26/05/2017

Pneus, plaquettes, Performance Bike ...

Tout est dans le titre !
Voyez l'album photos du jour ...

14:16 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

25/05/2017

Pas de nouvelles, ... pas de nouvelles !

toscane-landschap-in-toscane.jpgA une grosse semaine du départ en Toscane, on a encore R-I-E-N ... de véritablement concret à part un programme détaillé mais pas trop.
Pas de "News" sur le site d'Europa Moto : on ne sait même pas si Paul est revenu de la reco !
Pas de photos de la reconnaissance.
Pas l'ombre d'un road-book.
A la limite et ... à la réflexion, ça m'inquiète même un petit peu car ce n'est pas le genre de Paul de faire preuve d'un tel manque de communication !
A l'entame de ce long week-end de l'Ascension, on aurait pu, je sais pas moi, taper un coup d'oeil au tracé, visiter virtuellement les hôtels qui nous sont proposés ou, pour les plus aguerris, peaufiner les road-books pour pouvoir en sortir et visiter des sites non prévus aux alentours, etc.
Au lieu de ça, RIEN. Tôt ce matin j'ai vu un attroupement de motards à la station Esso de Couillet et je me suis demandé ce que ça pouvait être. Puis j'ai vu sur le site qu'aujourd'hui, les amis d'Europa Moto, partaient pour le trip en Forêt Noire. Alors, peut-être n'était-ce pas le lieu de rendez-vous pour le départ mais, ce qui est sûr, c'est qu'on aura aucun élément supplémentaire concernant la Toscane et qu'il faudra attendre encore et encore.
Je ne doute pas que tout cela soit extrêmement compliqué à mettre sur pied et que la volonté y est permanente de satisfaire tout le monde mais ... ce n'est pas en multipliant les intervenants qu'on simplifie les choses, c'est sûr : rien de tel qu'un bon tandem ...
En attendant, c'est un peu frustrant, voyez ?
En plus de ça, croyez-vous qu'on vous envoie un petit truc, histoire de vous faire patienter ? Rien de la part de personne : ni Pierre, ni Paul, ni Jaques, ni Claude, ni Xavier, ni Dominique, nid d'abeille, nid d'hirondelle... et encore moins Henri ou François !
Le seul contact a été pris par l'agence de voyage pour demander un supplément ... pour le kérosène de l'avion sans doute, pfff !

Allez, c'est mon coup de gueule de frustré du jour et surtout, pas de commentaires SVP, du genre : "Si ça te plaît pas, hé, tare ta gueule à la récré" ou alors "T'as qu'à les faire toi-même les road-books, hé patate !"
D'abord, c'est MONSIEUR Patate, un peu de respect, soupe au lait !
Ensuite, on est entouré de "pros" ou pas ?
De passionnés alors ...

En même temps, quel sale type je fais !
Ben ouais !! Pendant la reco là, c'est pas qu'ils aient été avares en news : ils m'ont envoyé des SMS, aussi bien Paul que Pierre.
Le 13 mai à 11:47 : "On prend l'apéro avec Leonardo, pas di Caprio, l'autre ! Todo va bene. Amitio, Paolo"
Le 15 mai à 14:22 : "Paul a parlé avec Linda Rossi en anglais. Il est tout fou ! J'espère rentrer idem. Photo suivra." J'avoue que je n'ai pas bien compris le sens de ce "rentrer idem" mais je n'ai pas obtenu d'éclaircissements malgré ma demande.
Le 16 mai à 12:12 : Bonjour ensoleillé du circuit de Mugello. (signé Paul)
En fait, on n'est pas entourés de pros mais ... d'amis qui nous veulent du bien !!
Ben voilà, je n'ai plus qu'à faire des excuses publiques pour ce coup de gueule de vieux frustré en manque d'action ;-)
N'empêche, je n'ai toujours pas reçu la photo de Linda Rossi, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnn et, depuis le 16, à part Pierre qui a signalé qu'il ne pouvait pas faire le CMT (Cap Moto Tour) du 21 et qu'il devait s'enfermer 5 jours pour terminer les road-books justement, on est sans nouvelles ...
Pour clôturer le sujet (provisoirement), alors que je suis en train de faire mon Calimero là, il y a quelqu'un qui m'a rappelé très judicieusement que ça n'a pas toujours été aussi facile ...
Voyez plutôt ce qu'il m'écrivait pas plus tard que tout à l'heure :
"On croirait voir Louc et ses RB envoyés la veille au soir ! Il y a quand même eu un "net" progrès: jadis tu recevais le RB le matin du départ et chacun avait son rouleau de tape pour coller ses feuilles et les rentrer dans le dérouleur. Je te laisse imaginer la bordée de jurons quand il pleuvait et que tu "nourrissais" ton dérouleur sous la pluie."
Et c'est tellement vrai ...

09:38 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

23/05/2017

Nicky HAYDEN est parti ... avec d'autres hier et aujourd'hui.

1.jpg
Il n'a pas survécu à ses blessures ...
Même si ce n'est pas la moto qui est en cause ici, on ne répétera jamais assez qu'elle demeure un sport dangereux.
Avez-vous vu la cabriole de MILLER lors des essais au Mans ? Pour le même prix, il finissait complètement disloqué ...
Des images qui font froid dans le dos et qui en ont rappelé d'autres.

Les cancers fulgurants à 89 ans (Roger Moore), les attentats à la sortie des concerts (Manchester 22/05), une voiture à un carrefour (Nicky Hayden 17/05) : la Mort frappe partout, aveuglément, sans discernement. Quand elle est accidentelle ou la conséquence d'une maladie, on l'accepte, comme une fatalité. Mais quand elle est le fait d'êtres sans noms qui se font sauter au milieu d'enfants, elle est intolérable.
J'imagine à peine la douleur, la rancoeur et le sentiment d'injustice que doivent éprouver les familles ainsi détruites ...

21:46 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

21/05/2017

CAP MOTO TOUR 2017

Voici d'emblée les photos de cette sortie organisée par Cap Moto. Du soleil et une relative fraîcheur en roulant mais pas en terrasse, un temps parfait en quelque sorte !
Je vous raconte incessamment !!

23:30 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

A la pooooooooooooooooorte !!!

Xavier SIMEON fait 16ème au grand prix du Mans en Moto 2 et Livio LOI fait ... pareil ... soit 16ème également en Moto 3 : à la pooooooooooooorte des points comme on a l'habitude de dire.
Quand je pense que Blanche en a ramenés 363 en poussant la chansonnette à l'Eurovision, je suis sidéré !!
Bon, les gars, faut les pousser les portes, hein, et pas rester derrière en attendant qu'on vous les ouvre !!!

Et l'autre TGV, là, qu'est-ce qu'il nous a fait aujourd'hui de chuter dans le dernier tour : putain, suffit que je sois pas là pour qu'il fasse des conneries le gamin !!
Du coup, le voilà 3ème au classement général avec 23 points de retard sur son coéquipier Maverick VINALES et derrière Dani PEDROSA qui revient franchement dans la course cette année. Quant au jeune prodige espagnol, Marc MARQUEZ, il a chuté également.
Les positions au classement se resserrent derrière VINALES qui, avec ses 3 victoires sur 5 grands prix prend un peu le large en comptant 85 points, puisqu'on a ensuite
- PEDROSA avec 68 points,
- ROSSI 62,
- MARQUEZ 58,
- ZARCO (!!) 55 et
- DOVIZIOSO, 54.
Si ce dernier n'avait pas été fauché par Aleix ESPARGARO en Argentine, il serait sans doute 3ème au classement général ...
Prochaine course au Mugello, le 4 juin : on se frotte déjà les mains ;-)))

PS : au passage, je signale que je ne dénigre pas la performance de ... Blanche à l'Eurovision ! Une belle quatrième place pour une chanson pas du tout formatée pour ce genre de concours. Tout juste, la trouve-je un peu courte en durée alors qu'elle aurait mérité une envolée finale un tantinet plus percutante mais bon ... c'est un avis personnel que je partage avec moi-même.

21:00 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

20/05/2017

GS, un mot un ges'

Vu sur Moto-Station à l'instant : les 700 et 800 de BMW sont en passe d'évoluer fortement pour 2018.
Bon, faut avouer qu'à ce stade de la compétition comme disait l'autre, on n'en sait guère beaucoup ...
On suppute en quelque sorte. N'empêche, ça promet !!
Je vais de ce pas avertir les gars d'Hinckley pour qu'ils se penchent dans les meilleurs délais sur une évolution tout aussi importante de la Tiger 800, voyez, genre 50 cc et 16 chevaux de plus, un relooking plus qualitatif car la 2ème génération a un peu perdu de ce côté là. En effet, si elle a gagné en technologie, elle s'est un peu japonisée au niveau cosmétique ...

23:32 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Le Mans, brothers ...

Une FP3 perturbée par la pluie et voilà que, par le hasard des montées sur piste et de l'évolution de celle-ci, des "gros bras" comme PEDROSA, ZARCO, IANNONE, LORENZO et même DOVIZIOSO pourtant bon sur piste humide, se sont retrouvés en Q1 alors que les deux KTM de Pol ESPARGARO et Bradley SMITH et les Ducati d'ABRAHAM et de BAZ par exemple, étaient qualifiées d'office pour la Q2.
Autant dire que la Q1 fut chaude et que les deux places à prendre pour se joindre aux 10 autres pilotes ont été âprement disputées !! BAUTISTA a tenu la corde puis LORENZO, puis BAUTISTA à nouveau, puis ZARCO qui a amélioré 3 fois son temps, puis c'est PEDROSA qui a fait le meilleur temps, puis DOVIZIOSO s'est rappelé aux bons souvenirs de chacun, soufflant la première place à Dani et enfin, alors qu'on croyait l'affaire pliée et alors que ZARCO avait probablement roulé trop longtemps avec ses pneus tendres, il a tout de même réussi à s'intercaler devant l'espagnol pour 69 millièmes : c'est donc DOVIZIOSO et ZARCO qui ont obtenu le visa pour jouer avec les grands ;-)
Quant à la Q2, le même ZARCO a épaté son public une fois encore puisque c'est dans son tout dernier tour qu'il s'est installé sur la 1ère ligne de la grille en devançant Cal CRUTCHLOW de 71 millièmes cette fois.
Voici donc la grille complète pour ce grand prix de France :

