25/03/2005

Alors chu r'parti ...

Sur Québec Air
Transworld, North-East, Eastern, Western
Puis Pan-American
Mais ché pu où chu rendu ...

Cette chanson de Robert Charlebois pour :
primo, vous souhaiter à toutes et à tous de joyeuses fêtes de Pâques, mes meilleurs oeufs n'est-ce pas ...
twingo, vous signaler que je vais prendre quelques vacances bien méritées (ça vous en fera aussi) loin du monde civilisé ...

Adieu donc, monde civilisé et à très bientôt pour de nouvelles aventuuuuuuuuuuuuuuuuures !!!

22:08 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

24/03/2005

The day after ...

... hier, au sortir du show-room de mon cher concess, je lui ai demandé où se trouvaient les anciennes biellettes, des fois que dans trois ou quatre ans, il me reprendrait ma DL avec 100.000 heures de vol et qu'il la revendrait à un "géant" de plus d'un mètre septante, voire soixante-dix :-)).
Vu que les mécanos étaient partis, il m'avait demandé de repasser le lendemain, soit aujourd'hui. Comme il faisait beau ce matin, que je devais me rendre chez un client, et que pour y aller il était possible d'emprunter de belles routes sinueuses, j'ai enfourché ma Déelle après avoir rempli mon top-case avec un classeur et mon top-casse-croûte, en plus des "résidents" que sont le bloque disque, les survêtements de pluie, la lampe torche, le gilet fluo ... le souk quoi !
Le soir venu, malgré une hygrométrie qui frôlait les quatre-vingt-dix-neuf, voire les cent pourcent, je suis repassé chez le concess' pour récupérer les pièces et tailler une bavette avec les gars derrière le comptoir : vous ne pouvez pas imaginer comme ça fait du bien de "reparler" moto, on se sent revivre ... après cet hiver qui n'en finissait pas de finir.
Cerise sur le gâteau : un courrier m'attendait à la maison pour me rappeler les modalités relatives au voyage princier au Pays de Galles ... Aaaaaaaahhhh, que la vie est belle !!! chè la vita è bella !!!

Une bonne nouvelle en entraînant une autre, cette dernière concernant plus spécialement ma ferme moitié, l'occasion était belle pour fêter ça : nous nous sommes offerts un resto grec.. En entendant la musique de fond ... et le ... Chevalier de Rhodes ... n'aidant pas ... je me suis mis à confondre la mélodie des bouzoukis avec celle de ma Souzouki ... ;-).

23:13 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

Alors qu'Icare chût de haut ...

... le fait est, qu'en ce qui me concerne et dorénavant, en cas de chute, (et là, bien que pas vraiment superstitieux, je croise tous les doigts) je tomberai "de plus bas".
C'est en effet aujourd'hui que mon concessionnaire remplaçait les biellettes qui relient l'amorto arrière au cadre et qu'il insérait des entretoises à la fourche avant dans le but de faire perdre 3 cm à la belle bête.
C'est vers 18 heures que je suis passé récupérer la "petite" Déelle et la surprise fût doublement bonne :
- d'une part "l'addition" était moins élevée que prévu (l'abaissement de la moto aurait-il eu le même effet sur le montant de la facture ?) : en réalité l'intervention n'a pris qu'une demi-heure au lieu des 2 heures 30' annoncées - au bout du compte un coût, petites fournitures et TVA comprises, de 71,51 €
- d'autre part, j'ai remarqué d'entrée de jeu que je ne devais plus lancer la jambe aussi haut au dessus de la selle, au point qu'avant j'étais à chaque fois au bord de l'hernie inguinale : un mieux évident qui demande toutefois confirmation dans divers cas de figures (il y en a de tristes ... demandez à Sancho) restant à tester pour en attester.

On a aussi parlé de cette envie qui nous ronge tous, ou presque tous, de rouler sur le plus beau circuit du monde ... j'ai nommé "Spa-Francorchamps". C'est là que mon concessionnaire m'a tendu une brochure et m'a dit que si j'étais intéressé, il fallait le prévenir quelque temps à l'avance pour qu'il puisse prévoir les quantités pour l'organisation d'un "bbq" à l'intention de ses clients. Quand j'ai fait la moue (faites la moue ... pas ...) en prétendant qu'un trail n'avait rien à faire sur un circuit, il m'a bien précisé qu'il ne s'agissait pas de "faire la course" mais de profiter d'une infrastructure et du simple plaisir de rouler ... sur le plus beau circuit du monde (bis repetita placent ... et plutôt deux fois qu'une). Il m'a confié que les organisateurs vérifiaient la conformité de l'engin et qu'on enlevait les rétros parce qu'il ne fallait absolument pas regarder derrière sous peine de déconcentration et de sorties de routes ... immanquables : il faut tenir sa trajectoire, c'est le pilote qui arrive derrière à 299 à l'heure sur sa GSX-R 1000 qui doit composer avec la chicane que vous risquez de représenter à ses yeux.
Je reste sceptique mais je ne dis pas que je ne me laisserai pas tenter un de ces 4, j'ai d'ailleurs émis ce souhait dans le livre qu'a ouvert pour nous François sur son site et dans lequel nous transcrivons nos envies de balades et voyages ...

