28/09/2005

Etat de santé ...

Un petit "insert" pour vous donner des nouvelles de mon membre ;-) ... cela en intéresse plus d'une ... re ;-))))))
Lundi 19 septembre on enlevait les broches, plantées depuis le 3 juillet dans mon radius.
Je vous passe les détails relatifs

-à la première perfusion foireuse : oh, sorry, j'ai traversé la veine, c'est de votre faute aussi, faut pas me faire rire, dixit l'infirmière surnommée Zezette ...
-à l'anesthésie locale (un tas de piqûres et de décharges électriques pour endormir les 3 nerfs, radian, médian et cubital)
- à l'opération chirurgicale (que même si vous vous demandez si le vieux bout de viande qui pendouille, là, à votre droite, est bien votre bras à vous, cela n'empêche pas un certain "ressenti" in vivo pas rigolo
- au réveil douloureux ... (mais ça, c'est tous les matins ;-)))

pour en arriver au fait, à savoir, le résultat de cette deuxième intervention. Et bien, il n'y a pas de quoi pavoiser, car, certes si la mobilité s'est légèrement améliorée, l'opération d''enlèvement d'une des broches est venue "titiller" un des nerfs et depuis lors le pouce et l'index sont remplis de fourmillements, tandis que le cubitus, me semble-t-il montre toujours des velléités d'indépendance ...

A part ça, vous avez vu la taille des broches ? Impressionnant, non ? J'y ai ajouté un de mes objets favoris ;-) pour vous donner une idée de l'échelle ...
Aaaahhh, purée d'échelle !!!!

00:15 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

26/09/2005

Jonchéry ...

Non, ce n'est pas le nom d'une douceur à la cerise et à la liqueur ...

C'est l'endroit où nous nous sommes rendus ce dimanche, Bernadette, François, Henri et moi, pour assister à la première journée du tour de France Moto 2005.
Pour TOUT savoir, il suffit de se rendre sur le site MOTO TOUR.
Avant de prendre le départ, par acquit de conscience, sans vérifier le niveau - procédure trop longue, pas le temps car à la bourre - j'ai ajouté une centaine +/- un dl (merci à "ds" pour le commentaire) d'huile à la DL.
Le matin les participants s'étaient retrouvés sur le circuit "Carole" pour quelques tours chronométrés et en tout début d'après-midi c'est une spéciale de 2,2 km qui les attendaient alors que nous les y attendions.
En fait, nous sommes arrivés un "chouia" en retard par rapport à l'an dernier (souvenez-vous du troisième message que je postais ici même, dans ce blog ... les archives sont là, à droite ... pour vous rafraîchir la mémoire) et nous n'avons pas vu les premiers de la catégorie "Experts". Il faut dire aussi que nous avions "essuyé" une toute grosse averse (le titre du message aurait pu être "Rincés à Reims") lors des derniers kilomètres du road-book, confectionné de main de maître, comme d'habitude d'ailleurs, par notre guide du jour, Henri, un grand merci encore, et que par voie de conséquence les routes étaient mouillées : les évolutions des concurrents auxquelles il nous fut donné d'assister, n'avaient rien de très spectaculaire, à part quelques wheelings "post-chrono". Nous avons pique-niqué à l'abri d'une grange à foin et une fois nos appétits rassasiés, le soleil a chassé les nuages, à moins que ce ne fût le vent (Henri a une théorie infaillible là-dessus que je n'ai évidemment pas comprise), la route s'assécha et les concurrents sortirent qui le genou, qui la jambe, pour aider la machine à prendre un minimum d'angle pour un maximum d'efficacité ... Le meilleur temps : 36"15 bien évidemment !!
Quelques images valent toujours mieux qu'un long discours, c'est pourquoi je vous ouvre les portes, encore une fois, la maison ne reculant devant aucun sacrifice, sur un magnifique ALBUM de photos que j'ai ramenées dans mon CANON PowerShot A300 (comme l'Airbus) : il vous reste juste à vous y embarquer !!!

C'est donc au milieu des vignes, les ceps entourés de raisins oubliés par les machines à vendanger, les manches retroussées du fait d'une bienveillante chaleur revenue, que la plupart de ces portraits ont été tirés : quand je vous disais que je ne recule devant aucun sacrifice !

Une fois n'est pas coutume ;-) je vous recommande chaudement le compte-rendu du chevalier François Le Brôôôôôôôô que je remercie au passage pour le prêt de la bande dessinée ... et le café de fin de balade !

21:32 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

24/09/2005

Achtung, actu : Sepang !!

A peine "revenu les pieds sur terre", qu'il faut recoller à la réalité, l'actualité, ...
Demain, c'est à Sepang qu'auront lieu les courses en catégories 125, 250 et MOTO GP. "Chè spettacolo", "Il dottore", "Vale"... décrochera-t-il mathématiquement son septième titre de champion du monde après le ... faux pas de Montegi ??
Un excellent article de Moto-Net (Comment ? vous n'êtes pas encore abonnés à leur newsletter ?!?!?) plante le décor !
C'est encore Loris Capirossi (ça voudrait pas dire "Capito Rossi" et expliquerait qu'enfin quelqu'un ait compris comment se mesurer à lui ?) qui a fait la pole sur Ducââââti ... Voilà qui doit faire particulièrement plaisir à un des membres de notre petit club : brôôôôôôôôôôôôôôôôôôôô ...

PS ou MR ou Ecolo, c'est suivant : la Déelle atteint déjà les 21.410 km, ça fait quelques heures de vol ... nan je ne l'ai pas volée !!

12:21 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

21/09/2005

I Dolomiti 2005 - Considerazioni diversi ...

Justement, à propos des images à visionner, commençons par indiquer le lien vers mon ALBUM PHOTOS . Hélas, 3 x hélas, la plupart des photos prises à Mandello del Lario au musée Moto Guzzi sont floues, la faute à un flash désactivé pour économiser du temps et des batteries alors que le lieu manquait de lumière ...

Ensuite, signalons que depuis lors, nous sommes tous bien rentrés, sains et saufs, Philippe le jour même à 18H00', malgré une sieste forcée d'une heure, celui-là n'y a pas été avec le dos de la poignée de gaaazzzzz sur l'autoroute ...;-), Didier de sa Provence et le couple mythique Henri/Bernadette de Narbonne.

Ensuite encore, soulignons 3 x l'existence du compte-rendu de ce même voyage par l'ami François : ses "réflexions" (avec un X, François !!) valent au moins leur pesant de cacahuètes salées ;-))) et son album photos recèle des merveilles ...
Pour en revenir à ses "réflexions" je me rappelle d'un épisode à table ... Henri, un gros clin d'oeil appuyé à la clé me dit : "Tu as mal au poignet, tu as mal aux dents et, TOI, tu ne te plains pas ... Pourquoi ??" et de lui répondre : "Tout simplement parce que je suis HEUREUX d'être là, c'est tout !!"