1. VINALES (1.31.994) - 2. ROSSI (1.32.100) - 3. ZARCO (1.32.229)
4. CRUTCHLOW (1.32.300) - 5. MARQUEZ (1.32.493) - 6. DOVIZIOSO (1.32.726)
7. REDDING (1.33.119) - 8. P. ESPARGARO (1.33.399) - 9. ABRAHAM (1.33.517)
10. SMITH (1.33.629) - 11. MILLER (1.33.756) - 12. BAZ (1.33.955)
13. PEDROSA - 14. BAUTISTA - 15. FOLGER
16. LORENZO - 17. IANNONE - 18. A. ESPARGARO
19. PETRUCCI - 20. BARBERA - 21. LOWES
22. RABAT - 23. GUINTOLI

Les bleus ont retrouvé leurs couleurs : après la déconvenue de Jerez où VINALES mais surtout ROSSI étaient un peu à la dérive, les voilà revenus au sommet des charts ! J'avoue que je n'ai pas trop suivi ce point particulier mais ce serait dû aux pneus Michelin, revenus aux spécifications de 2016 et par conséquent plus durs, ce qui irait mieux aux Yamaha. La décision avait été mise "aux votes" et 20 pilotes sur 23 auraient choisi cette option.
Pour le reste, je pense que la course vaudra d'être suivie car les dépassements seront nombreux ;-)))
Attention Johann, de ne pas trop te frotter aux "factory" : Lin JARVIS et Valentino n'aiment pas trop ça ...
Perso, je ne pourrai pas la suivre en "direk life" vu que je participe à une sortie organisée par CAP MOTO, le "Cap Moto Tour", une boucle de 266 kilomètres au départ de Wanlin avec retour sur Rochefort : la météo sera de la partie !!
Vous me raconterez la course et je vous raconterai ma sortie, ok ? On se dit quoi ;-)

21:49 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

18/05/2017

Nicky Hayden ...

NICKY HANDEN 2017.jpgVoyez l'article concernant un accident dont il a été la victime ce mercredi dans le nord de l'Italie alors qu'il circulait à vélo.
Le week-end dernier la catégorie SuperBike était à Imola pour le Grand-Prix d'Italie.
Il était resté dans la région et s'entraînait sur son vélo ...
Voilà encore une chose qui n'arriverait pas sur circuit, oui, je sais, c'est pas le propos !

On croise les doigts.

00:17 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

16/05/2017

Plus de pluie ... ni de ... bon temps !!

Suivant cet article relayé par MNC, on court le risque imminent de ne plus voir ces belles ... personnes ... peupler les grilles de départ des courses motos !
Après, on ne les force pas à montrer ainsi leurs charmes, comme d'autres n'obligent pas leurs femmes à se voiler, voyez ?
Vous en pensez quoi vous ?
Une qui a bien joué du pépin, c'est Rihanna avec son "Singing in the rain" des temps modernes ...

21:20 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

13/05/2017

Tracer ... la route !

2017-05-06 12.31.27.jpgAvant de continuer, sachez que ce week-end, c'est au tour du concessionnaire Yamaha d'Arsimont, les établissements Pellegrinelli, de garder ses portes ouvertes, gare aux courants d'air. A l'essai, les Tracer 700 et 900 bien entendu mais aussi la FJR 1300, la XT1200 Ténére, la MT-10 en version "Tourer Edition", les MT-09 et 125, la XV950 Scrambler, la XSR 700, le T-MAX 530 DX et le N-MAX 125.
Sauf erreur, tous ces modèles étaient aussi à l'essai chez Marchandise avec même le scooter à 3 roues, Tricity.
Ainsi donc, le "groupe de Pierre" était revenu de sa ronde de 3/4 d'heure.
Brèves impressions ? "Pas mal, pas mal ! ça roule très bien !!" me dit l'ami Pierre.
Comme souvent, quand je suis confronté à une situation nouvelle, je perds la moitié de mes facultés qui ne sont déjà pas légions. Une fois assis sur la moto, je ne savais pas trop quoi faire : pas de bouton poussoir pour le starter mais un basculeur. Je questionne.
Monsieur Marchandise qui était juste à côté, a mis la clé de contact sur "on", m'a demandé de débrayer, à demandé à Pierre si j'avais déjà conduit une moto (véridique et, je pense, humoristique !) et lancé le bicylindre de la 700 noire qui m'était allouée, gentille allouée ;-))
Comme presque toujours, j'étais le dernier à quitter la concession, suivi du "capitaine-qui-fermait-le convoi" sur une vieille Yamaha Diversion me semble-t-il. J'ai été tout de suite étonné par les vibrations du bicylindre. J'ai perdu ces "good vibrations" depuis que je roule avec le 3 pattes Triumph. Le "stûûûûûûût" avec ça, c'est qu'elles sont présentes à tous les régimes et qu'on a par conséquent jamais vraiment de répit. Pour l'occasion, j'ai relu quelques essais parus ici et là sur la 700 et J-A-M-A-I-S aucun essayeur n'a relevé ce fait là : ça m'étonne car, s'il est en effet plaisant de sentir un moteur vivre sous soi, je me demande si le plaisir persiste tout au long d'une balade de 250-300 bornes voire plus lors d'étapes de liaison au cours d'un voyage par exemple ...
Cela dit, il m'a semblé que ces vibrations ne nuisaient en rien au confort, entendez par là que le reste ne vibre pas, ou à peine : le guidon, les repose-pieds, les rétroviseurs restent parfaitement "stoïques" contrairement à certains autres bicylindres sur des modèles américains ou italiens par exemple ^^
Evidemment, lors d'arrêts feux rouges ou intersections, la circonspection était de mise en ce qui me concerne : pas question de poser les pieds à plat et donc obligation de pencher la machine côté gauche pour prendre appui sur la bonne jambe et de rester débrayé en première, histoire de ne pas devoir redresser la moto pour taper la vitesse quand la voie était libre : tout un art d'être petit ;-)
On n'a pas emprunté de routes spécialement plaisantes mais en 45 minutes dans la périphérie de Charleroi, le contraire eut été difficile. Toutefois, entre les quelques petites routes défoncées et les portions de ring et autoroute, le panaché m'a permis de constater que la 700 avait du répondant, avec un très bon couple dès 2.500 tours environ qui permet de belles reprises, que le confort de suspension et de selle était très correct, que la protection au vent l'était tout autant, malgré un saute-vent malingre, que la boîte permettait de monter les rapports sans débrayer et qu'en usant de "doigté", il était possible de rétrograder pareillement : une bonne boîte japonaise en somme.
Petite digression concernant les saute-vent sachant, entre charentaises, que celui de la 700 est réglable sur + de 6 cm.
Quel est l'effet le plus indésirable du vent sur la progression d'un motard ? 1, 2, 3, ...je compte jusque 10 !
Alors ?
Le B-R-U-I-T... bien entendu. Car pour le reste, le vent contribue à l'impression de vitesse et ça fait partie de la chose motocycliste sinon on n'a qu'à se planquer derrière un pare-brise en verre feuilleté avè le désembuage intégré, voyez ?
Et donc, la solution c'est quoi ?? Je recompte jusqu'à 10 ??? Non, pas un saute-vent "pelle à tarte" comme je l'ai vu sur la 900 de Philippe G. à Beuvardes ni, pire encore, sur la 900 rouge qui était présente aux P.O. du jour. Non, pas un casque prétendument silencieux qui ne fonctionne correctement que si la moto n'est pas équipée ... d'un saute-vent. Dans un cas comme dans l'autre, ce sont des solutions bien plus chères que !! LA SOLUTION !! qui n'est autre que de s'équiper DE BOUCHONS d'oreilles !!!
Hein ? Quoi ?? Qu'est-ce que vous dites ???
Avez-vous essayé d'en porter ???? Vous reviendrez avec vos arguments bidons une fois que vous aurez essayé, ok ?????
Perso, je ne sais plus m'en passer.
Evidemment celui qui a monté un pot AcrapaudinoVitch (adieuuuuuuuu comme le chanterait Mireille Mathieu) à 1000 €, y va pas gâcher son plaisir en se bouchant les portugaises, hein !!
N'importe quoi !! Libre à vous de ne pas l'entendre de cette oreille, on est +/- en démocratie et je ne voudrais pas de malentendus entre nous ...
TRACER 700 TABLEAU BORD.jpgBon, pour en revenir à la 700, trois petits bémols quand même :
-perso, je trouve le tableau de bord plutôt "bon marché" : un petit truc totu riquiqui qui diffuse l'info LCD avec un compte-tours barre-graphe pas très lisible, même si le reste des infos est par contre plutôt clair;
-le commodo gauche m'a aussi semblé totu riquiqui au point que je devais le regarder pour pouvoir "clignoter" correctement;
-les couleurs pas folichonnes de la moto : bleu, rouge et noir et c'est tout ! Aucune fantaisie dans l'approche et le détail, du sérieux, trop sérieux ! La MT-07 dont elle est dérivée est bien mieux servie de ce côté-là ...
Pas trop le temps de tortiller avec l'essai suivant dans la foulée.
Reste qu'on a été un peu retardés car j'ai remarqué qu'un bout de métal s'était invité dans le pneu arrière de la 900.
Petit crochet par l'atelier pour constater que le "plantage" était superficiel et qu'on pouvait reprendre le cours des essais !
Là voilà donc, cette fameuse Tracer 900 dont on ne dit que du bien et qui en donne semble-t-il beaucoup pour son argent ...
Cette fois je n'étais pas le dernier sur la sellette. Au passage et puisqu'on est sur le sujet ^^, sachez qu'elle est réglable mais, au plus bas, on est à 845 mm du sol alors qu'on peut monter à 860 mm. Quoi qu'il en soit, elle m'a semblé plus étroite (et plus fine aussi) que celle de la 700 et, au décompte, je n'étais pas moins "à l'aise" sur la plus grosse. Le capitaine devant, sur sa FJR, moi en 2ème place, Pierre sur la 700 juste derrière et puis les autres ...
Pas de vibrations ici, le 3 pattes ne cogne pas, ça sent l'équilibre parfait. Le commodo gauche est plus ergonomique et comporte, à ce que je sache, un bouton qui permet de naviguer dans la partie droite du tableau de bord qui affiche une série d'informations (au choix) dont le rapport engagé de façon beaucoup plus claire que sur ma Tiger soit-dit en passant.
compteur-yamaha-mt09-tracer_hd.jpgReste qu'une fois encore, j'ai trouvé ce tableau plutôt triste et pas spécialement lisible. Le contraste est moins marqué que sur celui de la 700 dont le fond est blanc plutôt que gris souris ici ... Le compte-tours, barre-graphe est tout aussi peu déchiffrable. Ma Freewind de 1999 avait déjà le même avec, s'il-vous-plaît, une zone ROUGE sur le compte-tours qu'on ne retrouve pas ici :-(
Dommage, dommage, car toutes les infos y sont et même plus qu'il n'en faut apparemment !!
Un bout de droit, le capitaine ouvre en grand, j'en fais autant et là on se rend compte effectivement qu'on est dans un autre monde par rapport au sympathique 700 : le 3 pattes épate (et nan, ça ne lui en fait pas quatte ^^) en grimpant allègrement dans les tours et on sent qu'il a de la ressource : on est sur 115 chevaux dois-je le rappeler ? Et encore, la carto était en mode "soft". Y a un gars qui a joué de la manette avant moi sur la 900 et qui m'a dit que ça dépotait grave en mode A ou B, je sais plus. Entre charentaises pourquoi A, B ou Std plutôt que Rain, Road ou Sport, hein ? Bon, il est clair que le proprio aura vite fait de savoir à quoi correspondent ces modes mais pour un essayeur occasionnel, c'est pas pareil !
Oufti, le capitaine a coupé les gaz, je saisis la manette de frein un peu fort et constate qu'au niveau progressivité, ce n'est pas tout-à-fait ça et que ça plonge pas mal. Mais bon, en compensation, le compromis confort/sport semble très bien calibré, sauf peut-être si on pilote façon trappeur, voyez !
Retour à la concession. Court échange d'impressions. Xème tour du propriétaire : le look de cette Tracer ne me convainc qu'à moitié avec une tête de fourche trop acérée laissant trop d'espace avec le garde-boue, une boucle arrière trop droite et relevée, des couleurs improbables et/ou ternes, l'ensemble faisant penser à une espèce de sauterelle. Je vais me faire lyncher si je continue ! Cela dit, elle figure en très bonne place comme compagne future de voyages car c'est un véritable maître-achat, d'une polyvalence rare.
Dans l'immédiat, direction le buffet où nous attendaient un tas de pizzas. J'en ai mangé facile 3 ou 4 quartiers et puis j'ai bu une chope. Petit tour dans le show-room pour quelques photos encore. Puis je suis parti alors que Pierre restait pour essayer une FJR. Je ne sais pas s'il a eu l'occasion de le faire.
Ben voilà encore un compte-rendu de bouclé !
Finalement, entre le bi 700 de 75 chevaux et le tri 900 de 115, le bon compromis ne serait-il pas un 3 pattes 800 cc de 94 chevaux, mmmhhh ? Bon Dieu, mais c'est bien sûr !", j'ai justement ça à la maison !!!