Site à voir pour tout savoir :
The Bikers'Days

00:03 Écrit par Alberto | Commentaires (4)

22/03/2005

L'erreur à Humain ...

... et l'erreur est humaine.

Séquence frissons

Las de l'absence de mes faux compagnons (ne dit-on pas "fausser compagnie"?), partis aux quatre coins de la planète en cet été 2001, j'entrepris de me rendre à une balade organisée à partir de Humain, patelin réputé pour ses hêtres ... comme l'est Arbre près de Profondeville.

J'étais à la bourre car comme d'habitude j'avais quitté la maison un peu "limite" alors qu'il y avait une centaine de kilomètres à parcourir pour arriver au point de ralliement. Je "poussais un peu sur le champignon" (expression incongrue en matière de moto qui pourrait être avantageusement remplacée par "je rinçais la poignée de droite") alors que les routes étaient encore partiellement mouillées par les pluies de la nuit ...

Je touchais au but lorsqu'à l'approche d'un virage en épingle bordé de blocs de béton peints en blanc, je me rendis compte que la vitesse à laquelle il approchait était excessive ... Je freinai des 2 roues et des 4 fers et sentis instantanément l'arrière de la Suzette qui se mit à zigzaguer, louvoyer, voyez ? la roue, bloquée, m'envoyait me balader.
J'essayai bien de rattraper le coup mais rien n'y fit, je me retrouvai au sol, glissai pendant 2 ou 3 secondes qui me parurent des heures et m'arrêtai à quelques centimètres des blocs de béton.

Là aussi, plus de peur que de mal, je me relevai, avec difficulté relevai la moto pour constater les dégâts : un rétro explosé, une manette de frein en demi-lune, des éraflures sur le réservoir et le "cache-pot" d'échappement. Plus grave, un sinistre bruit sur l'avant me faisait craindre une fourche pliée. Vous ne pouvez pas imaginer, comment dire, la rage, la tristesse qui m'envahirent et les gros mots qui s'en suivirent ... Je ne vais pas les reproduire ici (d'une part parce que la reproduction des gros mots est interdite en captivité et d'autre part pour éviter que ce "Skynet Blog vous semble contraire au code de conduite" et que vous le fassiez savoir ;-)) )

Quelques motards passèrent et me firent signe, sans comprendre le drrrrrrrrrame que je venais de vivrrrrrrrrrrrrre.

La salle de réunion se trouvait 200 mètres plus loin ... J'expliquai ce qui venait de se produire, quelques uns compatirent avant de partir, le "chef organisateur" me demanda de sortir les outils de ma trousse et entreprit de m'aider à redresser le garde-boue : le bruit résultait juste de son frottement contre le pneu ... il disparut aussitôt (le bruit pas le G.O.) et je fus rassuré.

J'entrai dans la salle et reconnut un gars d'origine liégeoise avec lequel j'avais partagé ma chambre en Forêt Noire et qui roulait, si je me souviens, en Kawa GTR 1000.

A ma grande satisfaction je grimpai sur ma bécane comme si de rien n'était et pris la route sans trop d'appréhension pour une belle balade de plus de 250 kilomètres accompagné du kawazakiste. Ce n'est qu'une fois rentré à la maison qu'une série de douleurs se sont révélées et réveillées : j'en ai gardé une petite excroissanche au niveau de la anse ... ??? ... pardon ??? ... une petite excroissance au niveau de la hanche.

J'ai évidemment remplacé les pièces indispensables tout en laissant les griffes comme un trophée de chasse, une marque de fabrique, un peu comme un coeur qu'on grave dans l'écorce d'un arbre pour déclarer sa flamme à sa belle ...

Keskidi ???

Rien .. il dit ... vague, il se la pète avec sa chute, il croit qu'elle va devenir plus célèbre que celle d'Icare, fieu.

Icare ? C'est qui Icare ?

Icare ? un type qui a volé tellement haut qu'il s'est brûlé les ailes !

Les ailes ? c'était un ange alors ?

Oueille, c'est ça : un hell's angel, alleille !


07:52 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

20/03/2005

Sans toi Mamie, sans moi les amis ...

