagues qui m'ont bien fait rire : à votre tour de vous perdre dans le dédale de son site à la recherche, non pas du diamant vert, ni du sarcophage de RamsèsKameronDiazMon (attention à la Momignies !!!), mais des quelques moments de détente qu'il a mis en ligne ...
Pour en revenir à nos moutons, via nos vaches d'ailleurs, il faut souligner que le "panachage" de routes (roulantes et bucoliques) contribue énormément à la réussite d'une sortie en moto !!

Bon, j'abrège : nous avons donc ondulé jusque chez Henri, là, nous avons nettoyé la table de jardin qui n'avait pas encore servi cette année et l'avons dressée (Assise ! Debout ! Couchée !) en deux temps trois mouvements et quatre couverts, Henri a mis l'eau à bouillir et la sauce concoctée la veille par Bernadette à réchauffer, les pâtes étaient cuites pile poil à l'heure du départ du Moto GP de Turquie, nous avons suivi les 2 premiers tours, le temps de voir Valentino réussir le holeshot et se louper dans le 11ème virage, nous avons ensuite cerné la table de toutes parts, nous sommes servis, généreusement pour certains, parcimonieusement pour d'autres, une question d'éducation semble-t-il :-), en pâtes, sauce et fromage, tout en discutant des voyages à venir, Portugal, Ecosse et Alpes, nous avons ensuite débarrassé et sommes retournés devant la télé pour assister aux 7 derniers tours d'une course qui, si elle était déjà jouée pour les 2 premières places, nous a permis de voir de belles bagarres entre les furieux qui voulaient rejoindre Stoner et Elias sur le podium !!
Henri nous a, en plus, servi le dessert et le café pendant ce temps là : quel ami "ce type", il est plus que parfait et rien de conditionnel là dedans pour une fois :-))
Le GP terminé, Didier et moi sommes partis pour rejoindre nos chères familles pendant que François restait là pour installer une configuration informatique dont vous saurez tout en allant lire son COMPTE-RENDU !

22:47 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

22/04/2007

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Rallye des Légendes et que vous n'avez jamais osé demander !

20070422 RALLYE DES LEGENDES 037_640x480Je vais toujours mettre L'ALBUM photos du jour en ligne avec ses quelques commentaires. Le compte-rendu de cette excellente journée devrait suivre incessamment sous peu !

Il était 9h37 quand je suis arrivé sur le parking de Ville 2 et j'ai un peu tourné en rond à la recherche des motos de mes habituels acolytes pour ne trouver finalement que celle de François, abandonnée près d'une barrière nadar ... François était là depuis une demi heure et avait déjà fait le tour du "parc automobile", du parking automobile serait plus adéquat, qui offrait à nos yeux éblouis, écarquillés, exorbités de bien belles voitures, des comme on n'en fait plus maintenant. Actuellement, plus les phares mangent le capot et les ailes (au point que cela en devient ridicule) et plus cela semble plaire.
Ajoutez à cela le seul trait qui fait qu'une marque se distingue essentiellement (et bientôt uniquement ?) par rapport à une autre, et que les designers doivent obligatoirement exacerber et vous obtenez d'énormes sigles (lions, blitz, double chevron et autres) de la taille d'un "pneu galette" placardés sur de non moins lourdes calandres ...
Rien de tout cela avec les "oldtimers" qui paradaient sur le bitume. Oh bien sûr le fait qu'elles couvraient une époque longue de plusieurs dizaines d'années explique en partie la diversité des modèles exposés mais, il reste, que l'uniformité n'était apparemment pas le maître mot en ce temps là.
Bon, on a donc fait le tour des lieux, chacun y allant de ses clichés (rappelez-moi d'ailleurs d'ajouter le lien vers le compte-rendu de François qui, entre samedi et dimanche, car il y est allé samedi également, a tiré 99 portraits de belles caisses) et on s'est ensuite retrouvé une vingtaine de mètres devant la rampe de lancement à partir de laquelle les participants prenaient le départ : chaque équipage faisait l'objet d'une présentation détaillée par un "speaker" ... J'ai appris au fil des explications ce qu'étaient par exemple les "portières garde-robe" ...
Nous y allions également de nos commentaires, surtout Didier, particulièrement en verve en cette belle matinée printanière ...
Quand je lui ai dit de mettre dans un bouquin toutes ces anecdotes, plus croustillantes que les croissants du matin, qu'il a l'art de sortir de son chapeau tel un lapin de celui d'un magicien (?), il m'a dit qu'il aurait promis à sa famille, le conditionnel est de mise pour l'occasion, de faire l'historique de son arbre généalogique, sans remonter toutefois jusqu'au chimpanzé !!

Nous avons quitté les lieux vers 11h30 et pour une fois, lourde responsabilité s'il en est, j'ai pris la direction des opérations ;-) : j'avais pour mission de ramener la troupe sur la N5 direction "la route des barrages".
Je me suis parfaitement acquitté de cette tâche ingrate il faut bien le dire car il a fallu commencer par se traîner, sur le R9 notamment, à des allures comprises entre 50 et 70 et sur la N5 à du 90, allures légales certes mais "mortelles" quand même si vous voyez ce que je veux dire :-)))

La cadence a augmenté à partir de là, tout en restant raisonnable, on n'est pas des sauvages, comme dirait Popeck !
La route des barrages jusqu'à Silenrieux puis la belle portion juqu'aux portes de Lompret, sont un peu les "deux mamelles" de la pratique moto dans la région de Charleroi, si vous voyez ce que je veux dire : on en a plein les mains ;-))
Ensuite nous avons pris à droite direction Virelles, puis Chimay et puis Momignies où Henri nous a fait décrouvrir en long et en large (44 x 46 mètres si j'ai bonne mémoire) les 2 parcelles de terrain qu'il aurait, le conditionnel est également de mise car la décision n'est pas encore tombée et l'acte authentique pas encore signé), qu'il aurait, disais-je, l'intention d'acquérir ... avant d'y faire construire sa dernière demeure ... Euh ... enfin ... de son vivant s'entend !

23:34 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

20/04/2007

Le rallye des légendes !

Non, il ne s'agit pas d'un rallye que notre petit club organise ...
Bien que ... il y entrera certainement un jour, dans la légende, et par la grande porte encore !
Quand on voit le nombre de visiteurs venus du monde entier et par delà réunis derrière le petit écran, pour surfer sur les sites de François et Henri et le blog de votre humble serviteur, on doit se résoudre à ce qu'un jour nous passions tous à la postériorité ;-)
Ok, j'arrête de "décoller" et je redescends parmi vous, sur cette petite terre ...artoff623
En fait, ce rallye des légendes, qu'est-ce ? Où ce ? Quand ce ?
Tsss tsss, on se calme : voici le LIEN qui, contre toute attente, répondra à la vôtre (?!?)

L'idée, c'est François qui l'a eue : c'est dans un e-mail que j'ai reçu le lundi 16/04 à 23:17' qu'il demandait si on était intéressé par cette manifestation (pacifique) et qu'il joignait le lien ci-dessus et sur lequel je vous invite à cliquer si ce n'est déjà fait !

Henri a répondu instantanément mais uniquement à François, en oubliant de transmettre à tous sa réponse, et c'est lors d'un "chat" qu'il s'en est rendu compte, suite à quoi il me l'a transférée, la voici la voilà :
OK reçu 5/5
Je serai donc moi aussi vers 09h30 sur le parking de Ville2 à Charleroi.
S'il y a d'autres amateurs du spaghetti bolognaise qu'ils se fassent connaître afin que je puisse préparer ce qu'il faut. Le spaghetti sera servi vers 12h30 ou en fin d'après-midi vers 18h30 au choix : faites moi connaître votre préférence.
Amicalement

Voilà une sortie qui s'annonce sympathique : quelques kilomètres en moto, de belles caisses de légende qui vont nous rappeler nos jeunes années et un spaghetti qui sera, sans nul doute, d'anthologie ;-)
C'est idiot, je le sais, mais je me demandais, sachant qu'en moyenne je mange de l'ordre de 200 gr de ces pâtes filiformes, et qu'un spaghett"o", décamètre en main, affiche une longueur de +/- 25 cm, en imaginant qu'une assiette soit composée d'un SEUL spaghett"o" (comme le suggère Henri dans son invitation), quelle longueur en mètres, centimètres et millimètres cela représenterait ... Ah ah, le concours est ouvert :-)))) et, pour une fois, pas de question subsidiaire et pas de lot à la clé, même de consolation : à vos balances !!