11:23 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

11/05/2017

Tracer ...

2017-05-06 10.52.25.jpgSamedi dernier, c'était "Portes Ouvertes" chez Marchandise Motos à Fontaine-L'Evêque, concessionnaire Yamaha depuis la nuit des temps ...
Voici les photos de ce jour ensoleillé !
Quelques mots sur les réservations et l'organisation de ces portes ouvertes ... en tous points parfaites !!
Les réservations d'abord !
Si on accepte l'idée que "Facebook" n'est pas un monstre à 8 têtes et 16 testicules tentacules, décrié par tous les intellos en manque de reconnaissance (?), on peut dire que le système de réservation mis sur pied par le concessionnaire était excellent.
A partir du moment où vous aviez "liké" sa page, un lien vous permettait de vous inscrire en déclinant votre e-mail, protégé par mot de passe, suite à quoi vous receviez une confirmation qui vous redirigeait vers un tableau comportant en abscisse les modèles à l'essai et en ordonnée les tranches horaires, subdivisées par "trois quarts d'heure" : il suffisait de cocher une ou plusieurs cases, enregistrer son choix et l'envoyer. Suivait un e-mail de confirmation du (ou des) modèle(s) et de la (des) tranche(s) horaire(s) choisis ainsi que des précisions quant au déroulement de la journée. Il était recommandé de se pointer 1/2 heure avant la réservation, d'amener son équipement (pas de prêt de casque, de gants ou de vêtements adaptés). Il était précisé qu'on serait tenus de suivre un guide et de respecter le code de la route. Enfin, le concessionnaire confirmait qu'il ne pouvait être rendu responsable pour "quelques dommages que ce soient qui pourraient survenir".
J'avais prévenu Pierre (Gull) et comme il n'est pas du tout "Fb", je lui ai directement envoyé le lien vers le tableau de réservation.
Au départ j'avais juste choisi d'essayer la 700. Puis Pierre m'a envoyé un e-mail dans lequel il m'apprenait qu'il avait réservé la 900 à 10h00 ... et la 700 à 11h30. Du coup, alors que j'essayais la 700 à 10h45, je me suis dit que ça serait marrant que, pendant qu'il roulerait sur la 700, j'en fasse autant avec la 900, en même temps voyez ?
Evidemment je redoutais la hauteur de selle, de la 700 comme de la 900 d'ailleurs, car l'une culmine à 835 mm et l'autre à un inaccessible 845 mm !!! Je m'étais de toute façon convaincu que je verrais sur place et qu'il serait toujours possible de me dégonfler ou de me faire plus petit que jamais ;-)
J'en étais même venu à souhaiter qu'il pleuve entre 10h00 et 12h00 pour avoir une espèce de sorte d'excuse pour me défiler : pff pff pff, quel preux chevalier je fais, hein !?!
A 10 heures je prenais la route et j'étais au 142 de la Rue de l'Enseignement à Fontaine-L'Evêque à 10h15, soit pile une demi-heure avant le premier essai. Cette demi-heure m'a notamment permis de grimper sur une 900 qui appartenait à une sympathique motarde. Même si elle avait fait refaire l'assise chez un sellier de Montigny-le-Tilleul, cela m'a conforté dans l'idée de signer au bas du second document pour l'essai de la 900. Faut dire qu'elle a bien vendu le produit : elle m'a dit que c'est elle qui avait rodé la 700 et que, si elle était bien vive, avec la 900 on était "dans un autre monde".
Ok, ok, on va y aller !
Le groupe parti à 10 heures était de retour et ça allait être mon tour !!
A suivre ...

23:25 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

Lettres de noblesse ...

Il semblerait que Royal Enfield soit intéressé par Ducati ...
Voyez l'article à ce sujet.
Alors ... bientôt ... une Royal Duc

14:58 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

09/05/2017

Neyla's day !!

Deux boucles étaient prévues ce jour-là.
La boucle longue dessinée le matin avec ses 155 kilomètres entre Courrière et Sart-Custinne avec, en point d'orgue, le repas au Domaine de Boiron. Pour le même prix et si le soleil avait été au rendez-vous, on aurait pu manger dehors, en terrasse, au bord du lac ...
A la réflexion, ç'aurait été compliqué avec la formule buffet, froid, chaud et ... tiède ! Sans compter la pièce toute dévolue au vestiaire et croyez-moi, quand une quarantaine de motard(e)s se dépiautent, même sans aller au bout du geste comme dans 'The Full Monty", ça prend de la place entre les casques, les gants, les cuirs et les gore-tex ainsi que les survêtements de pluie pour les plus frileux ...
Il était près de 15h15 quand on a levé le camp parmi les tous derniers bien évidemment et on a retrouvé tous nos effets dans le "joyeux bordel" qu'était devenu le vestiaire, justement : boucle de 99 km avec Naninne et la Brasserie 830 comme objectif.
Plus prompts au départ que Gull qui démarre souvent façon "diesel", alors que Didier prend la roue sans retard et sans se laisser décramponner, c'est à deux qu'on a roulé tout le reste de l'après-midi.
On est passés par Patignies, Vencimont, Bourseigne-Vieille et Neuve, Felenne, Flohimont, Fromelenne et juste à la sortie de Givet, Didier m'a dépassé et avant de tourner sur Dinant, au T, WP 20 du R-B, il a pris à gauche pour faire le plein à la petite station Total du coin. Il y avait là 4 ou 5 motards dont une machine immatriculée en Espagne : ça voyage aussi du sud au nord, faut pas croire, tout le monde ne voit pas le nooooord comme Galabru dans les ch'tis ;-))
DSC04648.JPGOn a vu passer Pierre qui ne nous a pas vus, lui, et qui a poursuivi sa route. Il nous avait prévenus qu'il n'irait pas au bout du road-book, il m'a d'ailleurs donné son ticket boisson de fin de parcours, et qu'il s'arrêterait à Maredsous.
Avec Didier, on a finalement convenu de ne pas aller au bout non plus et si on a continué sur Agimont puis Gochenée et Morville, au WP 32, plutôt que de continuer sur Falaën, Salet et Ainsi-de-Suite, on est partis sur Ermeton-sur-Biert et quand j'ai plongé à gauche sur Biesmerée, Didier m'a d'abord suivi avant de se rendre compte que ce n'était pas sa route et qu'il a fait demi-tour pour poursuivre sur Saint-Gérard et Fosses et Etcetera ...
Je m'apprêtais à continuer sur Biesme pour voir si ma Dulcinée était chez belle-maman mais je me suis rappelé qu'il y avait un meeting sur le Circuit de Mettet avec "Classic Twenty-one" une radio nationale ...
J'ai donc planté la Tiger sur le parking "Visiteurs" et j'ai fait les quelques hectomètres à pied pour approcher l'esplanade et le circuit. Au hasard de mes pas, j'ai vu le box de Xavier SIMEON, celui du petit Barry BALTUS, un prodige d'à peine 12 ans qui pourrait porter haut nos couleurs s'il trouve les bonnes personnes et les bons sponsors sur sa route, ainsi que la bonne fortune car le talent ne suffit pas toujours à percer, j'en sais quelque chose ;-)))))))))))))))
Plus loin, j'ai vu un petit attroupement vers lequel je me suis tout naturellement dirigé et là j'ai vu cette GSX-R 1000 qui n'était plus qu'une G S X - R 1.0 ... en décomposition : le carénage était en miettes, la boucle arrière arrachée, des fils électriques pendouillaient de partout et le gars qui m'a expliqué ce qui lui était arrivé, avait l'avant bras droit bandé.
En fait, comme souvent, on a le gars devant soi qui loupe sa traj', on voit l'ouverture dans laquelle on est tenté de plonger et puis ... le gars reprend la corde et ... là ... on croise les doigts, on croise les skis, on ferme les yeux et ... comme c'est la "technique du regard" qui fait le reste ... on se vautre !! Voilà qui donne un peu froid dans le dos et moi de penser directement à la sortie du 2 juillet avec la Fédémot sur ce même circuit, et de me demander au final "Est-ce bien raisonnable pour un gars de 60 balais qui roule en trail ?"
Ouais, mais nan, faut arrêter de se poser ce genre de question car, à ce train là, qui n'est pas un train de sénateur ah ah ah, on ne vit plus ... or la moto, c'est vital !!