Après un e-mail que j'envoyais à Henri en lui demandant de ne pas remuer le couteau dans la plaie concernant la balade du jour à laquelle je ne pouvais participer, Philippe s'est fendu d'un compte-rendu que j'aimerais vous faire partager avec son autorisation que je lui demanderai à l'occasion !

Et bien moi, comme d'hab, je vais remuer le couteau dans la plaie ... Il parait que je fais ça très bien d'ailleurs ... Mais bon, tu m'excuseras car c'est pour la bonne cause à savoir : nous avons fait une superbe virée motocycliste ... si si (NDRL : bande de salopards !).
Il ne faisait, ni trop chaud ni trop froid .... mini 10° maxi 18° en roulant dixit Miss Pan, superbes petites routes du nord de la France ou heureusement la boue avait séché car autrement cela aurait été un peu glissant. Nous avons, tu nous connais , roulé "raisonnablement" .... je n'ai pas dépassé un petit ... (NDRL : ici j'ai censuré le chiffre indiqué pour des raisons ... de sécurité) ...à l'heure sur une loooonnnnngggggggggggguuuuuuuuuueeeeeeee ligne droite menant au lac de Bairon où, j'ai, déjeûné tout seul .... les autres étant au régime plus que sec! mais bon, ma générosité proverbiale m'a quand même poussé à donner une demi tartine au chef qui se mourait d'inanition... Les autres ont tenu bon jusqu'à une montagne et une colline de frites agrémentées de boulettes et autres merguez sauces graisseuses "graisseusement" offertes pour le premier anniversaire de Miss Cagiva. Étant au régime, je me suis contenté d'une Leffe blonde, mon vieux péché mignon, vu que je suis et c'est toi l'auteur de ce superbe jeu de mot : un spécialiste de la descente de la leffe ...
Enfin tout cela pour te faire partager la magnifique journée moto que nous avons passée ensemble (NDRL : et il continue de le remuer, le couteau, la plaie devient béante !). Je ne comprend pas , mais alors pas du tout, le plaisir que tu peux trouver à aller te bourrer de paella chez lolita la copine à Palomba de chez santa barbara y pepita y colomba y barcelona y "manquaitplusqueça"!!!! Voilà NA.
Bref, bravo et merci à Henri pour le super rot-de-bouc, merci à monsieur météo pour le temps, merci à François pour le dîner (même si je n'ai rien mangé), merci au chef pour comme toujours nous avoir éclairé de ses lumières et merci au vieil instituteur qui nous fit visiter la petite classe qu'il garde jalousement dans un bled perdu dont j'ai oublié le nom.

Philippe

Merci à Philippe de m'avoir un peu fait partager cette journée entre amis motards ... et comme les absents ont toujours tort et que le tort tue, que le tupperware, que le weer is mooie, que le mooie ... CAN, je serai le dernier !!!!

23:57 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

19/03/2005

12.787 ...

... une date historique ? ... Qui sait ? Qui vivra verra !
En attendant c'est le nouveau kilométrage qu'affiche le compteur de ma Déelle.

Aujourd'hui, pour ne pas être trop en reste par rapport aux copains qui roulent demain et qui semblent ne pas se soucier pour un cent de mon indisponibilité pour raisons privées, que je n'exposerai donc pas ici, ne voulant pas transformer ce blog en "journal intime" dont personne n'aurait que faire, ce que je comprendrais aisément, ... où veux-je en venir encore ... avec cette phrase aussi alambiquée qu'une gueuze, ... ah oui ... aujourd'hui, j'ai rendu une visite à mon cher concessionnaire, qui entre charentaises a toujours en stock une superbe Suzuki Freewind de 1999 avec 52.000 km au tachygraphe, avec un moteur révisé et un prix qu'on peut qualifier de dérisoire puisqu'il ne dépasse pas celui d'un scooter 50 cc neuf, soit 2.000 €, ... visite pour savoir si les pièces nécessaires à l'abaissement de l'assiette de ma brêle étaient rentrées et pour fixer rendez-vous pour effectuer le travail : nous sommes tombés d'accord sur mercredi prochain.
Après ça j'ai été rendre visite à mes parents, comme chaque samedi de la semaine, ils se font vieux et apprécient que j'aille les saluer physiquement et hebdomadairement ... toutes les semaines ;-) et croyez-le, ça me fait tout aussi plaisir ...

Vers 17H00 j'ai pris congé et j'ai filé sur Fosses-La-Ville via Biesme, puis direction Dinant et bifurcation vers Maredsous par la vallée de la Molignée.