Finalement, le rendez-vous est fixé à 9H30' sur le parking de Ville 2 à Charleroi pour assister au départ de la catégorie "tourisme classic & vintage", après quoi nous nous rendrons en cortège jusqu'à l'accueillante demeure d'Henri pour y déguster de succulentes pâtes ! Euh, pour moi ça sera "al dente" si c'est possible ... Tiens, vous savez ce qu'on dit en Italie pour des pâtes trop cuites, on dit qu'elles sont "alla gengiva", je vous laisse deviner ;-)
Dans la foulée, certains continueront l'après-midi chez Henri pour regarder le Moto GP entre passionnés, tandis que d'autres, le pluriel n'étant sans doute pas de mise, s'en retourneront, la queue entre les jambes, pour remplir certaines obligations "belles-familiales" dirons-nous ... (Femme, si tu lis ce passage sache que, malgré les apparences, il ne s'agit pas du tout d'une corvée mais à choisir ... enfin, tu m'as compris !)

Allez encore deux petites choses et puis je vais vous laisser jusqu'à la prochaine.

D'abord ce "coup de fil" de François à 8h22' ce matin
Salut la boîte à messages d'Alberto. C'est pour demander si c'est bien aujourd'hui que sortait le Moto 80 avec le DVD ... parce que je suis allé acheter le Moto 80 et (NDLR : là il prend un ton pleurnichard) y a pas de DVD !!
Saluuuuuut ... C'est François, hein !! :-)

Evidemment il a mis le doute dans mon esprit encore à moitié posé sur l'oreiller et dès que les deux hémisphères se sont rejoints j'ai été rechercher le dernier numéro du bimensuel dans lequel j'ai trouvé la confirmation !
J'ai rappelé François qui a appelé la rédaction du magazine qui lui a précisé qu'il y avait eu un retard dans la distribution, suite à un problème logistique avec la société qui devait mettre le tout sous plastique : moralité, sortez couverts !!!!!
J'ai malgré tout été faire un tour à la librairie où j'avais pris la précaution de réserver mon "numéro spécial" : pas de numéro spécial, il faudra attendre demain ... Plus qu'une fois dormir !!!
Au fait et pour info, ce numéro spécial est accompagné d'un DVD qui retrace les hauts faits de la saison 2006 MOTO GP, le tout pour la modique somme de 9,80 € ... Plus tard, le DVD seul sera également en vente pour 12 €, tout n'est donc pas perdu pour ceux qui n'auraient pas été mis au courant.

Deuxième chose :
malgré une longue semaine de dur labeur (la margarine est décidément bien plus facile à tartiner !) et une GROSSE fatigue légitime, j'ai eu comme une TOUT AUSSI GROSSE ENVIE de ... ROULER !!! Le temps qu'elle me vienne et à 20H00 j'étais parti, vous suivez ?!?
Alors j'suis r'parti direction Gerpinnes où j'ai nargué les "flaches" (ne comprendront ici que les habitués de l'endroit), puis Florennes, Corenne, Rosée, Gochenée, Agimont, Hermeton-sur-Meuse, Hastière, Anthée puis la N951 vers Ermeton-sur-Biert, Furnaux, Mettet, Biesme et "back to" Gerpinnes. J'ai croisé 2 motards et, pour être honnête, je dois avouer que je n'étais pas totalement à l'aise : la tombée de la nuit est un moment où les choses ne sont pas ... claires, pas mal d'automobilistes roulent encore sans phares alors que toutes ces caisses gris métallisé ou noires se montrent ... quasi invisibles, les paysages et les routes qui les serpentent commencent à se fondre dans la nuit avec des effets d'ombres, le tout devenant parfois difficile à cerner. Finalement, la "vraie" nuit, avec de tous bons phares , ça doit être plus facile : j'y retourne, il n'est que 00:34 après tout ;-)))
Bon j'ai finalement bouclé 95 bornes en 1h15', pas de records battus mais du plaisir malgré tout avec des senteurs campagnardes qui vous écartèlent les narines !!

A propos de kilométrage parcouru, et là tu vois François, je n'ai pas été exhaustif malgré mes débordements, il faut savoir que le trip normand a ajouté 1.241,5 bornes au tachy de la DL. Si on cumule avec les 95 du jour, on arrive à 36.682.

12:26 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

17/04/2007

Suite logique ...

Et oui, ça m'arrive d'être logique et d'avoir,littéralement, de la suite dans les idées ... Certes ce n'est pas très fréquent, mais il faut savoir moduler la fréquence comme on dit à la radio !

Ainsi je terminais le message précédent en évoquant la possibilité que "mon tout" (en effet "ma moitié" est une expression bien trop réductrice) se décide à m'accompagner pour le trip écossais ("trip" écossais faisant "penser" à de la ... panse de brebis farcie, fleuron de la fine gastronomie du pays paraît-il) ... Un conseil, relisez le passage en faisant abstraction de toutes les parenthèses, vous comprendrez mieux le propos !
Entre parenthèses, peut-être devrais-je différencier les couleurs pour faire ressortir les mots, phrases et paragraphes qui revêtent le plus d'importance pour permettre aux lecteurs pressés d'aller droit au but, genre "reader's digest" encore que, à ce niveau, ce qui peut paraître important aux yeux des uns l'est peut-être moins aux yeux des autres ...
Tant pis pour ceux qui sont habitués à "lire en diagonale", ils n'ont qu'à prendre la tangente ;-)) et bonjour à ceux qui aiment lire toutes les lignes et même entre les lignes !!!!!!!!!

Bon, qu'est-ce que je disais moi ? Permettez que je me relise !
Ouais, bon, en deux mots : épouse -> Ecosse.
Vu que je n'ai égoïstement réservé que pour moi, il est normal que je m'inquiète de savoir, dans l'éventualité où cela se confirmait, s'il y a toujours des disponibilités (s'agit pas d'argent, enfin, pas encore) ainsi que quelques "mondanités" pratiques consécutives à cet accroissement conséquent ;-) du nombre de participants. J'y suis donc allé d'une bafouille à destination du "Club Moto 80", envoyée le 16 avril à 23:54:47. En voici le contenu :

Bonsoir,
j'ai réservé ce voyage en versant les premiers 125 €.
Entre-temps, il y a du nouveau : il se pourrait que mon épouse m'accompagne ... et non que ma compagne m'épouse, ce qui est déjà fait depuis pfffffffff bientôt 27 ans, comme le temps passe, pour moi c'était hier, allez, avant hier soyons franc !
Des questions se posent dès lors :
- y a-t-il encore de la place ?
Il faut savoir que j'avais prévu de partager la cabine du ferry ainsi que la chambre d'hôtel avec François C. et/ou Didier S. Au cas où "madame" venait, cette possibilité de partage ne vaudrait plus que pour le ferry;
- Question bagagerie : est-il possible d'apporter l'un ou l'autre bagage la veille du départ à un endroit à convenir, bagage qui serait véhiculé par votre "assistance" tout au long du périple ?
- La décision définitive doit-elle tomber pour le 30 avril au plus tard, date à laquelle, si je ne m'abuse, il faut verser le solde ?
Merci de me tenir au courant dès que possible !!
Meilleures salutations

Alberto

J'ai pris connaissance de la réponse ce midi. Elle a été envoyée à 9:18, je n'ai pas les centièmes de secondes hélas bien que le contenu en soit plus important :
Bonjour Alberto,
voici les réponses souhaitées:
- bonne nouvelle, il reste de la place pour le voyage en Ecosse
- pas de problème donc si ton épouse veut se joindre à nous (cabine de 4 ou de 2 sur le bateau?)
- pas de problème non plus pour déposer la veille au Club (ou mieux, l'avant-veille) un sac à véhiculer pendant le voyage;
- on te met une option jusqu'au 30 avril, mais confirme ou infirme sa présence tout début mai, pour éventuellement libérer sa place à ce moment là...
Bonne journée et à bientôt.

Luc Paquier.