Voila une belle façon de boucler l'article, n'est-il pas ?

21:56 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : neyla's day 2017 |  Facebook

05/05/2017

Neyla's Day !!!

DSC04623.JPGVoici les photos de la deuxième édition de cette sortie dédiée à Neyla, une jeune motarde partie bien trop tôt, emportée par la maladie, qui avait pris l'habitude de participer aux stages et aux voyages organisés par Cap et Europa Moto ...
Ce "départ" aussi inattendu qu'injuste a convaincu Paul de faire quelque chose pour cette sympathique jeune dame.
Et beaucoup ont répondu présent lorsqu'il a lancé ce "Neyla's Day".
Il l'a voulu particulier ce rendez-vous, en mettant LES MOTARDES à l'honneur, et en les encadrant comme un père ou un grand-père jaloux entoureraient ses filles adorées ...
Il était là le papy, affairé derrière son portable, à charger les road-books sur les divers GPS des nombreux participants.
Il était flanqué de Noëlle qui était à la manoeuvre pour les inscriptions mais "pas que" puisque, sauf erreur, elle s'est occupée du tracé des deux boucles et je pense même qu'elle a été les reconnaître. Elle était là aussi pour mener le groupe des motardes avec une autre capitaine de route expérimentée pour fermer le convoi. Si l'an dernier nous avions eu un buff de couleur orange (couleur préférée de Neyla) en cadeau, cette fois, c'était un bout de tissu de la même couleur pour nettoyer les visières : bien vu et merci à Sacha qui est à l'origine de cette idée.
Finalement, comme Pierre l'avait fait, et Didier l'a décidé sur place, j'ai opté pour la formule "all inclusive" avec petit-déjeuner, repas du midi et verre de fin de parcours, le tout pour 30 € road-books compris bien entendu !! On a invité Henri à faire de même mais apparemment le budget n'avait pas été voté ...
J'avais pris mon petit-déjeuner à la maison, j'en ai pris un second à la Boulangerie Pierson de Courrière : on a que le bien qu'on se fait et la cellulite qu'on mérite, n'est-ce pas mesdames !
Suis parti devant. Je devais faire le plein et il y avait tellement de stations services à droite que passé le premier rond-point, j'ai coupé la ligne blanche pour tanker à gauche, chez Lukoi : pas très malin, j'en conviens d'autant que j'avais encore une belle autonomie. Dans la manoeuvre, on a provisoirement perdu Pierre qui suivait de trop loin. C'est Henri qui a pris la tête du convoi au sortir de la station.
Wierde, Dave, Lustin, Profondeville, Rivière, Arbre, Saint-Gérard, on rattrape quelques autres motards et Henri se lance dans les dépassements alors que Pierre, lui, qu'on avait rattrapé et qu'Henri avait dépassé, reste sagement derrière ce petit groupe. Du coup on a perdu Henri !
Denée, Ermeton-Sur-Biert, Furnaux, Biesmerée, Stave, Rosée, Soulme, Surice, Romedenne, Romerée, Matagne-la-Grande, Vierves-sur-Viroin, Olloy-sur-Viroin, Pierre s'arrête et demande si on boit un coup. Il est pas loin de midi. On a encore de la route Tatayet, or on nous attend au resto, voyez. Du coup, je conseille qu'on poursuive et j'entends Gull grommeler dans son casque. C'est vrai qu'il fait soif mais si on s'arrête, combien de temps ça va prendre, hein ?
Fumay (et pas Buvay, puisqu'on s'est pas arrêtés, faut suiv' aussi !!), Haybes, Hargnies, Monthermé, Bohan, Membre, Petit Fays, Bellefontaine, Houdremont, Gedinne, ... Ben non, Gedinne pas ! Mr Pierre quitte le road-book alors qu'on est à un jet de Saint-Honoré du resto et se perd dans des petites routes, très étroites qui s'enfoncent dans une forêt de plus en plus hostile ;-)
Je commence à bouillir dans le casque pendant que l'heure tourne et que mon estomac se rappelle à mon bon souvenir.
Comme la carotte au bout du bâton, c'est la Tour du Millenaire qui s'offre à nos regards et se dresse devant nous, au bout du chemin.
Comme t'as pas voulu qu'on s'arrête pour boire un coup, tu vas monter là-haut et nous ramener 3 chopes !"
Quand je vous le disais qu'il avait soif, le Gull !!
Avec ce détour par la tour on a, à l'aise, perdu encore une demi-heure et on est arrivés au restaurant les derniers vers 13h40, au point qu'il n'a pas été facile de nous caser et qu'on s'est incrustés à une table de 4 où on s'est donc retrouvés à 5, comme les trois mousquetaires ...
Entre charentaises, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands en réservant le restaurant du Domaine de Boiron, qui vaut assurément le détour et qui, pour 20 €, nous en a donné pour notre argent, voire plus si affinités !!
Queue au buffet pour l'entrée, froide ou chaude au choix.
Re-queue pour le plat ...
On a parlé de l'entretien des 20.000 km de la K1200 GT de l'ami Pierre : une véritable saga avec non moins de 4 devis différents mais je ne vais pas m'étendre là-dessus, il la raconterait bien mieux que moi. Faut dire qu'une moto qui a 10 ans et 20.000 km, ça rentre pas dans les cases, les tablettes et les plannings des constructeurs, voyez ? Les entretiens étant souvent "forfaitaires", il est compliqué de sortir de ces forfaits !!
On a aussi parlé de l'ex-concessionnaire Yamaha de l'ami Didier : le repreneur n'a pas pu devenir un "officiel" pour de sombres raisons que seul le constructeur pourrait donner. Proximité ? Numerus clausus ?? Potentiel de vente ??? Quoi qu'il en soit, voilà le nouveau exploitant contraint à se limiter aux entretiens et à la vente de japonaises d'occasion.
Il a toutefois ajouté une corde à son arc en devenant dealer officiel de la marque INDIAN
indian scout.jpgEt c'est pendant qu'on parlait de la Scout, modèle que Didier aura probablement l'occasion d'essayer lors du prochain entretien de la TDM, que le garçon est arrivé, sans prévenir, furtivement, à pas de loup et en catimini, le plateau chargé de deux cafés et d'un pichet de vin, plateau que j'ai renversé d'un grand geste théâtral. Que voulez-vous : un italien, ça parle aussi avec les mains et si j'ai la jambe courte, j'ai le bras long et ... bardaf, c'est l'embardée !! Confus, je fus et prêt à payer les consommations mais on m'a convaincu que c'était autant ma faute que celle du serveur qui, à partir de là, a mis des manches à mon égard en me contournant largement ;-)
Entre le plat et le dessert, Sacha a fait un court discours qu'on a tous applaudi.

A suivre ...

PS : pour vous faire "patienter", voici l'essai de la Scout dans sa version 1133 cm3 et 100 chevaux. Il existe une "sixty", plus dépouillée et moins puissante également ...

22:44 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : neyla's day 2017 |  Facebook

CAP MOTO : stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers, V : épilogue !!

screen Merlemont.jpg
Dans épilogue il y a "happy" et "log" mais tout n'a pas toujours une fin heureuse, vous l'allez voir tout à l'heure ...

Et oui, parce que, pendant que je filais tout droit sans jeter un regard en arrière, Pierre, lui, a continué son petit bonhomme de chemin en empruntant les méandres dessinés par le road-book en passant par Nimy, Dourbes, Villers-en-Fagne, Merlemont, Villers-le-Gambon, Vodecée et Florennes où il s'arrêta pour boire un coup (sans doute) et attendre les autres pour le partager (certainement). Mais, le problème, c'est qu'il est resté là une bonne demi-heure et que, tel Frère Pierre, cousin de Soeur Anne, il n'a rien vu venir. Considérant qu'ils avaient entre temps modifié leur route, il est finalement rentré chez lui.
Ce n'est qu'un peu avant 19 heures que nous avons reçu un e-mail de Jean-Marc qui avait pris la route avec eux au départ de Couvin, vu qu'ils remontaient tous vers le Brabant Wallon et Bruxelles. Voici l'email de J-M qu'il a complété ensuite avec la photo qui sert d'enluminure à la présente note :

A déplorer cet aprèm, un petit accident de la Bmw F800 dans une petite boucle très serrée à droite avant Florennes. il y un mur en belles pierres du pays à l'extérieur opposé de la boucle qui lui faisait de l'oeil et la pilote n'a pas pu refréner son irrésistible envie de s'y frotter..
Patatras!, en moins de deux Madame s'est retrouvée la jambe coincée sous la moto.[...] on l'a dégagée, le luxembourgeois (NDLR : frère de Philippe P.) et moi ainsi qu'un voisin compatissant. Madame x (NDLR : Virginie en fait, épouse de Philippe P.) aura moins souffert que la belle (moto) dont la bulle et le cadran sont out ainsi que la poignée de frein. Finalement, elles (belle & X) ont repris la route tant mal que bien. Pas facile pour la dame qui se prenait désormais tout le vent glacial et les grêlons- en pleine poire. [...] Je les ai quittés à l'approche de Gembloux . Welcome at home à 16h10

Pour être précis, outre la photo, J-M nous a envoyé les coordonnées exactes du lieu où s'est produit l'incident :

suivant la trace46 de mon tripy, l'accident a eu lieu à Merlemont, Rue du Baron Nothomb (printscreen de la boucle en question ci-joint - voir photo) : latitude N 50°10'20.62191 - long. E 4°36'16.48197

Comme quoi, hein, la route reste définitivement plus dangereuse que le circuit : ça pourrait, quelque part, être la morale de cette histoire !
Philippe, si tu nous lis, des nouvelles des belles nous agréeraient !!