Après quelques virolos j'ai rejoins un motard qui zigzaguait sur la route ... de 2 choses l'une :
-soit il sortait d'une taverne après avoir trop arrosé (mais un motard préfère ... généralement rincer qu'arroser)
-soit, à l'instar des pilotes de grands prix, il "chauffait" ses pneus pour attaquer le bitume et en découdre avec les méandres ...
Au vu de l'engin qu'il chevauchait, une brêle au pot surélevé et à sa tenue, une combi "tout cuir" multicolore, j'ai tout de suite compris que le deuxième "soit" était le bon et qu'il valait mieux rester derrière ...
Mon jugement fut le bon, car quelques hectomètres plus tard il lâcha la cavalerie ... et je le perdis de vue et d'ouïe aussi.

De bucolique qu'était mon rythme, je décidai d'attaquer aussi ... oh ... juste un petit peu ... pour taquiner le goujon goudron ... ce qui en cette période d'ouverture de la pêche tombait à pic ... et je constatai qu'au bout du compte, le Valentino de service, ne m'avait pris que quelque 100 mètres.

Moralité : rien ne sert de courir, il faut partir à point ... comme le steak, ni bleu ni calciné.

Arrivé à Maredret, une déviation me fit rejoindre une petite route étroite où des enfants tendaient des bouquets de jonquilles : je m'arrêtai et leur en pris 2, j'eus droit à "Vous êtes le premier motard qui s'arrête" et aussi à un petit bouquet de perce-neige en cadeau : merci les enfants.

Restait alors à regagner mon huis
Avant que ne tombe la nuit,
Via Ermeton, Furnaux, Mettet et Gerpinnes
... Je vous laisse trouver une rime en "pine"

Ach ! au lieu de jonquilles ç'eut pu être des aubépines ...

Guère plus de 134 kilomètres mais suffisamment pour oublier que dimanche ... ça sera une journée "sans" !!!

23:30 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

17/03/2005

Les jolies conneries de vacances ...

... merci papa, merci maman, tous les ans faudrait pas qu'ça r'commen-en-en-ence, youkaïdi, aïdi, aïda.
Conneries ? pourquoi conneries ? Vous trouvez pas ça con vous de se vautrer à moto ??

Cela dit, il y a connerie et connerie, n'est-ce pas. Il y a la connerie avec ses lettres de noblesse, celle dont a été victime Didier, et la vrai connerie, celle dont on est seul responsable. Tout cela n'est pas très clair direz-vous et je le conçois aisément.
Séquence émotion ... (sous-titrée "Les vacances de Mr (Nicolas) Hulot".
Début juin, Didier descend seul, à moto, en Provence pour expédier les affaires courantes dont il serait gentil de nous rappeler la nature pour peu qu'il s'en souvienne (pfffffff) et sur la route il fait la rencontre d'une vieille dame distraite (pléonasme ?) en voiture ... qui lui fait littéralement du "rentre dedans". Heureusement pas trop de peur ni trop de mal, quoique tout étant relatif, les dégâts à la belle TDM s'élèveront à près de 125.000 "anciens" francs belges (je vous laisse faire le calcul en "anciens anciens" francs français n'est-ce pas !) et une "mise à pied" de plusieurs semaines pour Didier. Il a pu apprécier les bienfaits d'une police "Assistance à l'étranger", tout ayant été pris en charge, son hébergement, son transfert en TGV. ses frais médicaux, la totale quoi !
Il a par la même occasion pu apprécier les bienfaits de pare-chutes montés sur les flancs de la moto qui ont certainement permis d'éviter de la "casse osseuse" ...
J'ai longtemps gardé l'e-mail qu'il nous avait envoyé avec le compte-rendu mais ... ne le retrouve plus ... tout se perd !
Au final il n'a vraiment pas fait une mauvaise affaire, en redoutable négociateur qu'il est, était et sera toujours ...

"Acta est fabula" et "Deus ex machina" dirait Didier ex cathedra !

Hum ... à propos de négociateur, c'est juste avant de négocier ... un virage que s'est produit "l'évènement" suivant, que je vous relaterai toute allure, euh, tout à l'heure et qui s'est produit à Humain (d'où le mauvais souvenir évoqué dans le précédent message) : voyez comme tout se tient dans une belle chronologie logique !

22:11 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

14/03/2005

Wallançonne, le retour !

Je vous ai promis du "croustillant", en voilà :
- le croissant du matin l'était, offert par Moto 80 en même temps qu'un café ou un chocolat chaud ainsi qu'un titeuf
- la pâte de la pizza mangée à la "Pizzeria Mezzogiorno" de La Roche-En-Ardenne, l'était aussi
- enfin, le speculoos qui accompagnait le capuccino offert à Heer par Meneer Didieer (qu'il en soit remercieer), l'était tout autant.