Je suis rentré le soir, j'ai déposé ma serviette au bureau et un baiser sur la bouche de ma petite femme qui s'affairait derrière les fourneaux, j'aime bien quand je rentre le soir, de la voir s'affairer derrière les fourneaux ;-) et je lui ai lancé : "It's up to you now !!"

Je me suis aussi inquiété du problème de bagagerie : un top-case de 28 litres, même en compactant et défragmentant au maximum le contenu, ça risque d'être un peu court ...
J'ai questionné François à ce sujet, je le remercie pour sa réponse très exhaustive, je fais manifestement des émules ;-), et j'ai aussi demandé à mon boss si je pouvais emprunter le sien pour peu qu'il s'adapte au support Kappa installé sur ma DL ...
Je vous tiens au courant mais ... pour l'heure (00:07) je vais boucler mes bagages le chapitre !

23:23 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

15/04/2007

La Normandie : épilogue ...

Avant d'aller plus avant et d'épiloguer, "loggez"-vous sur le COMPTE-RENDU que l'ami Henri a concocté à l'attention de tous. Ca change de la logorrhée à laquelle je vous ai habitués !!
En plus il a eu la bonne idée d'ajouter un lien vers notre précédent voyage dans la même région de France ...
Voilà bien un truc qu'on ne sait pas faire avec les blogs, enfin, me semble-t-il, car ils ne sont reconnus que par leur seule adresse générale ... Evidemment il y a les "tags" mais ... hum ... je ne me suis pas encore penché là-dessus et je crois que je ne me pencherai jamais là-dessus ! Sur ce, je vais casser la graine et vous fixe rendez-vous dans 1 ou 2 heures !

Me voilà de retour mais je ne vais pas être long car il est déjà 23:34 et une longue semaine de boulot m'attend au tournant !
La bonne surprise a été que la présence d'une intruse, pas ma Josée hein, mais la chose à quatre roues et un toit (beurk, si au moins cela avait été un cabrio !) qui est venue s'immiscer au milieu des belles à deux roues, n'a jamais véritablement été un problème ...
A partir du moment où les donzelles ont accepté le principe qu'il était impossible de rouler de concert et que peut-être toutes les visites touristiques ne pourraient pas être partagées faute de temps (problèmes de stationnement ne se posant pas avec la même acuité pour nous, libres motards) et aussi sans doute, parce que les centres d'intérêts pourraient différer, à partir de ce moment là disais-je, et après quelques signes d'énervement d'un côté et d'impatience de l'autre, TOUT C'EST TRES BIEN PASSE ! Nous avons réussi à partager tous nos repas du soir, évidemment puisque nous étions logés à la même enseigne ! c'est le cas de le dire n'est-ce pas ?, mais aussi et surtout nos repas du midi, avec, seule concession, parfois un léger décalage (desserts pour les uns pendant que les autres avalaient leurs escalopes).
DSCN0656_640x480Ne voyez aucune condescendance (en un mot toujours) dans ce qui suit mais plutôt une certaine admiration, car je tenais à féliciter nos compagnes pour la débrouillardise dont elles ont fait montre. Elles ont vécu leurs "petites aventures" de leur côté notamment lorsqu'il leur arrivait de demander leur chemin à de beaux inconnus ... mais ceci sort du cadre du présent rapport ;-).
Au bout du compte elles n'étaient jamais très loin derrière ... Elles ont même fini devant à l'entrée de l'autoroute à Valenciennes !!

La réussite de ce voyage dépendait justement de l'intégration de cette bagnole et vous aurez compris à la lecture de ce qui précède qu'elle fut totale, la caisse parvenant même à se rendre utile à l'occasion.
Elle dépendait aussi de la météo qui fut sèche et ensoleillée. Solange, la courageuse femme de Jacques qui n'avait plus mis les pieds sur une moto depuis une vingtaine d'années, a toutefois souffert du froid parce qu'elle avait enlevé les doublures des vêtements ... Elle a fini le voyage dans le fourgon avec les autres ;-))))
Il existe un proverbe qui dit "En avril, ne te découvre pas d'un fil !" me semble-t-il !
En moto, il vaut mieux avoir trop chaud que trop froid, voilà un autre adage qui vaut son pesant de cacahuètes !

Dernière chose et non des moindres : les circonstances étaient certes particulières, mais ma Josée a pris goût à ce type de voyage et elle semble emballée à la perspective de m'accompagner lors du prochain, en Ecosse, et cette fois à dos de moto !!!!!!!!!

On en parle prochainement, restez à vue et à l'écoute !

20:33 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

14/04/2007

Normandie : le compte-rendu IV

Ben non, le voyage n'a pas duré quatre jours contrairement à ce que le chiffre romain voudrait faire croire ... Mais si j'avais continué le message précédent vous n'auriez pas remarqué son "updatage" ... A part ça, quand j'ai demandé (à genoux) à mon fiston de me céder la place pour en finir avec ce rapport de voyage, vous savez ce qu'il a dit, le perfide : "Eh ben dis-donc, bientôt le compte-rendu aura duré plus longtemps que le voyage !"
J'vous jure, le respect du père se perd ! En attendant, il faut bien le reconnaître, il a raison !
Il faut dire aussi que contrairement à lui, j'ai des journées autrement remplies !
Déjà, aujourd'hui et pour commencer, j'ai été au bureau de 9H00 à 11H30 ... Vu que je travaille plus lentement que les collègues, je suis obligé de compenser (en un mot) en me tapant des HS le week-end ! A moins que j'aie plus de travail qu'eux ? Auquel cas, il y a une redistribution à envisager ... Je vais tirer les choses au clair et les oreilles au patron !

Et si j'ai quitté le bureau à 11H30 c'est parce que j'ai été stoppé dans mon élan par un appel téléphonique :
Allo, Monsieur T..? Ici la police de Gerpinnes, c'est pour vous signaler une tentative d'effraction à votre domicile !

"Henri ? C'est toi ? Où es-tu ?"
Je suis chez toi, à côté de ta Josée, on prend l'apéro à la terrasse ...
"Ah ben, merde alors !"
Inutile de dire que j'ai laissé tomber le stylo, arraché la prise du pc et que je suis rentré dare-dare pour siroter un Martini en terrasse, comme tout le monde, après quoi Henri s'en est retourné, plein d'usage et raison, vivre avec sa Bernadette le reste de son âge :-)
Ensuite, un bon plat de spaghetti avec une sauce tomate relevée au piment, 2 ou 3 verres de St Emilion et le compte était bon !
Restait à rendre visite aux parents après un crochet en librairie pour acheter ... le Moto 80 de la semaine dernière ... et au retour (vers 18H00) j'ai attaqué de front la tonte de la pelouse jusqu'à près de 20H00 !!
Alors, quand je vous disais qu'elle avait été chargée cette journée !!!

DSCN0759_640x480Bon, bon ... Reprenons où nous en étions restés, voulez-vous, c'est-à-dire à VEULES-LES ROSES ... charmant petit village de caractère mais ... vous connaissez l'article !
On embraye sur la D925 jusqu'à Dieppe et Le Tréport ...
Quelque part entre les 2, Didier s'énèrve un peu et sauf le respect que je dois aux autres, je dirai, avec franchise, pour changer, que je lui donnais raison ...
Explication : même s'il faut garder ses distances par rapport au motard que l'on suit, distance ne veut pas dire qu'on doit disparaître de ses rétros ! Par exemple, en ce qui me concerne, je me tiens généralement à une trentaine de mètres. Derrière moi, loin derrière moi, il y avait Jacques et Solange, suivis par Henri et Bernadette, François fermant la marche. Le problème, c'est que ces deux là (J&S), "traînaient la roue" ... Didier s'arrêta et nous fit tous passer devant pour pousser les flâneurs au cul, si je puis me permettre cette expression, après quoi, les rangs se resserrèrent ;-)))