13:26 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017 |  Facebook

01/05/2017

CAP MOTO : Stage de "Remise en Forme" sur le Circuit des Ecuyers ... IV

DSC04604.JPG... LE RETOUR !!
On commence par les images du jour.
Entre charentaises, encore une nuit courte perturbée par un excès de boissons alcoolisées : va falloir que je ménage ma pompe à proton et/ou que je l'inhibe !!
Ce matin là, mardi 25 avril 7h00, au travers des Velux, le ciel était gris, les nuages ayant pris le dessus ou les devants suivant la position qu'on occupe ...
Petit-déjeuner en tête à tête avec Sarah ... et quelques autres. Une fois encore, j'ai essayé de me montrer raisonnable : deux bouts de baguette, deux tranches de jambon, un bout de fromage blanc et un mug de café et ... point barre. Sain et léger, comme ceux de Jane Birkin, pffffff !
La veille on avait plus ou moins convenu de rentrer en compagnie de Virginie, Philippe et son frère Michel, Georges le kiné ainsi que de Sarah et son père, même si elle avait prévenu qu'elle roulerait pépère.
Au final, le moment venu, la pluie s'étant invitée au départ et l'enfilage des combis plastiques s'imposant comme une évidence, nous étions prêts bien avant eux de sorte que nous sommes partis comme les trois mousquetaires : on voyage plus léger à trois plutôt qu'à 8 ou 10, la logistique est bien plus simple et il est plus facile de se caser dans un restaurant et/ou un bistrot !
Bleu,Vert,Rouge, Gris : et donc, le gris c'est la couleur du jour car il pleut ce matin du mardi 26 avril : le positif c'est qu'on aura pas emporté les plastiques pour rien !!
Gouverner c'est prévoir et rouler au sec, c'est pareil !!
Une fois encore, j'ai listé les patelins qu'on a traversés, les voici, les voilà, dans l'ordre d'apparition : Hautvillers, Nanteuil-la-Forêt, Vrigny, Gueux, Châlons-sur-Vesle et Chenay où j'ai marqué l'arrêt devant le monument en hommage à la Résistance Française. On y avait une vue panoramique sur les environs avec un viticulteur qui bichonnait ses ceps et pas ses cèpes qui est l'affaire du myciculteur, comme quoi un "e" muet et un accent grave, ça vous change le monde : vous imaginez la Champagne championne du champignon ?
On a vu passer Philippe, Virginie, Michel et Georges qui ont continué leur chemin jusqu'à ce qu'on les rattrape et ... qu'ils s'arrêtent à leur tour !
On a poursuivi notre route en les snobant ;-) via Courcy, Fresne-lès-Reims, Sault-Saint-Rémy, Saint-Loup-en-Champagne, Avançon, Château-Porcien, Condé-lès-Harpy, Chaumont-Porcien, Rocquigny, Saint-Jean-aux-Bois, Marlemont, Flaignes-Havys et Maubert-Fontaine, WP 43 où, telle une oasis miraculeuse dans un désert aride, sous nos yeux ébahis et assoiffés, est apparu un bistrot providentiel, le "Bar National" qu'il s'appellait. Au lieu de tourner à droite comme l'intimait le Tripy, j'ai filé tout droit et planté la Tiger devant l'estaminet, suivi par Pierre et Jean-Marc. Il faisait soleil et même si les températures restaient largement en dessous des normales saisonnières, je décidai d'enlever les plastiques alors que mes acolytes hésitaient.
On est entré, on a passé commande et, chacun à son tour, on a défilé aux toilettes avant de s'installer.
Nous avons été rejoints quelques minutes plus tard par les 4 précités et c'est finalement Michel qui a gentiment payé la tournée alors que je m'apprêtais psychologiquement à le faire :-)
On a discuté le coup et on a convenu de s'arrêter pour manger un morceau à Couvin qui n'était qu'à 25 bornes environ.
En d'autres temps et sans cette belle compagnie, j'avoue que j'aurais foncé tout droit et que je serais rentré à ma maison ;-)
Rouilly, Régniowez, Cul-des-Sarts, Bruly-de-Pesche et arrivée à Couvin où il ne restait plus qu'à choisir le restaurant car il y en a 2 ou 3 sur la place. C'est finalement à "La Ruche" qu'on a mangé et ... s'il n'y avait pas d'abeilles à l'horizon, il y avait des fourmis qui ont envahi mon casque que j'avais posé dans un coin sur l'appui de fenêtre.
Tout le monde a pris des boulettes/frites sauf Jean-Marc et moi qui avons opté pour une salade thaïlandaise me semble-t-il qui ne nous aura pas laissé un souvenir "imputrescible" surtout à Jean-Marc qui, en sortant de l'établissement, s'est retourné pour vérifier l'enseigne et ne plus y revenir.
Avec Pierre on a embrayé sur la N5 et comme il traînait bizarrement, je l'ai dépassé, me suis calé à 126 km/h au compteur et j'ai filé tout droit jusqu'à la maison. Ce n'est qu'après que j'ai ... réfléchi. Ben ouais, je suis comme ça moi : je fonce et puis je réfléchi !! Je me suis dit, après coup, que j'aurais dû suivre gentiment Pierre et qu'on aurait pu aller boire le dernier en suivant le road-book jusqu'à Spy par exemple plutôt que de rentrer, bêtement, à 14h30 à la maison ...

A suivre pour l'épilogue !!