Avant d'oublier définitivement ... A signaler, la présence, en Italie, à l'entrée de certains villages, de feux tricolores "intelligents" avec la mention "Verde con il 50 km/h" : vous arrivez dessus à 50 km/h, il est vert, vous arrivez plus vite, une cellule placée à une certaine distance détecte l'excès et le feu passe au rouge. Il est évident qu'il suffit d'ouvrir plein pot juste après le passage mais ... ça c'est pour les "primates de la poignée", les gens civilisés, une fois calés pile poil à 50, s'y tiennent pendant toute la traversée du patelin. C'est mieux que tous les panneaux d'interdiction, que les plateaux et autres casse-bonbons ralentisseurs, non ?
Une petite réflexion corollaire, à l'heure où la Wallonie réinvente l'éclairage intelligent sur les autoroutes (poteaux munis de cellules) aujourd'hui en retournant au bureau vers 14H45', l'éclairage public fonctionnait plein pot sur la N5 alors qu'au soir, à 22H00' le quartier était victime d'une panne générale, panne qui a duré + d'une heure ... sans doute pour compenser la gabegie de l'après-midi : c'est-y pas intelligent ça ???

Enfin, comment ne pas terminer par des remerciements ?
A mes éternels compagnons de route, Henri et Bernadette, François, Didier et Philippe qui doivent faire preuve de beaucoup de patience avec moi, qui "suis" toujours prêt le dernier, au mieux l'avant-dernier quand Didier oublie d'enlever son cale-disque comme cela est arrivé en quittant Trento, moi qui "suis" toujours sans être trop concerné par l'itinéraire ... à suivre, moi qui "suis" toujours l'avant dernier ;-) à mettre la main au portefeuille ...
Merci aussi à l'accompagnement et à l'assistance du Club Moto 80 et spécialement à Michel avec son 4x4 et sa remorque qui n'a pas toujours eu facile à se faufiler dans les lacets serrés ... et qui a dû s'agenouiller quotidiennement pour copieusement arroser les BMW assoiffées d'huile ...
Merci à l'Italie pour nous avoir offert tous ces splendides paysages et ces sensuels virages : encore un paradis pour le motard ! Mais le paradis, au fait, il est partout : il suffit ... de s'y croire !!!

23:32 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

I Dolomiti 2005 - Domenica 11 settembre

Et oui, même les meilleures choses ont une fin ...
Ce dimanche le "route-livre" nous ramenait à Capellen moyennant 370 km dont près de 200 sur autoroute.
Au petit déjeuner nous avons constaté "l'état second" de Philippe, "second" parce qu'il avait pris deux somnifères, juste suffisants pour couvrir les ronflements de son compagnon d'une nuit ...
Je le vois encore qui verse son lait dans son café, lait qui déborde dans la sous-tasse, alors qu'il continue de remuer le tout avec un sourire béat ...
Nous prenons la route direction Freudenstadt où il avait été convenu de dire adieu à Henri et Bernadette qui prolongeaient leur séjour, plongeant vers le sud de la France chez leur fiston Nicolas ... Pleins faits, nous repartons, François devant, Philippe qui titube de façon dangereuse au milieu et moi derrière qui assiste, en première loge, au spectacle ...m'inquiétant de plus en plus pour lui et pour François qu'il suit comme un aveugle suit son chien ...
Arrive la route 500 dans laquelle nous commençons à naviguer, à la boussole, dans un brouillard d'une rare densité. Après quelques kilomètres dans cette purée de pois, Philippe perd le contact visuel avec le feu rouge de la Cagiva, et renonce à aller plus avant. Lui et moi, nous nous rangeons sur une aire de stationnement. Lui s'allonge de tout son long sur un banc alors que moi, je me gratte les cheveux pour savoir ce que je vais faire : je bloque la direction de la Pan, lui donne les clés et le sac de réservoir, j'envoie un sms à François, le sms apparaît "en cours", je décide de reprendre la route en promettant à Philippe qu'on ne le laisserait pas tomber ... Je rejoins François qui nous attendait à Baden Baden, nous décidons d'avertir l'assistance qu'au 80.5 ème kilomètre du road-book, un géant est en "Pan" sur le bord de la route et nous repartons avec le sentiment d'avoir fait ce qu'il fallait : nous n'allions tout de même pas attendre 1, 2, qui sait 3 heures, le temps que notre ami récupère de ... trop de nuits agitées !!

Road-book : "Km 121 : Poursuivre 500 vers France, et ensuite D4 vers A 35 - Km 131 : Avant A35, N63 à gauche, et D34 à droite vers ... - Km 159 : Wissembourg (Possibilité de déjeuner ... en France !"
Autant vous dire que le brouillard rencontré plus tôt était ... plus limpide ;-)) (Je deviens plus dur que François, là !)
Justement François a cette faculté d'adaptation, que dis-je faculté, c'est d'un don dont il s'agit, qui fait qu'il ne se perd jamais : il s'arrête, il compulse la carte (même au 1/1.000.000.000.000 ème) et repart de plus belle, sans faire demi-tour (pour ne pas faire mentir une des devises de notre club). C'est ainsi que nous bifurquerons par la N62 vers Bitche et Sarreguemines avant de rejoindre l'A8 et "recoller" avec le road-book.
Sans doute était-ce dû à la mauvaise humeur qui me gagne à chaque fois qu'on prend la route du retour ... mais je dois avouer que j'en voulais un peu à François de ne pas avoir repiqué sur Wissembourg où nous aurions eu la possibilité de déjeuner avec d'autres participants au voyage et d'ainsi partager les dernières impressions, les derniers potins et de faire nos adieux à tous et ... plus particulièrement aux charmantes L ... et A ... ;-)))) non sans avoir remercié les accompagnateurs et l'assistance du Club Moto 80.

A partir de là, l'autoroute étira devant nous son long ruban d'asphalte ennuyeux : nous nous arrêterons une aire avant celle de Capellen, avalerons un sandwich au thon, un coca ou un café et un bout de barre chocolatée, nous saluerons avant de reprendre la route chacun à son rythme. Je m'arrêterai une première fois sur l'aire de Capellen, juste pour voir si d'autres motards du groupe y sont et une deuxième fois pour enfiler la doublure de la veste et les gants "all seasons" (je commençais à avoir froid) et caler les bouchons au fond de mes oreilles lasses de bruits divers ...
Je suis arrivé à la maison à 16h40', on ne m'attendait pas si tôt, une maison vide en était la preuve et en bon époux et père de famille, j'ai
1. averti de mon arrivée
2. fais le tri des linges sales et ... des linges sales
3. graissé la chaîne de la fidèle Déelle, lui tapotant la croupe pour la remercier d'avoir fait les 3.662,1 km sans problème
4. plongé mon corps fatigué dans une apaisante eau chaude ... en visionnant déjà, dans la tête, toutes les belles images engrangées pendant ces onze neuf jours ...