Après Le Tréport, Eu-Le Tréport, St Valéry-sur-Somme, les D940 et D3, arrivée à Le Hourdel où, par temps clair et surtout à marée haute, on peut, paraît-il, voir des
phoques faire tourner des ballons sur leur nez ...
Ca fait rire les enfants,
Ca dure jamais longtemps
Ca fait pu rire personne,
Quand les enfants sont grands
Vous connaissez cette vieille chanson ? Un groupe canadien, BEAU RIVAGE DOMMAGE je crois, ça s'intitule "La complainte du phoque en Alaska" : les paroles ICI ...
Attendre la marée haute aurait été une idée loufoque (croisement entre ... enfin, vous m'avez compris !) et nous nous mîmes, avec force geste bien évidemment, à la recherche d'un restaurant ... Il n'y en avait que 2 et ils étaient bondés !!
On reprend donc la route, Didier décrétant qu'on s'arrêterait à RUE, patelin situé quelque 15 kilomètres plus loin.
DSCN0768_640x480Finalement c'est à Le Crotoy que nous avons fait halte : là il n'y avait que des restaurants, " du snack à l'étoilé " pour ainsi dire, le problème, double en l'occurrence, c'est qu'on débarquait à +/- 14 heures et à 9 !, difficile par conséquent de se caser. Après quelques palabres et quelques refus, c'est encore Didier qui s'est démené pour nous trouver une (grande) table au premier étage d'un des restos : on a tous pris des moules à toutes les sauces, sauf François qui a choisi, sauf erreur, une salade au chèvre chaud ... J'en ai profité pour régler mes dettes : le repas de la veille à Jacques et le carburant à Didier, je suis donc sorti de table ... allégé, vous m'en direz tant !

Ruée sur RUEDSCN0772_640x480 et arrêt pour contempler son église, fermée malheureusement et en cours de restauration.
Après cela le road-book ne prévoyait plus d'arrêt culturel et nous avons rejoint Cambrai via Crécy, Hesdin, Doullens, Arras, Mondicourt, Pas-en-Artois, Puisieux, Achiet-Le-Petit, Achiet-Le-Grand (y a pas de raison que seuls les petits fassent chier ... Désolé, ça m'a échappé !), et Bapaume.
Nous nous sommes salués longuement avant de monter sur l'autoroute A2 bien qu'à cinq ! Alors que je nous nous demandions, un peu comme Patrick JUVET à la folle époque, "où étaient les femmes ?" que vit-on JUSTE DEVANT NOUS (ce n'est pas une blague !!) au moment de passer le péage d'accès ?? Je vous le donne en mille : la Peugeot 206 "Roule en Carrosse" avec à l'intérieur dedans Solange, Gabrielle et Josée !!!
Le monde est bien petit finalement, non ??
Nous sommes tous montés sur l'autoroute et avons roulé chacun à notre rythme ... J'ai d'abord dû m'arrêter à la première aire pour soulager un besoin pressant qui ne pouvait pas attendre les 120 bornes qui restaient à parcourir. J'ai redémarré et me suis calé à un très sage 120-130 km/h. Je me suis fait dépassé et doucement largué par Henri et Bernadette que j'ai rattrapés plus tard et suivis jusqu'à la sortie Jemappes. Arrivé à la maison, j'ai eu le temps de fumer une petite clope vider le top-case, faire un petit café, raconté en bref (si, si c'est possible) les faits marquants du voyage aux enfants et d'attendre patiemment le retour "des filles" !
Elles sont arrivées, rayonnantes, Gabrielle nous a offert un morceau de "Pont-L'Evêque" qu'elle avait coltiné depuis ... Pont-L'Evêque (ben tiens !), on leur a expliqué comment rejoindre l'autoroute A54 direction Bruxelles, une fois ;-) et elles ont repris la route pour la toute dernière étape du jour !
J'ai envoyé un sms à Didier l'avertissant de leur départ et lui ai demandé de me "biper" quand elles seraient arrivées à destination ...

Voilà pour le compte-rendou, je suis arrivé au but, et pour le compte-rendu je suis arrivé au bout !
Reste l'épilogue mais ça sera pour plus tard, ne vous en déplaise !

23:13 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

13/04/2007

Normandie : le compte-rendu III

Avant que j'oublie et s'agissant d'une première de la part de notre guide vert autant que spirituel, je vais commencer par déposer le lien vers l'album que Didier a téléchargé dans le wistiti de skynet !!
Cette fois il nous a fait la totale : l'organisation, la guidance et le reportage photographique. Cher Didier, s'il te prenait l'envie en plus de te laisser aller à un compte-rendu, sache que ces colonnes te sont totalement ouvertes !!
Oui, je sais, ça fait un peu lèche-bottes, mais je n'en ai rien à cirer, hé hé !!
Notamment, si tu veux nous faire la réponse de la bergère à Schlumberger, j'entends par là nous fournir l'explication définitive sur la technique que cette société avait mise au point en matière de repérage du précieux or noir, "it's up to you" comme on dit dans le bayou !!

Et donc ? Ce troisième jour ?
Et bien, déjà, alors que tous mes condisciples en un mot et leurs conjointes ci-annexées avaient trouvé le temps de pousser une pointe jusqu'aux falaises plutôt balaises qui n'étaient qu'à un demi kilomètre de l'hôtel et moi qui avais sans cesse reporté cette visite au lendemain, je n'ai pas eu le courage de me lever plus tôt pour vite en faire la visite ! Seule consolation, contrairement à François je n'ai pas été me les geler ;-)
Nous avons pris le petit déjeuner tous ensembles comme d'habitude, au menu 1 croissant chacun, 3 baguettes (pains français) à se partager, des yaourts nature, des confitures à volonté, du bon café, du lait, du thé, le tout facturé à 5,50 €, en sus de la chambre double à 47 €. Tiens, tant qu'on est dans les chiffres, la note de l'hôtel s'est élevée pour Josée et moi à 234,50 €. Bon, ça c'est fait, autant commencer par le plus douloureux ;-)) n'est-ce pas ?

Le premier arrêt était à un lancer de galet : la chapelle Notre Dame du Salut sur les hauteurs de Fécamp. Elle abritait de nombreuses "marines" et pour cause, l'histoire nous raconte qu'après les outrages qu'elle a subi au cours des siècles, elle a finalement été préservée pour servir de point de reconnaissance aux navires qui approchaient la côte ... En 1790, les bénédictins avaient en outre dû étayer, avec des mâts de navire, la voûte qui s'écroulait ...

DSCN0760_640x480Après une quarantaine de kilomètres, nous sommes arrivés à VEULES-LES-ROSES, une seule étoile au guide vert de Michelin et pourtant ce fût un enchantement ! Mais d'abord le sms aux donzelles pour signaler que nous étions garés sur la place de la Mairie, point de départ de notre promenade. Le côté pratique de la "voiture balai" : lors des arrêts elle sert de soute à casques, gants et sacs de réservoir. Le village est caractéristique à plus d'un titre :
- il voit naître et mourir le plus court "fleuve" de France, 1,7 km exactement;
- il abrite de nombreuses et belles maisons à colombages, certaines avec des toits en chaume sur lesquels poussent des iris
- il possède son moulin et une culture de cresson que nous n'avons pas manqué de goûter après que Didier et Bernadette en ai cueilli quelques feuillettes
- il est traversé par un (autre) ruisseau aux eaux aussi limpides que ... toutes les idées qui me viennent à l'esprit ;-). Pour compléter le tableau, le village baignait dans un soleil radieux, le bonheur quoi !!

A suivre ... et à finir !

22:22 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Temps mort ...

Ouais, petite pause avant d'en finir avec ce compte-rendu à rallonge du trip normand : un comparo très intéressant dans "Moto-Station" qui voit s'affronter 4 roadsters "low cost" : la Yamaha Fazer 600, la Honda Hornet 600, la Suzuki GSR 600 et la Kawasaki Z 750 ...
Des machines diablement intéressantes même si les trails restent nos préférées, encore que nous luttions avec acharnement contre toute forme d'ostracisme ...