22:14 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017 |  Facebook

29/04/2017

CAP MOTO : stage de "Remise en forme" sur le Circuit des Ecuyers ... III

DSC04582.JPGLundi, 24 avril, 6h15 : on l'a pas fait sonner un chouia trop tôt ce put... de bor... de mer... de réveil de mes deux ... aiguilles !!
Quand j'vais bosser, il sonne une bonne heure plus tard, ouais une Trrrrrrès Bonne heure plus tarrrrrrrrd et là ...
Je le sens pas !
Faut vraiment y aller ?
Bah, on va commencer par prendre le p'tit déj, cool, et puis, pareil, on fera les 46 kilomètres 918 mètres qui nous séparent du circuit, cool, en respectant tous les panneaux, limitations, agglomérations, circonspection, concentration, le pétage de plomb ça sera pour plus tard ... ou pas ;-)
Petit-déjeuner avec l'incontournable Philippe (le véto couché tard) ainsi qu'avec Philippe-Le-Grand qui adore que je le cite dans mon blog ;-) et la délicieuse Virginie, son épouse, sans oublier aussi Sarah et son papa, la gamine ^^ (HONDA CBf 600) appréhendant le moment car elle est tombée l'an dernier. Entre charentaises, Virginie (BMW 800 R) était tombée également sur le circuit mais l'année d'avant.
Finalement, ces demoiselles et ces dames y vont fort en piste, n'est-il pas ? Chaudes-boulettes les nénettes, hein ??
Bon, bon ...
Après quelques bornes pour sortir du centre commercial et du centre ville, on a embrayé sur les N51 et N3, toutes deux surnommées "Route historique du Patrimoine Québecquois", chose que je découvre avec vous, en visionnant la carte qui accompagne le road-book sur le logiciel "Road Tracer" livré avec le Tripy. Je n'ai vu ni caribous, ni murs de neige, ni tabernacles, ni Charlebois, ni Céline et René-Charles, ni érables (quoi que ?) sur le bord de la route et ... finalement je ne demande pas mieux qu'on m'explique cette "curiosité" géographico-historico-exotique.
La N3 était bien chargée ce matin-là, notamment en camions plus ou moins longs et plus ou moins dans le rythme, et dans ces cas-là, il ne m'en faut pas beaucoup pour me "chauffer". A ce petit jeu, seul Jean-Marc est resté dans ma roue mais peut-être était-ce parce qu'il n'avait pas pris son Tripy. Il devait l'économiser parce qu'il avait oublié le câble pour le recharger ...
Mareuil-le-Pont, Troissy, Vincelles, Trelou-sur-Marne, Courthiézy et Varennes puis, droite sur la D330, gauche sur la D3, re-gauche sur la D4 jusque Mont-Saint-Père, petite prière et petit signe de croix, le circuit n'étant plus qu'à 4 bornes (le père, le fils et le saint, Esprit !), puis D85, Route de Beuvardes et arrivée dans le Saint du Saint, le paddock des Ecuyers !!
ROUGE, impair et passe : les jeux sont faits, rien ne va plus !!
Et oui, on était à peine arrivés, on avait échangé quelques boutades ou autres avec l'un ou l'autre et puis, chacun à son tour, on s'est dirigés vers Ambie, le Maître des Couleurs, qui m'a tendu un bout de papier autocollant rouge. J'ai hésité à le prendre, je lui ai fait part de cette hésitation, il m'a demandé si je voulais "revenir en arrière" et j'ai finalement répondu : "Bah, on va essayer d'assumer !!"
Pendant que les verts et les bleus se partageaient la boucle de 1.2 km du circuit, nous avons utilisé l'autre boucle, longue de 2.3 km, deux runs au cours desquels je me suis fait déposer par presque tous les autres rouges, plus vifs que moi, et pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayé de tenir le rythme : la Tiger raclait de partout, un coup à gauche, un coup à droite et même qu'au deuxième run, entre "Les Chicanes" et le "Grand gauche sans fin", je sais pas si c'est la latérale ou la centrale qui a frotté, mais la moto s'est soulevée pour faire un écart d'au moins 15-20 centimètres, provoquant immédiatement un lâcher de gaz et une frayeur ... qui n'a duré que le temps d'arriver au "Grand gauche" où j'ai repris mes esprits mais en assouplissant le poignet droit, voyez ?
Quand on est arrivés au paddock, un des monos qui roulait sur une YAMAHA MT-03 (un 300cc de 44 chevaux SVP !), et qui avait tourné avec nous en suivant l'un ou l'autre a dit : "Ce n'est pas catastrophique, le rythme n'est pas mauvais, ça va, ça va MAIS, toi, toi (moi quoi !) et toi, si vous continuez comme ça, c'est la gamelle assurée cet après-midi, les gars !! C'est pas la machine qu'il faut incliner, faut bouger le haut et le bas du corps !!!. Pas le temps de se concentrer là-dessus qu'on échange les pistes : les verts et les bleus sur la boucle longue et les rouges sur le tourniquet de 1.2 km.
Attention, il est beaucoup plus rapide, le tourniquet donc ... faites bien gaffe !!
Et là, si presque tous les rouges m'avaient déposés sur la "boucle moyenne", ici ils m'ont tous dépassé.
Franchement les gars, merde quoi ! Un peu de respect pour les rouges pâles que diable !! Faut pas se jeter ainsi à gauche, à droite et pourquoi pas par-dessus ?? Même Philippe qui étrennait sa Tracer 900 "pelle à tarte" pour la première fois et Olivier qui n'était pas peu fier de sa Z 1000 avec les durites aviation et le reste, m'ont fait l'intérieur ou l'extérieur ou les deux, j'sais plus. J'étais à deux doigts (d'honneur) de rentrer chez moi en pleurant et en pestant comme un enfant qu'on lui a piqué son jouet ou un adulte à l'ego piétiné, voyez ??
Cela dit, j'ai quelques excuses, jugez plutôt :
-déjà, la Tiger, toute vaillante qu'elle soit, n'a "que" 94 valeureux chevaux à côté de machines ... rouges ou pas qui en avançaient 115, 125, voire 150 et ça, dans la ligne droite, ça compte;
-lors de l'entretien des 60.000 km, mon concess m'avait dit qu'il fallait surveiller les plaquettes avants et qu'il faudrait les changer dans +/- 3.000 kilomètres. Et là on y était presque, du coup j'osais pas trop ouvrir pour après plonger sur les freins alors que les plaquettes étaient au bout du rouleau, voyez ? Ah ah, l'excuse de la loose qui perd ;-)
Ouais ben, en attendant, sans chevaux et chanfrein (comme on dit chez les limeurs de béquilles ^^), ça le fait qu'à moitié ...
Bon, trêve de considérations à la "mord-moi le disque", c'est l'heure de becqueter et là, j'ai pas beaucoup de concurrence !!
Entre 12h00 et 14h00, silence radio : 120 minutes de silence en mémoire aux riverains qui, entre nous, ne doivent pas être nombreux tant la surface dévolue au circuit et à ses dégagements est conséquente et tant les environs semblent déserts ...
La Loi c'est la Loi, personne ne s'en plaindra et, finalement, le temps est vite passé.
A souligner, la quantité et la variété des sandwiches, leur fraîcheur, idem pour les oeufs, les crudités, les boissons fraîches et chaudes, les fruits frais, franchement rien à dire : plus simple à préparer qu'un BBQ géant et finalement plus sain et plus léger !!
Il est déjà 14 heures et on est plus ou moins tous prêts à répondre à l'appel de la piste. Presque tous car Pierre a de plus en plus mal au dos et, si je ne me trompe pas, il a fait l'impasse sur tous les runs de l'après-midi et je pense que d'autres aussi ont renoncé pour l'une ou l'autre raison, bonne ou mauvaise, en tout cas qui ne regarde qu'eux.
Différence notable et de taille par rapport au matin, on profite chacun à son tour de toute la longueur du circuit : on additionne les 2,3 au kilomètre 200 pour un total, bonjour le calcul mental, de 3,5 bornes si je ne me trompe pas.
Et croyez-moi, ça change la donne. On met au moins un run complet à reprendre ses marques car, si chacun des virages reste "familier", c'est leur succession et leur enchaînement qui ... déroute : on croit qu'on peut ouvrir en grand mais on arrive dans l'épingle, on coupe les gaz alors qu'on a encore 300 bons mètres de ligne droite. On se rend compte que ce circuit, mine de rien, est vachement technique et que sans les cônes, il y a quelques virages qu'on serait bien en peine de négocier correctement. Je pense aussi au "pif-paf" qu'on ne devine justement que grâce aux cônes !!
Tout l'après-midi j'ai essayé de faire abstraction des autres rouges, définitivement plus rapides que moi. Je me suis plutôt appliqué au mieux pour travailler les trajectoires en essayant d'éviter de frotter les cale-pieds et ce n'est que lorsque j'essayais désespérément de suivre un autre motard que je gaffais et me loupais. Il y en a 4 ou 5 qui se sont tirés la bourre et, si je suis sûr que ça doit être excitant, ça doit aussi être relativement dangereux et sans doute qu'on est amené à faire un peu n'importe quoi ... Bah, on remettra ça à une autre fois quand j'aurai gagné du gallon et quelques chevaux ;-)
Le dernier run "normal" terminé à 17h20, je rentre en léger décalé par rapport aux autres furieux et j'entends Philippe qui dit que tous ceux qui le veulent, toutes couleurs confondues, peuvent repartir "direk" pour une dernière salve.
Hélas, je suis en réserve depuis pas mal de tours déjà et je crains la panne sèche : c'est qu'à ces rythmes endiablés, la Tiger descend près de 7 litres au cent je pense ... Mais Philippe, encore lui, me dit qu'Olivier a amené un gros bidon d'essence avec lui (il est venu en camionnette le matin même) et que je n'ai qu'à lui demander. J'hésite. Je pourrais très bien en rester là, raisonnablement, non ? Mais le petit diable ne l'entend pas de cette oreille. Je fonce jusqu'à la camionnette et, sans trop oser, ajoute un ou deux litres tout au plus. Je remonte sur la piste et profite des derniers tours de cet excitant circuit jusqu'au dernier moment, merci Olivier, merci tous mes sponsors et tout le team du staff ;-)
Merci maman, merci papa !! Tous les ans, on voudrait qu'ça r'commence, oukaidi, ouikaida !!
Avec Pierre et Jean-Marc on ne s'est pas éternisés et, juste le temps de récupérer le top-case, qu'on prenait la route du retour vers l'hôtel. A une intersection, je me suis porté à la hauteur de Pierre (il mesure pourtant 30 centimètres de plus que moi !) et je lui ai demandé qu'on s'arrête pour faire quelques photos des vignobles environnants. Passe devant ! qu'il m'a dit, ce que j'ai fait sans sourciller. Un peu plus loin, on a planté les béquilles et complété l'album. Ils sont repartis un peu avant moi qui ai pris mon temps pour profiter du panorama et du silence qui régnait là.
Je les ai rejoint un peu avant l'hôtel et, contrairement à eux, j'ai fait le plein à la Station Leclercq du centre commercial en même temps que Marc et Alain sur FJR et Multistrada.
Le soir, au bar, le patron était de retour : un gars extrêmement jovial qui nous a fait des prix sur les consos et qui a fait tourner du saucisson dans les rangs ...
A table, comme la veille, excellente ambiance, nourriture de très bonne facture et vins de toutes les couleurs, une fois encore.
Rideau sur un deuxième jour parfait en tous points, point !
Y a plus qu'à dormir en espérant que la météo sera avec nous car les prévisions ne sont pas bonnes pour le lendemain ...

21:23 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017 |  Facebook

28/04/2017

CAP MOTO : stage de "Remise en forme" sur le Circuit des Ecuyers ... II

DSC04555.JPGOn quitte la Chartreuse du Mont-Dieu et 10.744 mètres plus tard, on rejoint les rives du Lac de Bairon.
Le restaurant "Le Panoramic" est ouvert et on s'installe en terrasse.
En cherchant des renseignements sur cet établissement, je suis tombé sur un fait divers qui remonte à 2013 et qui avait vu les gérants (mère et fils) condamnés à 6 mois de prison avec sursis pour travail au noir (9 personnes sans contrat de travail) et détention/utilisation de denrées alimentaires périmées (viande, boudin, yaourt, ...) avec 44 x 50 € d'amende par produit avarié !
Bon, si j'ai trouvé un goût "étrange" à mon américain (steak tartare Outre-Quiévrain) ce n'est pas pour cette raison. D'ailleurs, Pierre qui a pris la même chose n'a rien trouvé à redire et Jean-Marc, qui ne mange plus de viande, a fait l'effort de le goûter et n'a rien relevé non plus. Il y avait sans doute juste un assaisonnement "exotique" par rapport à mes habitudes, toutes simples !!
En milieu de repas, un groupe de joyeux quinquas, sexas, voire septuagénaires, s'est mis à jouer quelques compositions de son cru ainsi que l'un ou l'autre standard français. J'ai essayé de faire un petit film mais n'y suis jamais parvenu, j'en reviens toujours pas d'ailleurs !! Comme souvent, j'ai ponctué le repas par un café serré, pour éviter de m'endormir au guidon pendant la digestion, encore un effet secondaire de l'âge qui avance sans se préoccuper du temps qui passe : ah ah, encore une phrase qui dit bien ce qu'elle veut dire, c'est-à-dire rien ;-)
On est repartis, toujours dans le même ordre et on n'a pas coupé le road-book qu'on a donc respecté au pictogramme près.
Comme d'habitude, les traceurs se sont évertués à emprunter des toutes petites routes mais contrairement à notre pauvre pays, les routes françaises, même les plus reculées, restent tout-à-fait roulantes. D'ailleurs, c'est symptomatique : juste avant la frontière, on était secoués comme des pruniers sur des tronçons pourris et puis est apparu le panneau "France" et tout est rentré dans l'ordre : Vive la France !! Bon, on est un peu secoué, c'est pas non plus le billard, mais ... les boules et la queue restent en place et ne sont pas envahies par les fourmis ;-)
Le Chesne, Tannay, Les Petites Armoises, Belleville et Châtillon-sur-Bar puis Boult-au-Bois, Thénorgues, Champigneulle, Saint-Juvin, Cornay, Autry, Bouconville, Séchault, Ardeuil et Montfauxelles. On est passés devant l'ossuaire de Navarin sans marquer l'arrêt et on a continué, sans désemparer, sur Saint-Hilaire, Mourmelon-le-Grand et -le-Petit, Ambonnay (dont on dit qu'il faut ABSOLUMENT le voir "by night", Ambonnay de Nuit, voyez ?
Ouais, bon, on peut pas toujours être au top, genre "Ambonnay due forme" ou en "Ambonnay H" ce qui prouverait par contre la pleine forme ^^
A partir d'un moment, on s'est mis à chercher après un bistrot mais les villages qui se succédaient à cadence régulière n'en comportaient pas. A quelques encablures de l'arrivée, Pierre m'a doublé et s'est engagé dans le parking d'une station-service. Ce n'était pas pour faire le plein mais plutôt pour faire le vide, voyez ? On s'est soulagés derrière une haie et, tant qu'à faire, j'ai proposé qu'on fasse l'appoint d'essence. On n'était plus qu'à une douzaine de bornes de l'hôtel et je trouvais logique qu'on ne s'arrête pas à nouveau alors qu'on avait ce qu'il fallait, là, sous la main !
On est arrivés à l'hôtel à 18h30 environ : chambre 44, 3ème étage (sans ascenseur), un grand et un petit lit. Vu nos gabarits respectifs, l'affaire était pliée. Et bien non : Pierre a besoin de brancher son "respirateur" et, faute de rallonge suffisante, il a dû prendre le petit. En même temps, petit ou grand, la longueur est la même, non ?
On est descendu au bar et, bonne surprise, il y avait de bonnes bières à la carte : des Rochefort et de la Chouffe entre autres.
On s'est retrouvé sur la terrasse et on a discuté avec 3 motards qui venaient de l'autre côté de la frontière linguistique mais qui s'exprimaient presque parfaitement en français, en tout cas, autrement mieux que moi qui baragouine quelques mots en néerlandais ... mais avec un très bon accent !!
A table, je me suis retrouvé avec l'ineffable Philippe (le véto de l'an dernier - YAMAHA 1200 Ténéré - que j'ai retrouvé lors de la sortie "Offrez-moi la lune") et d'autres. La formule buffet d'entrées, plat à table et buffet de desserts était de mise, comme l'an dernier, et on a pu se féliciter de la qualité de l'offre. Les vins (blanc, rosé et rouge) étaient également compris dans la demi-pension. En fin de soirée, c'est BOB qui a essayé de prendre la parole mais il a eu un peu de mal à s'imposer : n'est pas Pierre-Yves qui veut. Reste qu'il n'y avait pas grand chose à dire si ce n'est insister sur l'heure d'arrivée au circuit.
Sachant qu'il y avait un peu moins de 47 kms à faire et qu'il fallait bien entendu déjeuner, on a convenu de faire retentir le clairon à 6h15, mazette !! Que suis-je venu faire dans cette galère !?!
En plus, avec les Chouffe et les vins de toutes les couleurs que j'ai descendus sans compter, je n'en menais pas large quand je me suis réveillé à 2h30 mais, heureusement, l'Alka Seltzer que j'ai bu m'a permis de replonger dans le sommeil du juste, juste ce qu'il fallait !
Pour compenser tout ce blabla ... INDIGESTE finalement, voici en cadeau les photos du deuxième jour .
On en reparle !!!