00:35 Écrit par Alberto | Commentaires (3)

19/09/2005

I Dolomiti 2005 - Sabato 10 settembre

Uno, due, tre, quattro, cinquè, sei, sette, otto, nove, dieci è undici.
Voilà, vous savez compter jusqu'à 11 en italien, vous ne serez pas venus pour rien ;-).
Ainsi nous sommes au dixième huitième jour du voyage, l'avant-dernier donc, celui qui nous voit rejoindre nos pénates en deux étates, euh, étapes ... La confusion entre 9 et 11 (voir le commentaire assassin de François Le Matheux) vient du fait que le voyage s'étendait du 3 au 11 ... et moi, je vais m'étendre un petit peu, ça devrait aller mieux après ...
D'abord Rottenburg et l'hôtel Convita , situé Rôntgenstrasse dans l'Industriegebiet, que nous gagnerons via Livigno (et un plein à 0.884 €, un), Zernez, Susch (j'adoooooore le Susch...iii), Landquart, Vaduz (Vaduzman ... c'est tout ban ...), capitale du Lichtenstein, Lindau, Ravensburg, Sigmaringen, Gammertingen, Mössingen (ça recommence les gingen, dingelingen, ringendingenlingen ...) et Rottenburg, soit 389 km.
Qu'écrire sur cette autre journée à dos de moto ... ? Je vous le demande ...
Nous avons tout d'abord pris congé de Didier qui continuait sa route vers la Provence et auquel nous avons prodigué les traditionnels conseils de prudence ...
De notre côté, à peine la frontière suisse franchie (50 km), après avoir contribué à l'enrichir si besoin était d'une obole de 7 € et après avoir poireauté longuement à l'entrée d'un tunnel, nous avons eu le droit de l'emprunter : il était long, étroit (une voie unique) et sombre comme un intestin grêle ... mais il ne nous a pas menés là où vous l'imaginez ;-). Après 162 km nous étions à Vaduz, nous avons déjeuné, je me souviens avoir pris un cordon bleu/frites et petits légumes à 19.50 francs suisses et d'avoir arrosé le tout avec une bière.

Après ça, ce fut le calvaire de la route A190, un trafic épouvantable, sur une route étroite qui était divisée de façon quasi continue par une bête ligne blanche tout aussi continue, le tout sous une pluie encore plus continue mais de type "crachin merdique", vous voyez le topo ?? Je jette un oeil au road-book et constate qu'on en a pour 61 km sur cette bon Dieu de route !!!!
J'ai évidemment commencé à bouillonner sous la marmite le casque et, n'y tenant plus, j'ai entrepris des dépassements en série, sans être suivi par les copains/amis. Je me suis arrêté une première fois pour les attendre, je les ai ensuite redépassés, puis, François s'est arrêté dans une station service pour enfiler sa combi pluie et faire le plein ... Comme cela s'éternisait (le bouillonnement de dessous le casque n'était pas retombé, rappelez-vous), je démarrai, suivi par Philippe.
Ensemble, on dépasse Bregenz, on arrive à un grand rond-point, à droite on allait sur Friedrishshafen, à gauche sur la ville de Lindau. Le road-book la décrivant comme une très jolie ville sur la rive du lac de Constance, en particulier la partie insulaire (suivre Lindau Im Bodesnsee) je décide de prendre à gauche et, comme j'avais pris un peu d'avance sur Philippe, je le croise au rond-point et lui fait signe de me suivre ... J'attends ... Il n'arrive pas ... Tant pis, je continue sur Lindau. Je visite, vite fait, mal fait - en ayant pris le temps de constater qu'il s'agit bien là d'une très jolie ville sur la rive du lac de Constance ;-))) - et repars, direction le rond-point évoqué ci-dessus. Là, alors que le road-book ne le signale absolument pas, il faut se résoudre à monter sur l'autoroute direction Friedrichshafen et sortir, une quinzaine de kilomètres plus loin, à Ravensburg pour "tomber" sur la route 32 qui permet de rejoindre d'abord Bad Saulgau. Et là, surprise ! Qui je vois arriver dans l'autre sens ?? Devinez !!! Philippe, bien sûr. Coup de klaxon, il me fait signe de faire demi-tour, on s'arrête, il m'engueule, je lui demande s'il est sûr d'être dans la bonne direction, on fait cent mètres, on s'informe et ... on refait demi-tour (!) pour se remettre dans la bonne direction ... dans laquelle, vous l'aurez noté, j'étais déjà :-)))
Après ça nous avons roulé ... très vite sur la "32" mais contrairement à ce qu'il m'avait demandé "Maintenant tu restes derrière, tu me suis et tu ne fais plus le c_n !" dès que j'en ai eu la possibilité, je suis reparti devant (petit mais teigneux parfois, non ?)... Passé Sigmaringen, j'ai un peu "foiré" pour retrouver la "313" et Philippe ... Après, ce fût une longue quête en solitaire, Reutlingen, Gammertingen, Mariaberg, Stetten U/Holstein, Mössingen (introuvable), Umleitung (ça veut dire déviation, et ça n'arrange pas les choses croyez-le bien), Oftedringen et, aux environs de 20H, Rottenburg et l'hôtel Convita, enfin !!!!!!!!!

Remarques :
- rouler seul, ça permet d'un peu apprendre à se débrouiller (j'ai demandé mon chemin en anglais et, notamment une fois, j'ai un type qui m'a dit de prendre "to the left" en montrant la droite !)
- je ne suis pas arrivé le dernier : Lotte, Arianne, Derek et Thierry me suivaient, de peu, mais ils me suivaient ;-)
- François s'inquiétait pour moi car il avait entendu que "quelqu'un" était tombé ...
- si Philippe est arrivé 40 minutes avant moi, c'est sans doute parce qu'il a collé au cul d'un groupe de motards "de chez nous, munis de GPS et tout çââââââââ ;-)
- au menu du soir j'ai eu droit à la même chose qu'au midi
- à table, j'étais assis aux côtés de Michèle et Christian (la Ducati Multistrada), qui n'ont eu de cesse, tous deux, de balancer des vannes sur les BMW. Notamment Michèle racontait qu'ils étaient entrés chez un concessionnaire, qu'ils tournaient autour d'une 1200 GS, que le vendeur l'avait prise à part pour tenter de la convaincre et qu'elle avait rétorqué "Elle est pas mal en effet, mais ... il n'y a pas moyen d'enlever les deux gros trucs qui dépassent là, en bas, ce n'est vraiment pas beau !!"
- vers les 3H30' j'ai entendu le 4x4 de l'assistance qui rentrait, une moto sur la remorque et un motard qui suivait le cortège : l'un était tombé, sans mal heureusement, l'autre était tombé en panne ... un problème de surconsommation d'huile apparemment
- privé de la précieuse présence de son compagnon de chambre attitré, Philippe devait la partager avec un autre motard qui, la nuit le révèlera, était autrement plus bruyant que Didier ... au grand dam ... de notre grand Philippe ... mais c'est une autre histoire ... que je vous conterai bientôt !