Rien à voir avec ce qui précède mais heureux de constater que l'équipe de Skynet qui a notre sort en main, à nous pauvres blogueurs devant l'Eternel, est revenue au "postage des messages" qui fonctionnait très bien jusque là : pour faire simple et en quelques mots, voilà une équipe sans doute pavée de bonnes intentions qui a voulu imposer un mode de postage plus simple et comme toujours, quand on veut simplifier les choses pour les uns, on finit par les compliquer pour tout le monde.
Moi qui connais juste 3 ou 4 commandes HTML, j'étais très satisfait du système et voilà que depuis hier soir, l'éditeur de texte, assimilable à un "notepad" en fait, était venu complètement troubler ma routine ... Pour preuve, la difficulté à cadrer la photo, à insérer le lien vers mon album, etc ...
Tout semble être redevenu comme avant, ce que vous pouvez interpréter comme "tout est rentré dans l'ordre", espérons que ça puisse continuer, rester, durer !!!
NE TOUCHEZ A RIEN LES GARS, OU ALORS PAS SANS ME PREVENIR ;-)))

21:54 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

12/04/2007

Normandie : le compte-rendu II

DSCN0726_640x480

Jour 2

Justement : qu'y avait-il au menu du jour 2 ?

Le road-book intitulé "Suisse romande" ne nous apprenait pas grand chose si ce n'est que nous nous étions sans doute trompés de pays !! Toutefois, à y regarder de plus près, des noms comme Etretat, Le Havre, Pont de Normandie et Honfleur, finirent de nous rassurer et de conclure que le clavier de Didier avait fourché , ce qu'il confirma plus tard ... Après un petit topo, Gabrielle et Josée sont parties devant : on est manifestement plus vite prêt à prendre la route quand on est automobiliste que lorsqu'on est motard, il n'y a pas de casque à mettre, de gants à enfiler, de moteur à faire doucement chauffer et il est rare qu'on soit amené à débéquiller :-))

Première étape "obligée" donc , Etretat et ses célèbres falaises. Quelques photos plus tard, nous avons pris la direction de Honfleur par la route de la côte déjà bien encombrée ... Arrivés à Honfleur, et malgré que l'endroit fut déjà investit par d'innombrables touristes d'un ou de plusieurs jours, allez savoir, ce n'est pas inscrit sur leurs fronts, nous n'avons pas eu trop de mal à trouver où nous garer : bien rangées, 4 motos ne prennent pas plus de place que la plus petite des voitures, même si elle a tout d'une grande (!?!).

Jacques et Solange sont partis bras dessus bras dessous pour un petit tour du port alors que moi je m'évertuais à prendre en photo la calèche et surtout sa "driveuse" qui ressemblait, sous sa bombe, à l'autre bombe qu'est Cameron Diaz ...

Nous avons perdu la trace de nos femmes (non, rien de volontaire là dedans !) et après quelques autres cadrages je suis allé rejoindre Bernadette, Henri et François qui étaient attablés à la terrasse d'un café : merci à Bernadette qui m'a gentiment offert le café en se débarrassant de tous ces petits cents qui pourrissent les poches !

Nous sommes repartis direction Beaumont-en-Auge sans passer par la case "Pont L'Evêque" car nous étions déjà en retard sur l'horaire et que nous devions retrouver Eric, le normand, au Château de Crèvecoeur pour 13 heures 30 ... A Beaumont-en-Auge, nous avons fait le tour de la place au milieu de laquelle trônait la statue de ... Laplace, célèbre mathématicien français du gnègnème siècle, né le jour de sa naissance et décédé bien plus tard ... et ayant repéré un petit restaurant, petit par la taille et le nom puisque baptisé "Le petit Beaumont", nous y sommes entrés. C'est là que j'ai envoyé un sms aux "gonzesses" pour les informer du point de ralliement.

Au moment de passer commande j'ai beaucoup insisté pour avoir quelques haricots en plus des frites, ne fusse que pour la couleur quoi, mais la serveuse aux yeux revolvers, resta intraitable : il faut se rendre à l'évidence, mon charme latin opère de moins en moins, bouuuuuuhhh ... De toute façon, nos donzelles sont arrivées et ... elles ont pu terminer leur repas pendant que nous patientions avec les desserts ;-)))))))))) Jacques paya avec sa carte visa, à charge pour lui de faire le décompte et de nous réclamer à chacun notre part.

Nous sommes repartis, le ventre plein et les idées toujours claires (on ne boit que très modérément quand on doit tenir sur 2 roues), direction Crèvecoeur.

Entrée : 7 €. Au détour d'une salle, nous nous sommes fait piégés, Bernadette, Eric, Henri et moi par une demoiselle qui invitait à s'asseoir sur des bancs afin d'écouter quelques contes enfantins ... Une conteuse narrant l'histoire d'une petite poule qui caquetait et bequetait, m'est restée en mémoire. D'ailleurs au sortir de cette salle, Eric me dit qu'elle était extravertie ce à quoi je répondis : "Travestie ? ouais, je me disais aussi que c'était une poule travestie en femme ..." Il y avait aussi une exposition consacrée à l'entreprise Schlumberger (à vos souhaits !) pour laquelle Didier avait travaillé dans les années soixante-dix, septante, par là ... Si j'ai tout bien compris, elle avait mis au point une technique beaucoup plus fiable que le simple forage par carottes, technique qui permettait de repérer avec bien plus de précision les nappes pétrolifères ... A partir de là, Eric nous a servi de guide : il nous a fait découvrir l'impressionnant château de Guillaume le Conquérant, juché sur son promontoire. Au programme, tombait à pic un détour vers la roche d'Oëtre, un précipice de 118 mètres assez impressionnant il faut bien l'avouer, s'approcher du bord provoquant immanquablement le vertige ...

Ensuite, nous avons fait un arrêt à Clécy où une foule bigarrée autant qu'hétéroclite sillonne l'Orne à bord de péniches électriques ou de pédalos très très kitch pendant que d'autres dévorent des "gauff' au suc" en longeant le fil de l'eau ... C'est là qu'Eric pris congé de nous pour rejoindre Argentan, où il demeure.

Il était temps pour nous de rebrousser chemin par Pont d'Ouilly, Le Vey, Caen, etc ... Voyant l'heure tourner nous avons averti Gabrielle et Josée que nous serions de retour vers 20H00 pensant qu'elles feraient passer le message "en cuisine" mais quand nous sommes rentrés elles n'étaient même pas là, reparties qu'elles étaient pour voir les falaises à quelque 500 mètres de l'hôtel ... On s'est un peu fait sonner les cloches, normal un week-end pascal me direz-vous, par le patron qui n'était pas aussi flegmatique qu'on pourrait le supposer de la part d'un "pure british". J'avais plus envie de me doucher que de bouffer mais j'ai réussi à faire les deux pour le même prix ! Cette fois on s'est contenté, ma Dulcinée et moi, d'un menu à 15 €, le menu des pauvres ;-) bien assez roboratif et d'une qualité convenable, le tout arrosé par un doux cidre du pays ! Avant de rentrer, nous nous sommes arrêtés pour faire le plein, j'ai flanqué ma DL à côté de la TDM de Didier qui m'a tendu le pistolet une fois l'appoint de son réservoir fait : nos cartes Visa et autres Master Card ne fonctionnent que rarement en France, alors que lui, heureux propriétaire d'un mas en Provence, possède une carte bancaire du cru ;-)

Souvent lorsqu'on fait les pleins on s'inquiète de nos consommations et on les compare ... à fortiori quand on a la même moto. C'est ainsi que François a consommé de l'ordre de 26 cents en moins pour 10 km de plus ! Quoi ? 10 km de plus ? Avec la même moto ? Incroyable ça, non ? Moi j'ai dis : non, normal, je coupe plus que toi les virages ah ah ah !!! Lui : Oui, c'est ça, toi tu "trajectes" !! On s'est rappelé qu'en fait en arrivant sur Crèvecoeur il était parti tout droit vers Vandeuvre, ceci expliquant cela !

Encore une journée au cours de laquelle nous avons fait le plein de belles images et de moments uniques ... qu'on voudrait voir se reproduire le plus souvent possible. Bonne nuit et à demain pour la suite et peut-être la fin ! Je vais être bon : je vais ajouter le lien vers mon album photos : les petits commentaires n'y sont pas encore tous mais ... cela ne saurait tarder : voici le lien !!