Le road-book concocté par Moto 80 était rédigé en très gros caractères, preuve indubitable du vieillissement inexorable de ses fidèles membres.
Dans l'ordre et au départ de la Citadelle de Namur il passait par Dave (non, pas le chanteur hollandais qui aime l'Edam !), Naninne, Wierde, Gesves, Ohey (hein, bon !), Vyle-et Tharoul (où Ca-Roule-Vite), Pont-De-Bonne, Ocquier, Durbuy, Barvaux (et par monts), Doschamps, Samrée, La Roche-en-Ardenne, Mise-à-zéro ;-), Lignières, Bande (on a tous pensé à Fernande bien sûr ...), Harsin (Lupène ... oui celui-là est un peu tiré par les cheveux), Hargimont, Humain (plutôt mauvais souvenirs dont je vous parlerai incessamment sous peu), Havrenne, Buissonville, Houyet, Heer, Agimont, Morville, Ermeton-Sur-Biert (et r'mets donc une bière !), Saint-Gérard, Floreffe et, en principe, retour à la Citadelle, au total 249,3 km de routes tantôt urbaines, tantôt roulantes mais souvent bordées de hautes congères. Nous nous sommes séparés à Rosée pour des raisons pratiques, l'endroit étant géographiquement plus proche de nos pénates respectifs.

Au bilan, parcours classique certes mais qui répondait parfaitement à son but avoué : reprendre contact avec la moto et la route !
Et croyez bien que le but fût atteint comme la tarte du même nom : on a pris un sacré pied, ça nous a fait un bien fou, on a tous rajeuni de 10 ans au moins, ça se lisait sur nos visages béats ...

A propos de "béat", le B.A. BA du motard qui respecte sa monture, c'est de bien la rinçer après une balade sur des routes généreusement épicées ... C'est ainsi qu'à peine rentré, j'ai lavé la belle Déelle à l'eau tiède (je dis tiède pour éviter la "Paul et Mick" comme diraient McCartney et Jagger, concernant l'utilisation de l'eau chaude plutôt que l'eau froide) pour éliminer le sel d'épandage qui, sinon, dévorerait ... notre passion.

Fin de la balade du jour avec 12.653 km au compteur et 12.653 raisons pour nager dans le bonheur :-)) ... si on fait abstraction de tout le reste bien entendu ;-(

13:10 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

13/03/2005

C'est si bon (si bon, si bon)

Ces petites sensations (si bon ,si bon)
De reprendre le guidon (guidon, guidon)
A travers l'pays walloooooon ...

P'tite explication (cation, cation) ..
Comme je sais que vous ne lisez pas vite, je vais écrire doucement (merci Didier pour cette citation !)

Si François devenait fou après 5 semaines "d'abstinence", que dire de votre serviteur qui, en plus d'un léger handicap dès le départ (si,si, je ne suis pas seul à le penser), n'avait plus roulé depuis 7, pas 3, pas 4, pas 5 ni même 6, mais 7 comme les nains, longues et interminables semaines. Vous imaginez dès lors l'excitation avant le départ pour cette Wallançonne !
Allez d'abord admirer les photos et lire doucement les comptes-rendus de mes compagnons de route François et Henri, je vous raconterai quelques anecdotes croustillantes dès demain ...

Le compte rendu de François : merci François
Celui d'Henri : merci Henri.

18:10 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

12/03/2005

2001, suite des évènements ...

En ce qui me concernait, les voyages étaient donc terminés : rangés les palmes, tubas, tongs, brassards (j'sais pas nager), beauty et top cases, valises ... restait à attendre d'occasionnelles virées dominicales avec ou sans les copains dont le programme "vacance à moto" restait très chargé, un vrai catalogue, jugez plutôt ... plutôt ? plutôt !! (y a Mickey qui cherche son chien !?!) :

- le Vercors (dont sont originaires Hulk et Shrek, ce qui explique leur couleur) du 1er au 3 juin (Banditmania) pour Henri
- la Provence (où j'ai acheté mon salon) pour Didier, tout seul, en juin également
- Philippe dans les Dolomites (et pas les sodomites, faut pas confondre) avec Moto Pulsion, en juin toujours
- le Morvan du 14 au 15 juillet pour tous hormis moi, ben oui, faut suivre un peu !
- les 21 et 22 juillet, l'Alsace pour François et Henri ôssi, Félicie n'en était pas)
- dans la foulée, les Alpes et le sud de la France pour Henri
- en août, la Corse pour Henri (l'est de tous les voyages celui-là) accompagné par Didier et par Moto Pulsion
- en août toujours (les 11,12 et 13) l'Auvergne avec la Croisière Lazer et Moto 80
- vous en voulez encore ? et bien non, y en a plus, c'est bien assez NON !?!?!?

Plus d'infos sur cette période émaillée de quelques faits marquants très prochainement sur votre écran ...