22:32 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

18/09/2005

I Dolomiti 2005 - Venerdi 9 settembre

Boucle 1 de Bormio (329 km). Départ conseillé à 9h, visite éventuelle de St Moritz (65 km), et très conseillée du Musée Moto Guzzi à Mandello del Lario (172 km). Déjeuner sur les bords du Lac de Côme ?
Ca c'est pour l'intro du road-book (J7.P1) de Moto 80.
Avant de poursuivre je voudrais remercier François qui a pondu son compte-rendu avec beaucoup plus de célébrité que moi et auquel je me réfère, et oui ... c'est une référence en soi François, pour reconstituer et constituer le mien.
Ainsi donc, il avait plu, beaucoup plu de la nuit : m'étant réveillé, comme à chaque fois, pour faire un trilili/popot, j'avais eu l'occasion d'entendre le lourd clapotis des gouttes d'eau rebondissant sur les toits et les pavés ...
J'étais donc prêt, à contrecoeur toutefois, à vivre une journée "moto sous la pluie" et me consolai en me disant qu'au moins je n'avais pas pris les pantalons et la veste imperméables pour rien ...

Oh surprise, à l'heure du départ, la pluie avait cessé et même si par endroit, dans les sous-bois, la route était encore mouillée, ailleurs nous avons encore pu largement "essorer" la poignée, notamment dans la montée et la redescente vers St Moritz ou François et moi, surtout François d'ailleurs ;-), nous prîmes le large ... Par contre, pendant que certains prennent le large, d'autres se font "serrer" : Philippe s'étant lancé, un peu après moi, dans le dépassement d'un large camion, il a été surpris par le virage (il pensait qu'il s'agissait d'une ligne droite ... déjà les premiers signes de grosse fatigue ?), qu'il a négocié comme il a pu et s'est retrouvé face à un autocar ... qui a dû piler sur les freins, prendre la rambarde, pour laisser les quelques centimètres nécessaires afin que notre ami puisse passer ... Sacré Philippe : il y a d'autres façons de prendre les transports en commun !! Il était moins une que nous nous retrouvions à moins un dans le club !!!
La visite de St Moritz se limita à un arrêt photo de type paysage lointain. Nous continuons, par l'autoroute alors que le road-book proposait la route côtière, sur le lac de Côme. L'option autoroute fut choisie pour la bonne raison que les nuages, qui avaient fait preuve de retenue jusque là, perdirent leurs eaux de façon abondante. Les nombreux tunnels qui jalonnaient l'autoroute, nous permirent de rouler pour au moins 50 % au sec !!!
Une fois n'est pas coutume, le choix du restaurant au bord du lac, à Varenna, fût une erreur, de par son accueil (j'ai entendu l'acariâtre tenancière engueuler un motard, pas "futé futé" il est vrai, qui avait garé sa bécane juste devant l'entrée, dans des termes que la décence m'interdit de reproduire ici), sa cuisine (ça ne cassait pas trois pattes à un canard) et ses prix "pas tout compris".
Cela n'entama que légèrement notre relative bonne humeur et nous avons repris la route, toujours généreusement arrosée, en direction de Mandello del Lario et le musée MOTO GUZZI . La visite, sans guide, dura environ une heure et permis de retracer l'histoire de la marque depuis ses débuts jusqu'à ce jour, 4 superbes "Griso" étaient notamment alignées à l'entrée ... Par contre pas de trace des Breva 750 et 1100 ...
Avant de repartir, après qu'il fût convenu de rentrer par la voie express, François se renseigna sur la meilleure façon de la rejoindre. D'abord la S36 truffée de tunnels ensuite un trafic épouvantable jusqu'à Tarentino (et ce n'est pas "pure fiction") dans lequel je me suis "amusé" au jeu des dépassements en saut de puce, ensuite une route bien plus dégagée, presque agréable, avec de longs tunnels dont le dernier atteignait près de 8 km (7965 mètres si je ne m'abuse) !
On est arrivés trempés, comme de l'acier ?, à l'hôtel et avons obtenu de pouvoir mettre nos loques à sécher dans le sauna.
Le soir venu, après le tour du buffet pour se concocter le premier plat fait, notamment, d'antipasti régionaux, nous passons à table, dégustons les deux plats suivants ainsi que le dessert, buvons le Grumello de la terrasse supérieure (où cela s'arrêtera-t-il donc ?), devisons avec Lotte et Arianne, de plus en plus charmantes (mais où cela s'arrêtera-t-il donc ???), regagnons nos chambres (seuls, snif) et préparons les bagages, car demain, samedi, nous quittons la belle Italie pour, déjà, prendre le chemin du retour ...

22:03 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

17/09/2005

I Dolomiti 2005 - Giovedi 8 settembre

La journée commence comme d'habitude : "j'effervesce" mon sachet de calcium + vitamine D dans un verre d'eau après avoir préalablement avalé un comprimé de multivitamines, suite à quoi je badigeonne mon poignet d'un gel apaisant, les tendons ayant eu le temps de se figer pendant la nuit ... A propos : ça se passe plutôt bien avec le poignet, il n'y a que lors de fortes accélérations suivies de gros freinages que ça me gène véritablement, le reste du temps je m'en accommode.

Au menu du jour : "Boucle 1" de Bormio (223 km), passo Stelvio ( L'un des plus hauts cols d'Europe (2.757m). Panorama à couper le souffle), Gomagoi, Spondigna, Burgusio, Resia, Martina, Susch, Zernez, Santa-Maria (là, deux possibilités : la route "normale" et la "piste roulante" plus courte, en majorité goudronnée, mais destinée aux vrais aventuriers que sont les pilotes de trails, pfffffff) et retour par la descente vers Bormio.
Pour une fois, l'horloge biologique de François n'a pas bien fonctionné, (trop de bières la veille sans doute) et c'est à 8h20' que nous émergeons de nos couettes ... C'est la course pour "rester dans les temps", les courses pour Henri et Bernadette car nous avons choisi de pique-niquer et nous voilà partis à l'assaut du Stelvio. Arrivés là-haut :
- un panneau polyglote mais dans un italien exécrable signalant des travaux, nous interdit la descente avant 11h00 (François et moi en profitons pour se jeter un espresso)
- en fait de vue à couper le souffle, il a fallu être rapide pour immortaliser ce moment, car les nuages nous ont rattrapés dans l'escalade et bientôt nous étions carrément perdus dans les brumes. 11 heures : nous entreprenons la descente et sommes à nouveau stoppés pendant plus d'un quart d'heure à cause des travaux. J'ai eu l'occasion de tailler une bavette avec un type qui était venu se mettre à ma hauteur, juché sur sa Moto Guzzi datant de 1946 qui m'expliqua qu'ils étaient 16 à faire partie d'un club de "oldtimers" venant de Bergame et qu'ils étaient dans les Dolomites pour 5 jours ...
Nous pique-niquerons autour du lac de Resia, une demi baguette, jambon/salami, une tomate, une pomme et un bout de chocolat dont coût 3 € : merci à Henri et Bernadette pour s'être dévoués.
J'ai encore réussi à me perdre : après l'arrêt à une station service à Zernez, parti devant, rompant ainsi le serment que je m'étais fait ... quelques heures avant, et ayant tourné un peu trop vite la page du road-book (J6-P2), je fonçai tout droit au lieu de bifurquer à gauche direction Ofenpass et Santa Maria ... pendant ... pffffff plus d'une quinzaine de kilomètres ... d'abord à un rythme de sénateur pour attendre les autres, ensuite, excédé par cette lenteur, un peu plus vite ... Je m'arrêtai enfin, demandai où se trouvait "Santa Madonna di Maria di Gesù Giuseppe è tutti i santi" ... ce à quoi il me fut répondu en allemand avec un geste qui indiquait la direction opposée évidemment !!!
Je reviens à la station, m'interroge, consulte ENFIN le road-book et repars, volle gaz, dans la bonne direction. Dans une belle descente je me rends compte que je suis sur le point de me faire rattraper par un couple sur une grosse béhème ... j'accélère le rythme ... la béhème approche toujours ... j'accélère encore un peu plus ... et parviens à maintenir, enfin, une courte avance ... Arrivé en bas, hésitation quant à la direction à suivre, la BM s'arrête, la passagère au casque rouge fluo en descend et commence, à mon avis, à engueuler le type, car malgré le casque et les bouchons et le ronron du bicylindre, je l'entends crier !! ;-))) ... sans doute avait-il roulé trop vite. Il faut savoir ce que l'on veut : soit on embarque une passagère et on roucoule et on roule cool, soit on roule seul et on ... attaque ! T'attaquais toi ??
Je reprends ma route, sans demander mon reste, et j'arrive à Santa Maria, prends à droite direction la "piste roulante" constituée de +/- 3 km de terre battue en fait, que je négocie façon lopette - purée, je suis tout seul au milieu de cette immense immensité, loin de toute vie humaine, faut faire gaffe, quoi ! sentiment mêlé d'extrême solitude et de témérité outrageante ;-)) - et arrive, après la descente, dans Bormio où j'entends les voix "Coucou" de François et Bernadette qui me font des signes pour regagner le parking ...