22:19 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecuyers 2017 |  Facebook

25/04/2017

CAP MOTO : stage de "Remise en forme" sur le Circuit des Ecuyers ...

Pour celles, très nombreuses ^^, et ceux (m'en fous) qui s'inquiéteraient de ma petite personne, qu'elles et qu'ils sachent que je suis bien revenu, en forme, de ce stage en Champagne !
Voici les photos du premier jour qui consistait à rejoindre l'hôtel "Bagatelle" à DIZY.

Si je ne m'abuse ça doit faire la 4ème fois que je participe aux stages de remiseS en formeS organisés par CAP MOTO en début de saison motocycliste, un stage qui, pour rappel, consiste en une première journée de balade pour se rendre à l'hôtel, une deuxième journée toute consacrée au stage proprement dit sur le circuit des Ecuyers et une troisième pour rentrer à la maison.
Il est aussi possible d'opter pour la seule journée sur circuit (avec plantage de tente sur le paddock) ou pour deux journées au lieu de trois, avec retour le soir.
Perso, comme à chaque fois, j'ai joint l'agréable à l'agréable en optant pour la formule "longue", histoire de prendre les choses à la cool, voyez ?
J'avais donc rendez-vous à 9h30 devant le Château d'Acoz (WP 8 du road-book qui démarrait de Genappe) avec Pierre alias Gull et Jean-Marc, un gars avec lequel il avait sympathisé lors de son précédent stage en août 2016 je crois.
J'étais au poste à l'heure et j'ai fait connaissance avec lui avant l'arrivée de l'ami Gull. Il m'a raconté qu'il a rencontré un problème de mise en route de sa 1200 RT ce matin-là suite à des soucis de connexions électriques : il a réparé une partie du faisceau sous la selle à cause de coupures intempestives et pensait avoir tout réglé mais apparemment la machine faisait encore quelques caprices ... Cela dit, sa monture a parfaitement fonctionné tout le reste du voyage !
Pierre est arrivé, il a avalé un croissant, m'a demandé si je voulais rouler devant et on est partis comme ça, lui derrière, Jean-Marc au milieu et moi devant.
En pièces jointes à un e-mail, il nous avait envoyé des road-books modifiés, pour l'aller ainsi que pour le retour.
Après examen du tracé originel, il a remarqué qu'à l'aller, il passait tout près de 2 sites touristiques qu'il nous proposait de visiter, qu'on s'arrête ensuite pour boire le coup sur la Place Ducale de Charleville-Mézières et qu'on termine la matinée autour du Lac de Bairon pour y casser la croûte au resto du lac, s'il était ouvert ... Ces crochets rallongeant le tracé de 24 bornes et des poussières, il avait même prévu un raccourci entre les WP 62 et 83 pour rattraper les kilomètres perdus si on le désirait : une organisation sans faille pour laquelle je le remercie chaleureusement et publiquement !!
On est donc partis pour un trajet de 324 kilomètres au total en passant par Morialmé, Florennes, Corenne, Rosée, Romerée, Gimnée, Mazée, Oignies-en-Thiérache, Fumay, Revin, (Gazzzzzzz) Deville, Sécheval (cabré) jusqu'à arriver à Charleville-Mézières où nous avons quitté le road-book pour se diriger sur la Place Ducale qui vaut le détour pour son histoire, son architecture et ... ses terrasses.
On a pris quelques photos et on s'est installés à celle du restaurant "L'Entrecôte". Pierre a pris une bonne bière pendant que Jean-Marc et moi avons préféré un grand café car si le soleil était de la partie il faisait bien froid en ce milieu de matinée, de l'ordre de 5 ou 6° tout au plus, une boisson chaude étant dès lors la bienvenue ! On s'est fait quelques confidences sur nos compagnes et nos déboires respectifs avant de reprendre la route pour un peu plus de 37 kilomètres vers Villers-Semeuse, Les Ayvelles, Flize, Chémery-sur-Bar et plutôt que de continuer sur Le Chesnes on est parti sur Stonne et sa célèbre butte par la D24 pour voir le mémorial 1940 . Pierre ne connaissait pas l'endroit mais, perso, j'y étais déjà venu à l'une ou l'autre occasion avec Henri et les copains. Depuis ma dernière visite, l'escalier qui mène au sommet de la butte a été entièrement refait "en dur", par contre la croix qui était plantée au sommet est dans un sale état et est apparemment en chantier. On y a vu deux parapentistes qui, telles des marionnettes, défiaient le froid et le vent au bout de leurs ficelles.
Sept kilomètres et demi plus loin, on s'est arrêtés au site de la Chartreuse du Mont-Dieu, un endroit que je ne connaissais pas ... si ma mémoire ne me trahit pas ! Pierre nous a avoué qu'il rêvait d'acquérir un tel endroit pour y organiser des festivals de musique qui réuniraient des milliers de motards auxquels il proposerait le camping et quelques chambres d'hôtes dans la très grande bâtisse centrale. C'est beau d'avoir encore de tels rêves ...

A ce propos, je crois que je vais en rester là pour aujourd'hui et que je vais tomber dans les bras de Josée !
A+ ?

23:45 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ecuyers 2017 |  Facebook

20/04/2017

Americas first !

trump a moto.jpgOui mais d'abord un petit lien vers le récit, fort bien torché d'ailleurs, de l'expérience d'un gars qui, comme moi, a eu la CHANCE de partager une tranche de vie avec la sympathique SUZUKI Freewind : le voici .
Cette machine mue par un monocylindre de 650 cc fort de 47 chevaux ne pesait que 162 kgs à sec et tenait le parquet comme un kart ! Un peu haute pour mes guibolles, j'avais fait remplacer les biellettes pour ramener la selle à quatre-vingts centimètres du sol, tout juste pour ma taille. Je me suis bien amusé et, en 4 ans, j'ai parcouru plus de 50.000 km avec les copains : on a été dans tous les recoins de l'Hexagone et par-delà. Fallait pas aller trop bas dans les tours mais, sauf à oublier de descendre un rapport ou deux, elle repartait comme en 40 d'un simple mouvement du poignet :-)
Un peu juste sur les grands axes et les longues courbes à perte de vue, elle était un enchantement dans les virolos et les lacets de montagne ... Pour info, FREEWIND ne veut pas dire "libre comme le vent" mais le "wind" ici est synonyme de serpenter, enrouler, voyez ? Comme la Long and WINDing road chantée par les Beatles !!
Souvenirs, souvenirs : comme cela est déjà loin ...
Après le passé lointain, le futur proche, après la France profonde, l'Amérique superficielle !
Ce week-end c'est à Austin que les cadors de la Moto GP se sont donné rendez-vous pour la 3ème manche du championnat.
Voici les horaires pour la catégorie reine :

Vendredi 21/04
FP1 : 16:55 > 17:40
FP2 : 21:05 > 21:50
Samedi 22/04
FP3 : 16:55 > 17:40
FP4 : 20:30 > 21:00
Q1 : 21:10 > 21:25
Q2 : 21:35 > 21:50

Dimanche 23/04
WUP : 16:40 > 17:00
RACE : 21:00
: les feux rouges s'éteindront et on sera partis pour 21 tours d'un circuit long de 5,5 kms aux innombrables virages (11 à gauche et 9 à droite) exigeant pour les machines comme pour les pilotes.
On s'attend bien entendu à une 5ème victoire de Marc MARQUEZ mais, qui sait ?
N'oublions pas les courses en Moto 3 et en Moto 2 à 18:00 et 19:20.
A souligner la déclaration de Johann ZARCO lors de la conférence de presse qui a quelque part regretté d'être devenu plus célèbre pour les 6 tours qu'il a menés lors du grand prix du Qatar que pour les 2 titres de champions qu'il a décroché en Moto2.
Il a ainsi rappelé l'importance de ces catégories qu'on a effectivement tendance à un peu oublier ...

21:54 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

15/04/2017

Pépites annonces ? Petites annonces !...

petites annonces.jpgOuais, mais nan, je ne cherche pas encore une remplaçante à la Tiger ...
Au hasard du site de "Moto Doc" de Limal, j'ai trouvé quelques "curiosités" telles :

- une YAMAHA TDM 900 qui afficherait 790.000 kms au compteur : Didier, tu as encore de la marge avec la tienne !