20:55 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

09/03/2005

E-mail éloquent ...

Voici un e--mail tombé dans nos boîtes ce matin, dès 7h48' : il en dit plus long que tout ce que je pourrais écrire, et Dieu sait que pour écrire je ne suis pas manchot :

Je viens de tester la Cagiva ce matin : elle est encore plus prête à sortir que moi car elle a démarré au quart de tour. J'espère qu'elle ne m'en voudra pas de lui avoir fait croire qu'on allait quelque part. Je lui ai dit que ce serait pour dimanche.

François

Voyez dans quel état nous sommes tous à cause de cette hibernation forcée :-))

20:06 Écrit par Alberto | Commentaires (1)

08/03/2005

... le 24 mai donc ... où est Ornicar ...

... rendez-vous était fixé chez Bernadette et Henri pour un petit déjeuner et un départ pour la Bretagne.

Un petit mot sur les bagages ? La Freewind était équipée d'un top-case de 28 litres dans lequel on peut facilement mettre 2 pantalons, 3-4 tee-shirts et 1 ou 2 chemises, 4 paires de chaussettes et autant de caleçons ainsi que le nécessaire ... nécessaire de toilettes. Un sac de réservoir de marque Bagster permettait d'ajouter la paire de chaussures, les espadrilles, les toujours utiles survêtements de pluie, l'appareil photo, les lunettes de soleil, etc ... de quoi partir au bout du monde, finalement !!

La première étape de +/- 450 km était fixée à Argentan (en anglais "Time is money") où nous attendait Eric, un ami internaute, ancien possesseur d'une Freewind, qu'Henri avait croisé sur le net. Sur l'entrefaite, il s'était offert une BMW 1150 R, "Nobody's perfect" et on ne lui en tiendra pas trop rigueur car il doit s'agir là d'une des moins moches BMW ;-)))) et il avait manifesté l'envie :
- de nous héberger dans sa "maison de poupées" (voir photo pour explication)
- de nous accompagner en Bretagne.
Encore merci à lui pour la pitance roborative, l'hébergement et l'accompagnement, voilà un chouette gars comme on n'en rencontre pas souvent ...

Le lendemain, il nous restait environ 388,5 kms à parcourir pour atteindre le but fixé, Penvins, près de l'entrée du Golfe (à 18 trous) du Morbihan (et pas du mort-vivant, grosse biesse). Avant d'y arriver, nous sommes passés dans un magasin "Leclercq" pour acheter de la viande hachée, du concentré de tomate, des tomates pelées, des oignons, une cuillère à soupe de sel, du poivre de Cayenne, de l'huile d'olives, du fromage râpé, deux kilos de pâtes et de l'eau bouillante ... en vue, vous l'aurez sans peine deviné, d'un dîner "moules-frites" bien entendu.

Le samedi 26 nous visitâmes la presqu'île de Rhuys, nous haltâmes à la pointe de Bilgroix, tourâmes sur la presqu'île de Quiberon, continuâmes par Carnac, La Trinité-sur-Mer et terminâmes par Saint Goustan avant de rentrâmes au bercail... : une boucle de 210 km pleine ... d'âme et d'âmes, dame !!

Restait alors le 27 mai pour faire la route du retour en une traite (de 750 à 800 km suivant la destination), ce qui ne posa aucun problème particulier. Comme vous l'aurez lu dans le compte-rendu de François, c'est lorsqu'il a décidé de prendre l'autoroute que les choses se sont gâtées, comme quoi il vaut mieux utiliser "les chemins de traverse" que les voies de transhumance ...

Ce devait être mon dernier vrai de vrai voyage cette année-là, 2000 km de bonheur en 4 jours, et déjà une pointe de regret venait toquer à mon heaume pendant que je regagnais mon "home sweet home".

18:15 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

07/03/2005

Je n'étais pas rentré de Forêt Noire

que déjà il fallait "préparer les valises" pour le voyage suivant. Pour quelqu'un qui n'envisageait au départ que des balades dominicales et intra-muros ... avouez que c'était inattendu et oserais-je l'écrire, inespéré :-))

J'ai comme la vague impression d'avoir déjà lu cela quelque part et il n'y pas bien longtemps d'ailleurs ... pas VOUS ??

Pffffffff ... normal, y a qu'à faire "scroller" 3 messages plus bas, le 3 du 3 !

En fait si je me répète c'est simplement parce que cette année là, en 2001 pour les ceusses qui auraient perdu le fil de l'histoire avec un petit "h", les voyages auxquels j'ai participé se sont bousculés : la Normandie du 14 au 16 avril, la Forêt Noire du 28 avril au 1er mai et, last of the list but not the least, la Bretagne du 24 au 27 mai.