21:48 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

10/04/2007

Normandie : le compte rendu

DSCN0691_640x480Jour 1 :
- le réveil sonne à 6h45' comme on lui avait intimé l'ordre
- nuit agitée (Shake, baby shake) comme à la veille de chaque départ en voyage
- cerveau embrumé, conséquence de ce qui précède et contrairement au ciel qui semble, lui, déjà bien dégagé
- je descends pour lancer le café et prends mon petit déjeuner dans la foulée et dans la cuisine pendant que ma Dulcinée se repoudre le nez et boucle définitivement les bagages
- elle descend à son tour et on se croise dans l'escalier alors que je remontais pour achever ma toilette matinale ...
Très passionnant jusque là, n'est-ce pas ? Et attendez, on n'en est qu'au tout début de cette extraordinaire aventure !!!

Bon, je vous épargne (à un taux défiant toute concurrence) quelques détails domestiques et j'en viens au fait ... Mais au fait, de quels faits s'agit-il ?
Ah oui, donc, on est fin prêt, je descends au garage avec mon top-case rempli comme un oeuf de Pâques, comme si je partais seul (j'ai finalement pris cette option là, un peu contraint et forcé il faut bien le dire dans la mesure où ma colombe ne voulait pas se faire remarquer avec une bagagerie trop importante, ce qui impliquait un radical "chacun pour soi" ...)
Henri arrive, nous salue et pendant qu'il charge les effets personnels de ma Josse, j'appuie sur le starter,
Et voici que je quitte la terre,
J'irai p't'être au Paradis,
Mais dans un train d'enfer.
Ouais, faudrait d'abord quitter le garage, or, ma Suzon, là, elle ne veut rien entendre ... J'appuie à nouveau sur le starter,
Le moteur continue de se tai-aire,
J'irai p't'être en Suzuki
Faudrait pas trop s'en faire !
A la gnègnème tentative, alors qu'on la voyait déjà se noyer, la bête s'ébroue, je maintiens un filet garni de gaz et l'avance dans l'allée ...
Pendant ce temps, la Mondéo était partie avec ami, femme et bagages avec à la clé : "Si t'as un problème, je reviens te chercher et tu feras le chauffeur à ces dames !"

J'avais prévu de faire le plein à la pompe située à la sortie d'Anderlues mais elle ne fonctionnait pas, les écrans du haut et du bas se renvoyant la balle, j'ai donc continué jusque Lobbes où là, le pistolet a daigné abreuver, sans désarmer, la petite Suzette qui avait entretemps retrouvé ses belles couleurs !
J'arrive chez Henri et Bernadette, François était là alors qu'il n'y avait pourtant pas de petit déjeuner à la clé - je plaisante cher François ! - il nous restait à attendre, derrière une bonne tasse de café, "Senseo Made" Jacques et Solange sur BMW 1200 GS, Didier sur TDM 850 et Gabrielle "sur" Peugeot 206. Ils sont arrivés vers 9H15, on a fait les présentations, et, planning chargé obligeant, nous avons tous pris la route sans tarder.
Pour rappel, il s'agissait de rejoindre GIVERNY pour 13H00, d'y déjeuner et d'ensuite visiter la maison de Monet.
Pour y être dans l'étang les temps, il était prévu de monter sur l'autoroute E19, de la parcourir de long en long sur près de 150 kilomètres et d'en descendre à hauteur de Roye, sortie n°12.
Ensuite les D934, N17, D930 à droite, N1 à gauche, N31, E19, D981, D10 et D146 devaient nous conduire via Montdidier, Beauvais, Givors, Vernon et Dangu jusqu'au trognon centre de Giverny.
Les heures passant finalement aussi vite, voire plus vite que les bornes abattues, nous avons pris l'option gratuite de nous arrêter, à Gisors si je ne m'abuse, pour nous mettre en chasse d'un déjeuner car nos estomacs criaient FAMINE !!
Nous avons investi une boulangerie, l'avons dévalisée de quelques sandwiches garnis, neuf pour être précis, avons traversé la place, nous sommes attablés à la terrasse d'un café et, après que le garçon ait pris notre commande, avons tous croqué notre frugal repas à belles dents : ça nous a semblé vachement bon, même ceux au poulet !
C'est fou comme on se sent "jeune" quelque part, d'être là, à neuf, 5 gars, 4 filles, à plaisanter autour d'un délicieux bout de baguette, attablés à la terrasse d'un café, entourés par nos belles mobylettes ;-)

Etant donné que je n'écris pas vite sans doute parce que je sais que vous lisez lentement, voici de quoi vous faire prendre patience pour la suite du récit du voyage, un peu comme le "trou normand" entre deux plats si vous voyez ce que je veux dire :

- le compte-rendu de François. Entre charentaises, je suis agréablement surpris par la rapidité avec laquelle il l'a pondu alors qu'en plus hier, il y avait une soirée foot dont je sais qu'il est friand : merci à toi pour ce bel effort qui mérite d'être souligné;

- l' album qu'a ramené Henri de ce "speed périple" et pas "Speed Triple" :-)

Une fois rassasiée la "bande de jeunes" a repris la route, direction Giverny. Dès le sortir de la ville, nous avons perdu François, corps et bien, eh bien, croyez-le ou non, j'étais très inquiet pour lui ;-))) à l'inverse des autres qui continuèrent leur chemin comme si de rien n'était ... Je n'ai pas osé faire demi-tour (les mauvaises langues diront "de peur de se perdre à son tour") d'une part parce que "chez ces gens là, m'sieur, on n'fait pas d'mi-tour" et d'autre part parce que je savais pertinemment que François a cette capacité que je n'ai pas et que je n'aurai jamais, je ne me fais aucune illusion là-dessus, à trouver son chemin dans n'importe quelle condition, avec son seul flair et sa boussole interne, car il n'est pas du genre à perdre le nord !
Moi je serais plutôt du genre à me poser la question :
Ai-je choisi le bon sentier
J'en suis encore à me le demander
Je chercherai peut-être encore
Lorsque sonnera l'heure de ma mort"

... mais ceci est une autre histoire ...
Nous l'avons d'ailleurs rejoint à Giverny où il nous attendait depuis probablement fort longtemps, le temps sans doute de goûter à toutes les saveurs des glaces que vendait un marchand ambulant de la place ;-)))

Alors cette maison de Monet ? Jolie, très fleurie, de beaux étangs que je n'ai d'ailleurs pas vu et dont je ne soupçonnais même pas l'existence alors que Didier nous avait parlé des fameux nénuphars qui menaient une vie paisible à leurs surfaces, très colorée à l'intérieur, mais interdiction de faire des photos (faut bien vendre les bouquins à la sortie) ... Reste un ticket d' entrée à 5,5 € tout de même ... Non que ça soit cher dans l'absolu, mais nous les motards, on n'est pas du genre à s'éterniser sur un site touristique, car d'une part et ... quelque part, la route nous appelle toujours au détour du virage et, d'autre part, nos tenues, qui nous font plutôt ressembler à des chevaliers en armure et cotes de maille dans un magasin de porcelaine non climatisé, nous interdisent de flâner trop longtemps dans des lieux fermés et ou trop ensoleillés. En clair, cela signifie qu'on n'amortit généralement pas le prix payé au guichet.

On aurait dû négocier un prix de groupe et prétexter une visite éclair : je suis étonné que Didier n'y ait pas songé ... à moins qu'il se soit contenté de sa réduction "v.i.p.o", oh oh ... J'allais oublier que je me suis également laissé tenter par une "deux boules" chocolat/citron et ... en général, quand je me laisse tenter par ce genre de friandise, ma colombine suit : 6,40 € pour les 4 boules ! Où va-t'on je vous le demande !?!

Justement, on va à Grainval, me répond une petite voix qui me supplie d'avancer dans le road-book !!

Oh, hé, on n'est pas aux pièces non plus, hein ! Faudrait voir à pas pousser, non plus ! Non mais sans blague, merde !!

Bon, on quitte le site, on se dirige vers Vernon, on passe la Seine, direction Gaillon, la N15 puis l'A13, la D316, Pont de Brotonne, Brotonne, Yvetot, Louvetot, Valiquerville, Fécamp, St Léonard et Grainval : voilà, on y est, z'êtes contents ?

On parque les motos, la patronne nous accueille, nous remet les clés de nos appartements et pendant que nous nous inquiétons de savoir si on peut rentrer les motos dans le grand garage, elle nous raconte qu'il n'y a pas de souci (tiens, elle m'a fait penser à mon carrossier carolo ...), qu'elle a laissé sa voiture toute la nuit portières ouvertes et qu'elle l'a retrouvée le lendemain au même endroit ... A moitié rassurés, certains d'entre nous ont jugé bon de malgré tout sortir les antivols. A Jacques, je conseillai d'attacher sa GS à nos deux DL ...