Vu qu'il était encore tôt, j'ai proposé qu'on aille se goinfrer un "gelato", l'idée a plu, on a rameuté les troupes, on s'est renseigné sur la meilleure "gelateria del mondo" ... il y en avait deux dans le patelin, aussi bonne l'une que l'autre aux dires de l'hôtesse, et François, l'indécis ;-), les essaya toutes les deux (pas les hôtesses, les glaces n'est-ce pas).
Restait à passer à table, toujours aux côtés des charmantes Arianne et Lotte, à manger et à boire le Grumello de la terrasse du dessus, à s'inquiéter de la météo du lendemain, à lire le road-book en diagonale, à se souhaiter la bonne nuit et à ronfler de concert ...

23:58 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

I Dolomiti 2005 - Mercoledi 7 settembre

Au programme du jour, Costalunga -> Bormio (255 km) avec changement d'hôtel "Le Posta" de Bormio avec passage par Pozza di Fassa, Predazzo, Castello Molina, Molina, Trento ( jolie ville au confluent des influences germaniques et italiennes. A visiter, la place et le Duomo, ainsi que le Castello del Buon Consiglio. ), Vezzano, Sarchè, Bolbeno Carisolo (Possibilité de prendre à gauche vers Val di Genova jusqu'à la cascade de Nardis, tombant de 100 mètres de haut), Madonna di Campiglio, Dimaro, Passo del Tonale, Ponte Di Legno et Bormio.

Après 83 km nous arrivons à Trento, nous nous dispersons sur la place, dans l'église, à l'ombre d'un arbre assis sur un banc, au bord de la fontaine pour se rafraîchir le visage et l'avant bras ... Ensuite regroupement "général" pour retourner aux motos ... Tiens, et François ? Où est François ? Quelqu'un l'a-t-il vu ? Sa moto n'est plus là ! Henri nous dit qu'il l'a vu partir, il lui semblait que le sac arrimé sur la selle à l'arrière avait disparu ... Et tous de penser qu'on lui avait volé ses effets personnels, qu'il était parti ... à leur recherche ou à la recherche d'un commissariat ...
Nous quittons Trento pour l'étape suivante, le repas du midi ! Philippe bavait déjà à l'idée d'une pizza 4 fromages et, sur les renseignements d'une charmante autochtone, nous débarquons dans le restaurant d'un hôtel. A la table voisine pérorait un groupe de ce qui semblait être une réunion de "vieilles jeunes filles". En attendant notre commande (pizza pour tous sauf pour Didier qui avait préféré une truite "aux fers"), nous envoyons des m & m's sms à François pour avoir des nouvelles ... Une des serveuses était jolie, court vêtue, souriante, accueillante ... Une autre connaissait "Paris" et se souvenait d'y avoir dégusté une excellente vinaigrette ...
Encore un bon moment à épingler ;-)

Arrivés à Carisolo nous prenons à gauche vers le Val di Genova et atteignons, par une route étroite longée par une rivière au lit pierreux, une cabane en bois de laquelle sort un jeune type qui m'explique que l'endroit est truffé de cascades sur plus de 16 km (aller, et 16 km retour), la première se trouvant à 700 mètres ... Long conciliabule : la majorité n'a pas envie de marcher ni n'a envie de payer les 3 € demandés. Il en sera fait suivant la volonté de la majorité ... Nous rebroussons chemin et poursuivons le road-book. Heureusement, pour le caractère exhaustif de l'histoire, que François, LUI, a pris son courage à deux mains, sa pièce de 3 € (?) dans l'autre, et qu'il a photographié la cascade en pleine chute !!!
Un arrêt photo plus tard pour cause, une fois de plus, de beauté confondante du paysage et nous recevons enfin des nouvelles de l'ami François : "Désolé, j'avais envie de rouler seul !"
Nous étions rassurés même si un peu étonnés ...
J'ai lu son compte-rendu à ce sujet et comprends un peu mieux son comportement ce jour-là. C'est vrai que ce n'est pas tous les jours facile de vivre en communauté ... Ma façon à moi d'échapper à cette promiscuité c'est de ... rouler devant ;-)) et de me perdre, en fait je le fais exprès de me perdre, c'est pour profiter d'un peu de solitude sans être obligé de suivre "bêtement" la tête du troupeau ;-)))))))))))))))))))))))))

Nous arrivons, avec près de 2h30 de retard par rapport à François, à l'hôtel "Posta", situé en plein centre ville. Nous déchargeons les bagages et l'homme à tout faire (accueil, sommelier, technicien de surface) nous guide, lui devant sur son vélo, nous derrière avec nos motos, vers les emplacements de parking souterrain réservés à l'hôtel. Retour, rangement des effets, douche, longue traversée du piétonnier vers le bar juste en face où, François, un peu confus de ses velléités d'indépendance, arrose tout le monde de plusieurs tournées générales ... Nous faisons plus ample connaissance avec Michèle et Christian, un couple très sympathique qui roule sur une Ducati Multistrada noire dont toutes les pièces avaient été changées, la bulle, les rehausseurs de rétros, la selle (en gel moussant ?), les pots d'échappement, la cartographie de l'injection, les repose-pieds, l'ajout d'une bagagerie complète pour "la princesse" ...
Le soir, à table, après avoir choisi le vin ... choisi étant un bien grand mot, le sommelier-guide-cycliste-technicien nous ayant tant vanté, dans un français très approximatif, très appuyé par des grands gestes théatraux et très comique, un "Grumello", vin du terroir, aux raisins cultivés en terrasse dont il nous proposait la première ce soir-là, nous avons eu droit à des mets plus fins qu'au Savoy de Costalunga. J'ai aussi eu la bonne surprise de me retrouver assis aux côtés de deux charmantes personnes, Arianne (venue incognito car son doux prénom ne figurait pas sur la liste des inscrits) et Lotte, accompagnées hélas par deux "bmwistes", Thierry et Derek, de quoi sortir un peu de l'ordinaire question conversation ... La soirée se termina par une courte balade en ville et par le déballage et le rangement de tous les vêtements vu qu'on y était pour 3 nuitées ...