Alors que l'organisation du trip (et pas du trou) normand avait été prise en charge par Didier sur un road-book de "Cap Moto", que celui en Forêt Noire était du ressort de Moto Pulsion, le voyage en Bretagne, lui, fut totalement assumé par notre ami François ... à plus forte raison qu'il nous menait directement dans une grande maison détenue par ses parents en bord de mer à Penvins.

Le compteur de la Suzette s'affolant, les kilomètres engrangeant, il était venu le temps de repasser chez le marchand pour ... changer le pneu et les plaquettes de frein avants (19.000 kms), badigeonner ce qui devait l'être d'onguent et, évidemment, se soulager de quelque argent, 193,99 € le 22 mai exactement.

Deux jours plus tard ...


23:31 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

06/03/2005

Tombe la neige ...

et mon coeur s'habille de noir ...

Ouais, faudrait voir à ne pas trop noircir le tableau ou pire, broyer du noir ... mais QUAND MÊME !!!! ça fait depuis le 23 janvier, vous m'entendez, le 23 JANVIER, que la belle déelle pestelle, piaffe, rumine au fond du garage, entre les vélos aux pneus dégonflés et les bacs à fleurs depuis longtemps remisés.

J'en suis arrivé à me lever à 3h30' du mat' pour regarder le 1er grand prix de Formule 1 de la saison : faut vraiment être en manque de "mécanique" pour agir de la sorte, isn't it ?

Entre charentaises, la déception était au rendez-vous car, même si ce n'est pas Schumi qui a gagné, mais bien Giancarlo Fisichella sur Renault, il ne s'est absolument rien passé : à vouloir faire des économies à savoir, conserver les mêmes pneus pour toute la course et le même moteur pour deux courses, ils vont finir par rouler ... à l'économie ... et bientôt les grands prix risquent de se transformer en "economy runs"... il reste malgré tout de bien belles images grâce aux caméras embarquées et de réjouissants hurlements de moteurs.

Mais, d'une part, ceci n'intéresse personne et d'autre part, nous éloigne de notre sujet ...

Heureusement qu'il se passe toujours quelque chose et que certains membres de notre petit club sont plus actifs que d'autres. C'est ainsi qu'Henri, notre reporter globe-trotter, s'est rendu au Festival de la Moto qui se tenait à Mons ces 4,5 et 6 mars. En plus du site officiel dont voici l'adresse http://www.festivaldelamoto.be et grâce à son dévouement, voici un PAPIER qu'il a rédigé à notre attention, de quoi "rompre la glace" ... qui nous fige tous.

En conclusion, comme Henri j'attends la Wallançonne avec une impatience ... que j'vous raconte pas comme elle est impatiente ... en espérant que le "Froidnençonne" pas le glas, gla gla gla ...

En voici l'invitation, piquée sur le site du club Moto 80

La Wallançonne
Date : le dimanche 13 mars
Description : En 2005, cette randonnée d’une journée qui marque le début de la saison se déroulera le dimanche 13 mars et se déplacera vers le Sud du pays. Mais l’esprit sera toujours de se “dérouiller les jantes” sur de jolies routes et de se retrouver après avoir hiberné durant quelques mois...

C'est tellement vrai !!!!!

22:26 Écrit par Alberto | Commentaires (2)

04/03/2005

Excellente surprise ...

Pas rancunier pour un penny, suite à un profond désaccord avec François ;-) consécutif à un "hoax toutes boîtes" qui tendrait à dénigrer l'image des ONG, je suis allé voir sur son site s'il y avait du 9 ...

Vous n'êtes pas sans savoir que, sauf si le ciel nous tombe sur la tête, nous devrions entreprendre un voyage au Pays de Galles du 4 au 8 mai.

Et bien, François avec une trentaine d'autres motards a déjà participé à un voyage au PdG en 1998 avec le club MOTO 80 : il a fait l'effort de se creuser les méninges pour compléter le compte-rendu qu'il avait effectué à l'époque, ce qui nous vaut un long récit très précis avec force détails. Un tout GRAND merci à lui : j'espère que malgré un trip de 5 au lieu de 9 jours nous aurons le temps de tout voir (en tous cas tous les sites touristiques gratuits ...) sous un ciel plus clément.

A lire absolument, son COMPTE RENDU.

Remarques :
- sur la photo, ce n'est pas moi
- ce n'est pas non plus un motard qui a loupé sa trajectoire
- donc ... c'est un motard ... anglais !!!!!
- à l'instant je demandais pourquoi ces anglais faisaient les choses aussi différemment que nous et il m'a été répondu que .. c'était nous, les continentaux, qui faisions tout différemment :-) ... soooooo britishhhhh !