Nos appartements étaient très corrects : une grande chambre avec TV et un coin toilette avec douche toute faite de plastic. Nous avons eu le temps de nous rafraîchir, de prendre l'apéritif au bar et de passer à table vers 20h30'.

Pas de carte mais 2 menus : 1 à 15 € et 1 autre à 25 €. La différence ? 10 € !
Autre différence ? Euh ... Un plat en plus (fromage et salade) et un plus grand choix au niveau du plat et du dessert.

Le mari de la patronne avait un fort accent "british" et comme notre ami François est moitié français, moitié anglais et moitié belge, les langues se sont déliées plus rapidement.

Le repas terminé nous avons tous rejoint nos chambres ...

Le lit était très spacieux au point que j'ai eu le sentiment de dormir seul ;-)
D'habitude à la maison il y a toujours bien un pied qui empiète, une jambe qui enjambe ou plus si affinités ...
Restait à scanner "dans sa tête" les belles images du jour et à s'endormir en pensant déjà à ce que nous réserverait le lendemain ...

21:48 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

06/04/2007

Plus qu'une fois dormir ...

Le jour J approche, le D Day, n'est-ce pas D Dier, est là ...
Comme prévu on a déposé la Testa Corsa chez le carrossier : il a oublié de commander le rétro, il n'a pas reçu le passage de roue en plastoc et il n'est pas certain qu'il pourra faire préparer la peinture demain mais "pas de souci", il l'a dit au moins dix fois, mardi elle sera prête ... Laissez moi votre n° de portable au cas où mais ... pas de souci. Et il l'a fait, il a noté mon numéro +32/123/456789 au cas où !!

Voilà, je vous laisse quelque temps, celui de préparer, comme déjà annoncé d'ailleurs, nos petites affaires ...

A plus tard sans doute ...

Plus tard : voilà, les dés sont jetés, les bagages scellés, le réveil réglé (sur 6H45')...
Comme d'habitude à la veille d'un départ, j'ai l'impression que j'ai oublié un tas de trucs, d'autant que cette fois je me suis un peu reposé sur ma douce compagne qui m'accompagne, qu'avant de partir j'aurais dû téléphoner à tout le monde pour faire mes adieux au cas où ... on ne reviendrait pas :-)))), que j'aurais au moins dû tondre la pelouse, nettoyer les gouttières, caresser une dernière fois Nutella, Gribouille, Shaggy, Lucky et le dernier arrivé Grisbi, faire toutes les recommandations du monde aux enfants qui ont déjà le sourire en coin de nous voir partir ...
Bah, je ferai tout cela demain matin avant de prendre la route !!!

Soyez prudents, ne coupez pas les lignes blanches et traversez dans les clous !!!

A bientôt !!!!

20:30 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

05/04/2007

Plus que 2x dormir ...

Tout est dans le titre, le compte à rebours continue, on va bientôt décoller !!!
Jusque là je n'ai encore rien préparé, la préparation est juste psychologique ;-)).
Ouais, à signaler malgré tout, j'ai glissé le road-book de Didier dans le sac de réservoir et dessous j'ai ouvert aux bonnes pages, du moins je crois, la mini-carte de France au 1/1.000.000 ème : Giverny, première étape du périple, n'y apparaît pas mais bon ... pas de quoi s'inquiéter outre Manche mesure !

A part ça demain je dépose la Testa Corsa en carrosserie, tout un bazarrrrrd pour y aller, un bled perdu au milieu de nowhere, je serai suivi par ma tendre moitié à bord d'une Bora qui, touchons du boa, serpente allègrement depuis la dernière intervention chirurgicale au niveau de la prostate de pression, enfin, un truc du style ...
Dès notre retour il sera temps de rassembler nos petites affaires, je me tâte à savoir si j'emporte quelques trucs dans mon top-case ou si on met tout dans une valise commune ... Tout en tapant, je crois qu'il serait plus intelligent d'au moins emporter avec moi le "minimum syndical", calebars et chaussettes par exemple, pour le cas où on venait à se perdre.
Ca me rappelle un voyage en famille et en Tunisie au cours duquel une valise n'était pas arrivée en même temps que nous (on l'a attendue 48 heures) et ... c'était "la valise des enfants". Heureusement quelques voyageurs compatissants et compatriotes nous avaient dépannés en nous prêtant qui un slip, qui une chaussette ;-) mais la morale de l'histoire c'est qu'il faut opérer en fin stratège et "panacher" les vêtements de tous dans chacune des valises : pensez-y au moment de vous envoler vers des contrées lointaines ...
Oh, combien de marins combien de capitaines ...

Pfffffffffff ...

Allez, bonne nuitée à toutes et à tous !

23:19 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

04/04/2007

Plus que 3x dormir ...

coeur blessé... et on y sera : samedi 8h15' Henri vient en voiture à la maison pour embarquer ma Josée avec armes et bagages et la ramener chez sa mère, moi j'enfourche la DL et à 8h20 le curieux convoi s'ébranlera direction Beaumont.
Pendant ce temps, à 8H00, un autre convoi, plus hétéroclite encore puisque composé d'une BMW 1200 GS chevauchée par Solange et Jacques, d'une YAMAHA TDM 850 montée par Didier et un cabriolet CHRYSLER Sebring (à moins que ça soit un PEUGEOT 205 ?) piloté par Gabrielle, démarrera de Bruxelles pour prendre la même direction ...
J'allais oublier le troisième convoi, qu'on voit bien arriver avant tout le monde, constitué par le seul François au guidon de sa DL ...
Tout ce petit monde s'est donné rendez-vous chez Henri et Bernadette, point de départ de notre virée en Normandie.
C'est une première dans les annales du club, un voyage "doublement mixte", d'abord par les véhicules engagés (voiture et motos) et ensuite par la présence en nombre des épouses car ne manquera à l'appel que la compagne de François, ce que nous regrettons tous autant que lui sans doute ...
Les choses devraient se passer comme suit :
- Gabrielle et Josée voyagent en cabrio ou ... roulent en carrosse
- Bernadette et Solange à moto, derrière respectivement et par ordre d'apparition à l'écran ;-) tout autant qu'alphabétique, Henri et Jacques
- Didier, François et moi, tels de joyeux célibataires, seuls sur nos destroyers destriers !!
A priori, voiture et motos ne s'attendront pas, chacun roulant à son rythme, le contraire serait en effet plutôt vexatoire pour les motards, obligés de ronger leurs freins ou de bouffer leurs casques pour les plus impétueux :-))))), l'important étant, cela va sans dire, de se retrouver à l'étape !
Et d'étapes il sera question car pour respecter les envies de toutes et tous, sont prévues au tableau :
- la visite de Giverny (et la maison de Monet)
- celle de Honfleur (pour Solange)
- Pont-L'Evêque (pour Gabrielle)
- le château de Crèvecoeur (visite à laquelle tient tout particulièrement Didier)
cette liste n'étant pas exhaustive, elle est susceptible d'être modifiée et/ou étendue et n'engage aucunement ses auteurs contractuellement ... suivant le genre de formule qu'on trouve en tout petit au bas des contrats des "tour operators" qu'on signe parfois les yeux fermés alors qu'il faudrait se munir d'une bonne loupe, voire d'un microscope !
Nous avons reçu hier le road-book pour les 3 jours et je tiens à remercier sur la place publique notre ami Didier qui a dû passer quelques soirées à nous le mitonner aux petits oignons. On est parti pour +/- 450 bornes samedi, 325 dimanche et près de 400 le lundi de Pâques, voilà qui est déjà suffisamment alléchant et qui fera plus qu'aiguiser nos appétits, de quoi renoncer aux oeufs en chocolat !!!

Comme j'ai hâte de m'évader quelques jours, vous n'imaginez même pas ...