12:39 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

I Montegi 2005 - Essais du venerdi ...

Petite charentaise pour rappeler aux éternels "dire straits" que ce week-end se déroule le Grand Prix du Japon, catégories 125, 250 et Moto GP. A la deuxième séance de qualifs, c'est la Suzuki N° 21 de John Hopkins qui a accroché le meilleur chrono alors que celle de Kenny Roberts (N°10) obtenait le troisième temps, leur plus grande vitesse au tour étant pourtant inférieure de 12 à 19,3 km/h par rapport à la véloce Ducâââââti de Loris Câââââpirossi : cela devait d'être souligné !
Un bête jeu de mot pour la route ? Vous connaissez l'histoire de Roméo et Juliette ... mais ce que vous ne savez pas c'est qu'ils "copulaient à Montegi" ... ouais, bon ...

A souligner aussi une météo sèche pour ce week-end des fois que vous auriez envie de dégourdir les jantes de votre belle ... Appel de la béquille à tous les "motards du dimanche " ;-)). Moi, c'est sûr, je reste à la maison ... euh ... plus que probablement !

A souligner enfin, un nouveau départ pour les Dolomites ce jour, 17 septembre et jusqu'au 25 avec le club Moto Pulsion. François s'y serait inscrit ... textuellement ... "afin, bien entendu, de pouvoir faire une comparaison avec le dernier voyage de Moto 80". On attend avec impatience le comparatif ;-)))

00:40 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

15/09/2005

I dolomiti 2005 - Martèdi 6 settembre

Happy birthday to me ...
Tanti auguri a mè ...
Aujourd'hui j'ai reçu des tas de sms de mes proches, de collègues voire de client(e)s ... sms auxquels je me suis empressé de répondre ... au prix de 0,75 € le message. Autant dire que j'ai terminé la série en expédiant le dernier à ma tendre pour lui demander de ... recharger ma carte "prépayée" ;-) ... ce qu'elle fît le lendemain, m'interdisant ainsi de l'appeler le jour même vu qu'il ne me restait que 0,84 € de crédit !!!
Les copains n'ont pas manqué de me féliciter également, certains en appuyant lourdement sur le fait que j'avais promis un "gelato", une crème à la glace comme on disait avant l'invention du frigo.

La boucle du jour, toujours de Costalunga à Costalunga, prévoyait 261 km, trop peu pour des "vieux routards" comme nous, ce qui, si je ne m'abuse, poussa Henri à chercher "un rallongi" qui nous permis de sillonner des petites et très belles routes encerclées par des vergers à perte de vue ... Nous avions convenu de dîner (déjeuner en France) à Merano (en Autriche en Italie), jolie petite ville autrichienne italienne qui mérite la visite : plusieurs promenades à faire, arpenter la via Portici - Laubenstrasse - le Duomo, ... dans laquelle nous avions, deux jours auparavant, dégusté d'excellents café en terrasse.

Le lieu de rendez-vous fût difficile à localiser, la ville étant cadenassée par un nombre impressionnant de sens interdits, François ayant été jusqu'à servir de guide à un couple de motards italiens autrichiens. Au cours du frugal repas (genre croque-monsieur) Henri et Bernadette nous racontèrent l'incident dont ils furent victimes dans la descente vers la ville. Lassés de "rouler idiot" ils s'arrêtaient souvent pour tirer le portrait aux paysages, tous plus beaux les uns que les autres, qui s'offraient à nos yeux émerveillés. C'est ainsi, qu'au détour d'un virage, apparu, rivé sur son haut promontoire, un splendide château piqué par deux tours : le temps de freiner et de trouver à se ranger, Didier et moi avions parcourus cent mètres de plus qu'Henri et Bernadette qui se postèrent pile poil devant la demeure pour la fixer à jamais sur leur ... hum ... pellicule numérique ? ... Henri sorti son appareil, approcha la Tiger au plus près de la rambarde et, au moment de remettre pied à terre, ce dernier, son pied, trouva le ... vide : la moto s'inclina et vint "mourir" sur le garde-fou. Surpris, Henri lâcha le Canon qui dévala le ravin. Ils étaient tous trois coincés contre cette barrière qui, heureusement, ne céda pas. Alertés par cette vision, des motards de passage s'arrêtèrent à leur hauteur et les aidèrent à redresser la moto pour leur permettre, enfin, d'en descendre !!!! Vous comprendrez que nos amis ont eu la peur de leur vie, la Tiger, elle, n'ayant été que légèrement griffée sur le côté droit du réservoir d'essence, là où elle s'était gentiment appuyée.
Moralité perso : s'il est un peu bête de "rouler idiot", il n'est pas plus malin de "s'arrêter idiot", et toc !

Ainsi donc, après le repas, très frugal et après la disparition momentanée de Bernadette et François (dont je m'inquiétai auprès d'Henri) nous repartîmes vers les cimes : San Leonardo, il Passo di Giovo, Thuins, il Passo di Pennes, Sarentino, Bolzano, Prato, il Passo Nigra et l'hôtel Savoy. Sur la route, nous nous sommes arrêtés à une station/snack où j'ai offert le fameux "gelato" à tous (sauf à Philippe qui avala 2 bières), un gelato pas totalement industriel mais pas vraiment artisanal (3 boules dans un ravier planté d'un cornet) et c'est là que les copains/amis m'offrir un portefeuille en "vero cuoio" mais ... vide !! Cela expliquait la disparition momentanée de B & F à Merano : encore merci pour l'attention, mais, comme on dit dans ces cas là, " y fallait pas" !!!

Encore une journée riche en ... tout !!

23:14 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

14/09/2005

I Dolomiti 2005 - Lunedi 5 settembre

Demandez le programme !!!
Ouais, c'est quoi au juste le programme du jour ?
Une boucle, la première boucle, de COSTALUNGA à COSTALUNGA, 315 km, des "passi" en veux-tu en voici, le passo Pordoi un des plus hauts cols de la "Route des Dolomites" - 2239 m - sommets tronqués, parois verticales, un paysage typique, dixit le r-b), le passo di Sella, le passo di Gardena, le passo Tre Croci (à prononcer "très crotchi" ;-) ...

Fais "passi", fais "pas ça",
A dada prout prout cadet
A cheval sur mon bidet ...

Quoi ??? La Déelle, un bidet !?!?!?!?!?!?!?!? Non mais, elle est forte celle-là !!!