23:30 Écrit par Alberto | Commentaires (4)

03/03/2005

Je n'étais pas rentré de Normandie ...

que déjà il fallait "préparer les valises" pour le voyage suivant. Pour quelqu'un qui n'envisageait au départ que des balades dominicales et intra-muros ... avouez que c'était inattendu et oserais-je l'écrire, inespéré :-))

Ainsi donc un deuxième voyage, quinze jours après le premier, (et à peine quelques jours avant ... le troisième !!!!!!!!!!! (mais n'anticipons pas et fermons doublement les charentaises)) était prévu en Forêt Noire, dans le sud ouest de l'Allemagne. L'organisation était due à Moto Pulsion et seul François n'était pas inscrit.

Pratiquement 1 an jour pour jour après son achat, la Freewind affichait 16.749 km au compteur. La veille du départ je fis monter un pneu arrière (130/70-17) de marque METZELER Tourance en remplacement du PIRELLI MT80 qui était arrivé à la corde, un peu comme toutes les trajectoires qu'il avait suivies ;-))) L'opération coûta 124,27 €, fournitures, main-d'oeuvre et Tva comprises : et oui, 5000 balles pour un boudin fût-il arrière, ça n'est pas donné, mais ne revenons pas sur les coûts, on sait maintenant que ça fait mal.

Bref, comme disait Pépin Le, ainsi parée la Suzette était ... parée pour de nouvelles aventures. Celle-ci commençait au "Space Center " près de Redu où le départ avait TT fixé. Une fois (de plus) n'est pas coutume, c'est moi qui ai rédigé le compte-rendu de ce voyage. Il a été publié sur le site d'Henri, à la rubrique "Bandit --> Voyages 2001" : rendez-vous là-bas et ... retour ici ensuite pour la suite du périple (à vos risques et périples comme qui dirait).

Reste que voilà encore une très belle région à découvrir non loin de chez nous : j'ai notamment le souvenir des bonnes odeurs que dégageaient les nombreuses scieries qui ... découpaient le paysage ... arboré. Pour avoir un deuxième éclairage sur cette noire forêt, rendez vous sur le site suivant La Bavière et la Forêt Noire.

23:03 Écrit par Alberto | Commentaires (0)

01/03/2005

Considérations bassement terre à terre

Souvenez-vous : quelle moto aurait le mieux convenu à ma taille ?

Quand vous aurez retrouvé réponse à cette question, vous saurez qu'une de mes préoccupations majeures concerne la hauteur de selle de ma belle déelle.
Bien sûr j'ai +/- appréhendé le problème depuis un an et quelque part je l'ai surmonté. Reste qu'à plus d'une occasion j'ai failli oublié (comme le dit le dicton "Jambes courtes, idées courtes") cet espèce de handicap et il a été moins une ... plus d'une fois que je la mette par terre faute d'appui (a pu pied !!!!)

Ainsi donc, grâce notamment au site de "Bégé" que j'ai découvert récemment (voir les sites qui comptent le +++) et des liens auxquels il renvoie, le rabaissement de l'assise est revenu à l'ordre du jour.

J'ai retrouvé dans le fond de la poche d'un vieux jeans les références de pièces Suzuki que j'avais notées en son temps (biellettes et entretoises), j'ai envoyé un e-mail à Suzuki Belgium via le site officiel et j'ai obtenu la réponse à ma question dans les 24 heures : merci Dimitri !!!

Boulot terminé, j'ai foncé chez mon concessionnaire, discuté avec lui de l'opportunité de cette intervention et j'ai commandé les pièces : les biellettes devraient coûter 22,40 € la pièce, les entretoises 4 € et la main-d'oeuvre est estimée à 2h30'.

Au sortir de la salle d'op, la belle devrait perdre 3 cms et serait ainsi contrainte à me regarder en face plutôt que, jusque là, à me toiser !

Blagues à tabac et à part, comme dirait José, cette transformation ne devrait affecter ni la tenue de route ni la tenue de cap, ni même le confort, celui-ci pouvant être ajusté via les suspensions avant et arrière réglables.

J'attends la modification avec un certain soulagement car il faut bien avouer qu'il me restait des regrets d'avoir "visé trop haut" à l'achat...

PS : dans le show-room j'ai pu admirer la Suzuki Bandit 650 roadster d'un rouge éclatant, elle est superbe, propose un rapport qualité/prix étonnant et pourra être essayée incessamment , à la seule condition d'avoir plus de 25 ans (ce qui est presque doublement le cas de chacun des élus du club ABDFHP ...) : avis aux amateurs !!! Nous on est des pros ;-)
Petite précision toutefois, suivant les concessions, les modèles à l'essai peuvent être différents : à vous de vous enquérir auprès de votre dealer favori.

23:36 Écrit par Alberto | Commentaires (1)