Ah ! Le petit vin blanc
Qu'on boit sous Les Tonnelles
Quand les filles sont belles
Du côté de Fécamp
Et puis de temps de temps
Un air de vieille romance
Semble donner la cadence
Pour fauter, pour fauter
Dans les bois, dans les prés
Du côté, du côté de Fécamp

PS : le commentaire d'Henri est là pour me rappeler qu'un quatrième convoi ... de blindés sans "s" puisqu'il n'est constitué que d'une BMW 1200 GS drivée par notre ami Eric, le normand, partira d'Argentan pour nous rejoindre dimanche au Château de Crèvecoeur : voilà une "x ième" cerise sur un gâteau déjà très roboratif ...

23:28 Écrit par Alberto | Commentaires (4)

02/04/2007

La moto, goutes-y ... Ca doit faire la 3 ou 4ème fois que je la sors celle-là ...

MG V7 SPORTLe Saint Père Didier m'ayant absout et m'invitant à un pèlerinage à Mandello del Lario pour expier ma faute, me voilà doublement remotivé pour terminer mon compte-rendu, pas à pas, de la marche de Gozée ...

Je voulais juste expliquer aux non initiés le décompte de "+21 et - 4". C'est relativement ;-) simple en fait : + 21 c'est le nombre de marcheurs que j'ai dépassé et - 4 c'est le nombre de marcheurs qui m'ont dépassé.
Parmi les "+", un sympathique groupe de 6 "Roteux waibiens" (entité de Thuin - "roteux" étant le wallon pour "marcheurs") dont la moyenne d'âge devait flirter avec les 65 ans.
Cela me fait penser, que quelque part, je suis déjà en train de préparer mon recyclage "post motard" car je ne sais pas jusqu'à quel âge on peut raisonnablement s'éclater en deux roues motorisés sans jouer, plus encore, avec sa vie et dans une moindre mesure avec celle des autres ... Car, n'en déplaise à certains qui pourraient penser que la pratique de la moto n'a rien de physique, qu'ils sachent qu'ils se trompent : rien que de l'enjamber, pour peu qu'on n'ait pas la taille requise représente en soi un exploit ;-), les pressions subies suite aux accélérations foudroyantes et freinages d'anthologie, la résistance qu'on doit opposer à Eole qu'il souffle de face ou de côté, car il peut se révéler d'une sournoise traîtrise ...
En outre, vu qu'il faut tout prévoir et tout anticiper, cette pratique participe également à maintenir l'esprit, entendez par là le cerveau, en éveil voire en ébullition et ces mêmes qui pensent que les motards ont un petit pois à la place du cerveau, feraient bien de retourner à leur potager !!
A propos de réflexes, Henri a fait un test lors de sa visite à je ne sais plus quelle manifestation ... Derrière un simulateur et à l'injonction du policier de faction à une intersection (on dirait un sketch de Coluche, non ?) il devait "plonger" sur la manette de frein, sentence : 43/100ème de secondes, soit à 120 km/h près de 15 mètres parcourus avant de freiner réellement ...
On n'a pas ce genre de souci quand on se contente de mettre un pied devant l'autre ... Oui, et donc, j'ai doublé 21 marcheurs et si je n'avais pas levé la jambe au pied d'un poteau à quelques encablures de l'arrivée (nan je n'ai pas pissé, j'ai juste shooté dedans pour un peu évacuer les boues que j'avais accumulées dans les sillons de mes semelles) j'aurais fait un + 23 ! Quant au "-4", s'aurait dû être "-2" car il a suffit que je m'accroupisse quelques secondes pour refaire mes lacets pour que deux marcheurs, en traîtres et par derrière, viennent me coiffer sur le poteau, oui, le même sur lequel je m'étais soulagé ;-)))
Voilà pour la rando : j'ai maintenant 95 bornes à mon jeune compteur et je ne ... compte pas en rester là !!
Pour ce qui est du compteur de la DL, suite à la dernière virée et un "journalier" de 410,3 km, elle totalise maintenant 35.310 bornes. Je n'aurai pas le temps de faire le gros entretien des 36.000 avant le trip normand, ce qui me turlupine un peu, mais si peu ...

Allez, pour finir et contrairement à ce que j'avais annoncé, je copie/colle, avec son autorisation tacite, le compte-rendu d'Henri :

Comme prévu vers 12h30 j'ai vu arriver pour l'apéro, Jacques, sa fille Sophie, son mari Sébastien et Didier pour me faire voir la "bellissima machina" (NDLR : pffffffffffff) j'ai nommé la Guzzi V11 Le Mans. Après deux ou trois photos on décide Bernadette et moi d'accompagner (en fait de guider) nos amis jusqu'à Lompret à l'Eau Blanche où ils comptent se sustenter d'une truite au beurre ou aux amandes. Nous leur y offrons l'apéritif et puis nous les quittons lorsqu'ils attaquent leurs truites. Nous rejoignons Mons en passant par Momignies (pour y voir un terrain à bâtir), Macon, Boussu-en-Fagne, Eppe-Sauvage, Hestrud, Bersilies puis Mons et Ville-sur-Haine où nous visitons une jolie et coquette maison (un peu trop petite au goût de Bernadette) Sodimat (firme flamande construisant en ossature bois). A côté une autre est en construction ce qui nous donne le loisir de voir l'ossature. En rentrant vers nos pénates nous croiserons un motard sur Guzzi Le Mans et un autre sur BMW 1200GS qui nous ont gentiment fait coucou de la main et à qui nous avons répondu instinctivement avant de nous rendre compte qu'il s'agissait de nos amis qui avaient d'ailleurs dû lâcher Didier un peu sur leur itinéraire. Voilà comment nous avons passé un excellent après-midi en attendant le w-e de Pâques qui nous conduira en Normandie.

Il a ensuite ponctué son C-R par de splendides PHOTOS entre autres de la ... neuvième merveille du monde ...

23:29 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

01/04/2007

Happy ou à moto ?

Les dessous de la MGAlors que François est sur les routes de Bretagne, qu'Henri compte visiter une maison témoin en bois (attention, n'as-tu pas eu ... vent de l'histoire des 3 petits cochons et du grand méchant LOUP ?) car il a en projet de faire construire, que d'autres, Didier, Jacques et son gendre devraient traîner, à l'heure où je vous parle, quelque part sur les routes de Belgique, l'occasion en étant d'admirer sous tous les boulons la Moto Guzzi V11 Le Mans que ce dernier étrenne ...
Entre charentaises, et pour un peu prendre le contre-pied de tous les commentaires dithyrambiques qui ont accompagné les photos de la "MG", j'ai jeté un "pavesini" dans la marre en disant texto :
Euh ... la Guzzi : ouais, bon ... Un peu trop "vintage" à mon goût pour le jeune homme que je suis. En plus elle renvoie plutôt une image de "grosse mamma italienne", non ? Enfin, j'dis ça ...
Non mais, sans blague, c'est vrai quoi !?!
Personnellement, et sans doute par la force des choses ;-)) je ne demande pas qu'une moto soit "juste belle", car quelle que soit la monture qu'on chevauche, c'est le plaisir qu'elle procure EN ROULANT ET NON A L'ARRÊT qui compte, et croyez-moi, je suis sûr qu'il y a moyen de prendre son pied, voire les deux, sur une Royal Enfield ou sur une Oural !!!!! Qu'il arrête de se la péter, l'autre là, avec sa Le Mans ;-)))

Bon, bon, voilà pour le défoulement ...

Et bien "alors que", disais-je, les autres vaquaient aux occupations susdites, moi, J'AI MARCHE ce matin : j'ai fait mes 10 bornes à partir de Gozée (départ en face de l'Inter"marché"). Parti à 9h30' j'étais déjà de retour à 11h00 tapantes soit une fabuleuse moyenne de 6,6666666667 km/heure, certes pas de quoi se faire flasher, même en zone 30, mais bon, de quoi être relativement content de soit d'autant que j'ai fait un +21 et -4 ... Je détaillerai plus tard, là je pars fêter les 85 printemps de ma sainte mère !!!

A plus et à suivre ...

Pffffff, le commentaire de "ds" m'a coupé mes effets, je retourne dans mon pays s'il veut encore de moi et je n'en raconterai donc pas d'avantage sur ma rando pédestre ni ne ferai un lien vers les photos et le compte rendu qu'a fait Henri de la petite sortie improvisée autour de l'emblématique Le Mans ...

Adieu donc !!!!!!

12:38 Écrit par Alberto | Commentaires (5)