Ainsi donc, au programme du jour, l'escalade et la descente de cols, d'abord de type dolomitique, ensuite de type alpin, les uns préférant les autres et les autres préférant les uns ... Je ne relancerai pas la "Paul & Mick" mais avouerai toutefois que les régions traversées en Italie ... se trouvaient ... en Italie (et toc !) et qu'elles acquièrent par là une valeur plus sentimentale à mes yeux et j'ajouterai que les paysages étaient bien plus verts, riches, colorés ...
Plus généralement mais toujours personnellement, mais ça vous le saviez déjà, je préfère les descentes aux montées et préciserai que les petits lacets à 180 (°), étriqués, bosselés, ne sont pas ma tasse de thé : un coup de gaaaaazzzzzz, un freinage, un lacet, un grand coup de gaaaaazzzzzz, un freinage appuyé et un laçet ... c'est assez lassant. Je préfère aussi, tant qu'à faire, des routes larges et très sinueuses, avec une bonne visibilité, qui permettent de peaufiner les trajectoires et d'y aller plein pot, brêêêêêêêêttt ... sorry, c'est po un moulin Ducâââââti :-(
On n'a pas fait que se nourrir de lacets, on s'est arrêtés dans un restaurant à Arabba (ville où devait se trouver la meilleure pizza du monde). J'en profitai pour exercer mon italien en demandant à une charmante serveuse s'il y avait toujours autant de monde sur les routes, ce à quoi elle répondit que par rapport aux mois de juillet et d'août, il faisait bien calme ... Nous sommes repartis "soulagés", ç'aurait donc pu être bien pire !!
Nous avons continué sur Cortina D'ampezzo élégante station de montagne au milieu de sommets majestueux , Auronzo et Lozzo di Cadore,Tai di Cador, "arrêt bibite" dans un bar au bord d'un lac, genre d'endroit paisible et idyllique que seul Didier est capable de dénicher ;-), Dont, Agordo, Fiera di Primerio, San Martino di Castrozza, Predazzo, Vigo di Fassa et ... Passo di Costalunga jusqu'à l'hôtel SAVOY ... Dîner à 20 heures ... Bon appétit et bonne nuit ...

23:33 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

I Dolomiti 2005 - Domenica 4 settembre

Le lendemain matin, après une bonne nuit de récupération, ma compagne était là où je l'avais laissée, à savoir dans la cour intérieure du Gasthof Stern de Mindelheim.
Tous les 2, accompagnés de quelques autres ;-), nous destinions à nous rendre à l'hôtel SAVOY , Vigo di Fassa à 38039 PASSO COSTALUNGA via un itinéraire transcrit à la serpe, long de 311 km et traversant entre autres Marktoberdorf, Füssen, Unterpinswangen, Nassereith (Doux Jésus !), Sölden, la frontière italienne, San Leonardo, Merano, Bolzano et Nova Levante ... enfin des noms qui chantent plutôt qu'ils ne rapent, yooooh, la gorge.

Quelques anecdotes :

la "visite" du Château de Neuschwanstein
Après avoir tous tourné en rond pour trouver qui un parking, qui un accès carrossable au château, ... Didier s'est lancé, en moto, moi derrière et lui ... devant, dans l'ascension d'une route étroite, bordée de nombreux piétons, manifestement interdite aux véhicules à moteur quels qu'ils soient, et à l'aller, déjà, un type mis son tracteur en travers de ma route en m'éructant quelques mots dans la douce langue de Goethe que je fis mine de ne pas comprendre, slalomant adroitement pour l'éviter. Nous arrivons au bout de la route (on ne voyait toujours pas le château) et Didier s'adressa à des cochers de fiacre pour en savoir plus ... et de conclure que "vu" que le château n'était "visible" qu'au prix d'un trop lourd effort physique, nous irions voir celui du parc de Disney World à Marne-La-Vallée ...
Mais là ne s'arrête pas l'histoire avec une grande tache : nous entreprenons la descente et ... devinez qui nous attendait ? L'homme au tracteur, à la remorque et à la pelle ... chargé de ramasser les crottins des chevaux tirant les fiacres conduits par les cochers, ceux-là même que nous avions laissé à l'autre bout de la route. L'homme était vindicatif, il asséna quelques coups de gueule à Didier qui se ratatinait de plus en plus sous son casque et qui se retourna vers moi à un moment donné, sans doute lorsque l'homme à la pelle évoqua une amende de 100 € pour lui faire comprendre qu'on devrait se la partager à deux ;-)) ... Entre nous cette amende aurait été méritée !!.
Nous n'étions "Bavière" mais alors là, "Bavière" du tout et finalement c'est tout penauds que nous rejoignons les copains avant de reprendre la route.

Perte et profit
Perte parce que je me suis perdu : encore une fois, dans un trafic trop dense, épris de liberté, j'ai entrepris des dépassements en saut de puce, voiture après voiture, alors que mes copains/amis restaient bien plus sagement "au cul des bagnoles" et vu que le road-book prêtait à interprétation +/- libre, au changement de direction suivant, nous ne prîmes pas la même option. Deux appels, deux sms et près de 10 € de communication téléphonique plus tard, nous nous retrouvions pour déguster ce qui se fait de mieux en matière de cuisine américaine dans le Mc Do' local. A posteriori je me rends compte que voilà une situation qui doit un peu énerver "la tête de file du jour", provoquant des pertes de temps et d'argent : promis, craché, juré, je ne passerai plus jamais devant !!
Profit ? euh ... c'était juste pour le titre enfin ... il y en a eu pour nous reprocher à Didier et moi d'avoir pris des menus "giants" alors que nous sommes les nains de service ... tout ça parce que nos 2 menus avaient coûté +/- 14 € alors que les 4 autres repas n'avaient atteint que 19 € ... La cagnotte a du bon mais seulement si les dépenses sont équilibrées de façon parfaite ... Elle sera abandonnée dans les 2 jours qui suivirent. Moralité : il n'y a pas que les petits qui profitent ...

C'est MOI le chef, na !
Quelques kilomètres avant l'arrivée à l'hôtel, à signaler, un endroit idyllique constitué d'un lac de montagne : c'était tellement beau que j'en suis resté sans voix, Henri s'en souvient encore ...
On arrive à l'hôtel SAVOY, on passe au bar pour prendre l'apéro, on était attablés depuis 2 minutes quand le barman est venu prendre notre commande : j'ai joué les traducteurs et à peine avais-je terminé que le type s'est penché sur moi, m'a demandé si j'étais le "capo del gruppo" , ce que j'infirmai en dodelinant vigoureusement du ... chef ..., ajoutant que j'étais italien, né en Belgique, fils de parents immigrés venus chercher du travail dans les années 50, comme bien des compatriotes à l'époque, que j'y étais né, y avais poursuivi des études sans les rattraper, que mes parents venaient de régions différentes d'Italie, que leurs dialectes étaient très différents et que pour se comprendre ils parlaient le "vrai" italien entre eux, ce qui expliquait pourquoi je le parlais encore "aussi bien", la totale quoi, (je blague bien sûr), ... et il m'a proposé des cigarettes à très bon prix et que si je connaissais des gens intéressés ... "basta dirmelo" ... è ... va bene ... non manchèro ...

Ensuite vint le repas, la petite marche sous les étoiles et le dodo en attendant le lendemain ...
A propos des chambres, la surprise fût de constater que nous y étions logés à 4. Il y avait toutefois une mezzanine et nous disposions par étage d'une salle de bain en bas, de douche en haut et de w.c.'s. Du balcon, la vue était superbe, donnant sur la montagne, les pistes de ski, les vaches et leurs clochettes ...
Inutile de dire qu'une fois la nuit venue, les ronflements fusèrent de toutes parts ...

21:03 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

13/09/2005

I Dolomiti 2005 - Sabato 3 settembre

Hum ... je constate avec un certain plaisir que François a déjà résumé les 3 premiers jours du voyage ...
Pour ne pas être, une fois de plus, pris de vitesse, me voilà obligé de lui emboîter le pas, "il passo" en italien, "passo" qui en plus de "pas" signifie aussi "col" au sens montagnard du terme et pas vestimentaire, comme le "col de chemise" par exemple ...
Je vous sens déjà perdus, non ? Vous suivez toujours ??
A propos de "suivre", aux mauvaises langues qui me reprochent parfois de me contenter de suivre les copains/amis motards j'ai trouvé une bonne réplique : "Il faut bien quelqu'un pour assurer le suivi, non ?"

Ainsi donc, rendez-vous était fixé avec Henri et Bernadette à 7h30' à Philippeville. Je pensais y être le premier en arrivant vers 7h20' mais la Tiger était déjà là. Une petite bavette et nous voilà partis direction Bastogne où nous attendait l'équipe d'encadrement et d'assistance du club Moto 80 qui était au courant de mon handicap et qui me confirma qu'au moindre problème, il me suffisait de les en avertir ...
Nous prenons
- possession des road-books au format "dérouleur" et des autocollants
- le petit déjeuner
- la route direction l'Hôtel STERN à Mindelheim.
L'itinéraire de 554 km nous fait passer notamment par Martelange, Arlon, Remich, Merzig (y a pas de quoig), Saarlouis, Zweibrücken, Haguenau (Ah que oui), Achern, Ottenhöfen, Freudenstadt, Horb, Höfendorf, Rangendingen, Burladigen, Gammertingen, Riedlingen, Biberach, Memminge et, enfheim, Mindelheim.
Je ne serai pas aussi virulent que François au sujet de la qualité du road-book d'une part parce que je ne m'y suis essayé qu'une ou 2 fois à en concocter un et me suis rendu compte (à l'inverse d'un compte rendu) de la difficulté à l'établir, et d'autre part, parce que, en tant que "suiveur" on ne rencontre évidemment pas les problèmes de celui qui assume la tête du cortège.
Reste qu'après un arrêt pipi/topo, Henri et moi, nous sommes repartis avec un peu de retard et après Horb, nous nous sommes un peu fourvoyés en continuant jusqu'à Rottenburg (Pont Pourri ?) plutôt que de filer "plein sud".
Reste aussi que les panneaux indicateurs allemands, à l'instar des panneaux luxembourgeois sont noirs sur fond jaune, avec des caractères plutôt pas trop lisibles, ajouter à cela des noms de villages se terminant tous par "gingen" ou "lingen" ou "dingelingen" ou "ringelingendingen" et vous aurez compris ... aisément ... que la confusion est d'autant plus aisée.

Bref, nous arrivons à l'hôtel à 19h20', quelques minutes avant Didier, François et Philippe, le temps d'une douche, de paumer et de retrouver 3 heures plus tard mes lunettes (j'en ai deux paires, une "de soleil" et une "normale" mais toutes deux correctives que je change en fonction de l'ensoleillement et/ou de la luminosité, avec le risque évident d'en oublier une paire ici ou là ou encore ailleurs ... et en l'occurrence je croyais les avoir égarées ... mais je les ai retrouvées par terre, sur la moquette de la chambre), et nous passions à table pour un repas dont je ne me rappelle aucunement la teneur, mais cela a-t-il une quelconque importance ?
Conclusion du jour : près de 700 km sans fatigue, pas de mal de dos, une DL confortable, protectrice, finalement une "grande voyageuse", la compagne idéale en quelque sorte ;-))

23:39 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

12/09/2005

3.662,1 km ...

C'est le total des kilomètres parcourus entre les 3 et 11 septembre lors du voyage dans les Dolomites organisé, pour rappel, par le Club Moto 80.
3.662,1 km et presque autant de virages, lacets et autres "tornanti", négociés parfois en première et parfois à fond de sixième ou presque ... toujours dans le respect des limitations et/ou des limites ...
Pour tout dire, enfin ..., pour l'instant, je suis bien fatigué et pour paraphraser une expression plus "scato", je dirai que j'ai encore "la tête dans la bulle" et qu'il va me falloir un peu de temps pour accoucher du compte rendu de ce beau et long voyage semé d'anecdotes ...
Veuillez considérer ce préambule comme une "première contraction", annonciatrice d'un beau bébé, voire de plein de petits bébés bloblogs, probablement 9, un par jour correspondant au nombre de jours qu'a duré le périple !!!
Restez donc branchés au monitoring ...

PS1 : François a déjà inséré toutes les photos (splendides par ailleurs) sur son site en attendant de "pondre" sa version des faits ;-))
Pour ma part, je dévoilerai le lien vers ma collection de photos en temps utile.
PS2 : merci à toutes et tous pour les nombreux bons voeux que vous n'avez pas manqué de m'adresser pour me souhaiter un bon anniversaire, un merci particulier à ... un certain ... Nicolas ;-)))))))))))))))))))))))))))
On se sent aimé, j'vous jure !!!!!!!!

22:51 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

02/09/2005

Il se fêtard ...

Demain, nous avons rendez-vous, Henri, Bernadette et moi à Philippeville au plus tard à 7h30', en fait "au plus tard" c'est très tôt et ça implique que je ne serai pas très long, ça vous changera de l'ordinaire !!
Après une journée de labeur clôturée en essayant de ne pas laisser de lézards ou de déclarations fiscales sous ... le sous-main, j'ai consacré la soirée à l'empaquetage.
J'ai essayé de ne rien oublier d'essentiel, le top et le sac de réservoir étant cette fois complétés par une sorte de "trousse de secours" destinée à recevoir les divers "médocs" (nan c'est pas des grands crus) nécessaires à me tenir en "good shape" pour le trip, you know.
Avant hier, j'ai accompli mon devoir de fils en rendant visite à mes parents, hier c'était mon devoir de père en recevant ma fille Elisa et son copain Fabian et ... tout de suite là, maintenant, sur le bureau, ça va être mon devoir de mari ;-))))))))

Aaaaahhhhh, on se sent mieux !!!

Voilà il me reste à secouer les mains à tous les brothers blogeurs et à embrasser chaleureusement toutes les sisters blogeuses qui me font l'honneur et le plaisir de croiser mes écrits et qui sait, à l'occasion, ma route.
Rendez-vous après le 11/09 pour les comptes-rendus de ce qui devrait être un superbe voyage.
A+
Al

PS : le 6/09 c'est mon anniversaire ... alors si vous êtes de passage, n'hésitez pas à m'en souhaiter un bon, ça ne coûte rien et ça fait toujours plaisir !!!!!! Merci d'avance.

22:21 Écrit par Alberto | Commentaires (3)