- une SUZUKI V-Strom DL 650 de ... 1959 : Henri, ta DL a encore une longue vie devant elle !

- un scooter Peugeot 50cc avec plus de 40.000 kms au compteur en - de 10 ans, de quoi faire rougir de honte pas mal de motards aventuriers qui ne tiennent pas cette moyenne annuelle !

- une SUZUKI Freweend Freewind , juste pour rappeler que ce fut ma première monture et que si vous êtes à la recherche d'une moto pour débuter ou pour vous y remettre, elle vous tend son guidon : plus polyvalente qu'une petite 300 ou 400, elle permet d'envisager les voyages au long cours également et ça, ça n'a pas de prix. C'est sans doute pour ça que le proprio n'en a pas indiqué ;-)

- une TRIUMPH Daytona 675 pour le circuit, oui !!! 2007 - 21.500 km - 4.800 € avec quelques accessoires, miam, miam !! Ouais, bon, la couleur ... un peu pâlotte certes ...mais c'est ... furtif !!

- une BMW R1200 RS qui, dixit son propriétaire, ne lui convient pas : on se demande bien pourquoi et on se dit qu'à des prix pareils, il faut absolument essayer la moto avant de signer le bon de commande !!

- une BMW 1200 GS ... toute comme celle du Claude , tiens, tiens ? Il n'a pourtant rien laissé filtrer, même pas le café, lors de notre dernière sortie, pas plus tard que dimanche dernier !

Comme François, habitué aux cachotteries, Claude est du même tonneau si je puis dire, un peu comme Diogène qui fut (ben ouais) un grand philosophe "plus cynique que Sénèque" à une époque lointaine dont même Jésus-Christ ne se souvient plus, et pour cause !!
Bon, je suis carrément remonté à la source mais rien n'a filtré non plus chez les gars de Moto Doc. Serait-ce possible alors, qu'il ne s'agisse que d'une coïncidence ? Y a quand même mon p'tit doigt qui m'a dit ...

Et puisqu'on en est aux cachotteries, je ne dirai pas qu'on a d'ores et déjà reçu les road-books pour la descente, la remontée, l'aller-retour hôtel-circuit-hôtel, pour notre sortie en Champagne et notre remise en forme sur le circuit des Ecuyers à Beuvardes. La trace passe littéralement "en bas de chez nous" et on va pour ainsi dire prendre le road-book en marche devant le Château d'Acoz ou l'Administration Communale de Gerpinnes. Pierre a eu à coeur de vérifier les tracés et, en plus de corriger quelques imprécisions, il a ajouté 2 visites culturelles et un arrêt repas de midi au Lac de Bairon.
J'attends cette sortie avec une impatience que j'vous raconte pas l'impatience !!

Cela dit, je ne devrais pas le dire non plus mais tant pis, va falloir que je me remette en forme avant cette remise en forme car, c'est pas top-top pour l'instant. Depuis plus de deux semaines maintenant, je manque de souffle, je me sens oppressé au niveau du haut de la cage thoracique, j'ai des douleurs relativement aiguës dans le bras gauche et parfois aussi dans le bras droit ... au point que je crains l'infarctus, en bon hypocondriaque que je suis.
J'ai été voir le toubib hier : il penche plutôt pour une ... allergie au pollen et à toutes ces choses qui flottent dans l'air ces derniers temps. Me voilà avec un antihistaminique qui m'assomme en soirée. Dans la foulée il m'a prescrit une visite chez le cardiologue et le pneumologue, histoire de tester ma résistance à l'effort et de faire quelques "E.F.R."
Je croise les doigts et j'espère juste que ce n'est qu'un petit creux de vague avant une belle marée haute ;-))

Allez, à votre santé !!!

Tiens, une fois n'est pas coutume, une petite blague qui concerne un cardiologue, histoire de conjurer le sort :


Enterrement d'un cardiologue:
Ça se passe au cimetière, au moment de l'inhumation d'un célèbre cardiologue.
De nombreux confrères sont présents.
Pour la circonstance, l'entrée du caveau a été ornée d'un énorme coeur de deux mètres de haut, fait avec des fleurs, et le cercueil est placé devant.
Après le sermon et les adieux, le gigantesque coeur s'entrouvre, le cercueil est placé à l'intérieur et le coeur se referme.
Tout le monde est silencieux et très triste. Soudain, l'une des personnes présentes éclate de rire.
Son voisin le réprimande d'un air sévère :
- "Chut ! Mais qu'est-ce qui vous prend de rire comme ça?"
- "Désolé.... J'imagine mon enterrement : je suis gynécologue !!!"

Bon, on se quitte là-dessus si vous voulez bien ?

17:35 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

11/04/2017

Et la motte au GP !?!

Avec toutes ces sorties caritatives et/ou amicales, on en oublierait presque ce qui se passe au sommet de la hiérarchie motocycliste, hein ?
Z'avez regardé les deux grands prix ? Bon, là, je n'évoque que la catégorie reine mais perso, autant que possible, je regarde aussi les courses en Moto 3 et Moto 2 et pas seulement parce qu'on y trouve des petits belges avec Livio LOI et Xavier SIMEON !
Pour en revenir aux champions toutes catégories, les poids lourds du deux roues motorisé, il n'est pas inintéressant de commencer par "bêtement" aligner des chiffres et des lettres.

D'abord, le classement général "Pilotes" après 2 courses :

1. Maverick VINALES : 50
2. Valentino ROSSI : 36
3. Andrea DOVIZIOSO : 20
4. Scott REDDING : 17
5. Cal CRUTCHLOW : 16
6. Jonas FOLGER : 16
7. Jack MILLER : 15
8. Marc MARQUEZ : 13
9. Alvaro BAUTISTA : 13
10. Dani PEDROSA : 11
11. Johann ZARCO : 11
12. Aleix ESPARGARO : 10
13. Danilo PETRUCCI : 9
14. Loris BAZ : 9
15. Karel ABRAHAM : 8
16. Alex RINS : 7
17. Hector BARBERA : 6
18. Jorge LORENZO : 5
19. Tito RABAT : 5
20. Pol ESPARGARO : 2
21. Bradley SMITH : 1
---
22. Andrea IANNONE
23. Sam LOWES
---
Là, déjà, on ne peut s'empêcher de rester interloqués, non ?
Quoi ? Maverick VINALES gagne les deux premiers grands prix alors qu'il débarque chez Yamaha ?!?
Re-quoi ?? Il fait mieux que son illustre équipier, neuf fois champion du monde ?!?
Hein, quoi ??? Qu'est-ce qu'il nous fait MARQUEZ, quatrième lors du 1er grand prix et par terre au quatrième tour du second ?
Et PEDRO ???? Dans les choux, pareil ! La HONDA n'a pas encore l'air au point : motricité défaillante encore ?
On va oublier LORENZO, il a tout fait pour, non ? 11ème à Sepang, la faute à la pluie, par terre au premier virage en Argentine, la faute à Jorge qui a confondu vitesse et précipitation et qui a fondu sur un IANNONE qui n'en pouvait rien, pour une fois ;-)
Et puisqu'on est sur IANNONE, qu'en dire ? A Sepang il touche la roue de MARQUEZ et finit par terre et à Rio Hondo il anticipe le départ de 2 centimètres je crois et le ride-through le pousse hors des points. Décevant : il mérite assurément mieux et quand il maîtrisera un peu plus son sujet et que les dieux de la Moto seront avec lui, il pourrait donner la leçon à certains ...
Les TECH3 vont aussi créer quelques surprises à mon avis : on se souviendra des nombreux tours qu'a menés ZARCO à Sepang et de sa consistance en Argentine, alors que FOLGER ne démérite pas. Tant que les Honda n'iront pas mieux, il y aura des podiums en vue pour les outsiders !

Quant aux "teams", voici le classement :

1. MOVISTAR YAMAHA MOTOGP : 86
2. MONSTER YAMAHA TECH 3 : 27
3. OCTO PRAMAC RACING : 26
4. DUCATI TEAM : 25
5. REPSOL HONDA TEAM : 24

6. PULL&BEAR ASPAR TEAM : 21
7. EG O.O. MARC VDS : 20
8. LCR HONDA : 16
9. REALE AVINTIA RACING : 15
10. APRILIA RACING TEAM GRESINI : 10
11. TEAM SUZUKI ECSTAR : 7
12. RED BULL KTM FACTORY : 3

Ecrasante domination des YAMAHA, factory (+ de 60 points d'avance sur le second team usine) ainsi que privées dans une moindre mesure avec des TECH 3 au taquet.
Faudrait pas encore un ou deux grands prix comme ça sinon elles auront tellement d'avance que leS championnatS seront d'ores et déjà scellés et que les autres n'auront plus qu'à lutter pour les accessits !
Bon, dans deux semaines ça se passe à AUSTIN, le fief de Marc MARQUEZ : il y en a pour dire que c'est déjà "sa dernière chance" pour recoller au championnat et espérer revenir dans la ... course au titre.
Entre nous, c'est à souhaiter, histoire de pimenter le bazar !!!

22:46 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

09/04/2017

"La Printanière" avec les copains ...

Une fois n'est pas coutume, les photos et le compte-rendu se trouvent sur mon site.
Accès à l'adresse suivante !!

23:09 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

05/04/2017

Remise en forme ...

moto toto.jpgNewsletter de Cap Moto qui mentionne que, sauf erreur de ma part, il reste quelques places disponibles !
Vous aimez le circuit mais sans vous faire peur? sans être entourés de furieux en GSX-ZX-R-SR-RRrrr mais uniquement par des moniteurs soucieux de votre sécurité et de vous apprendre les bons gestes ?
Ceci est pour vous !! et ça se passe les 23,24 et 25 avril sur le Circuit des Ecuyers en Champagne ... et qu'importe votre monture, elles sont toutes (ou presque) les bienvenues.
Surfez sur le site, téléchargez le formulaire et/ou contactez l'organisateur : il n'est peut-être pas trop tard.
Une chose est sûre : vous ne ne regretterez pas !!!

15:50 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

29/03/2017

"Offrez-moi la lune", nom de Zeus !

Comme tous ces bénévoles qui ont contribué au succès de cette belle journée, que l'on remercie chaleureusement au passage, je ne vais pas me faire payer prier pour vous livrer, gracieusement, le compte-rendu.
J'avais préparé cette sortie avec minutie bien que tout seul, jugez plutôt : cirage de bottes, nettoyage de la Tiger, choix de la tenue, complément de Super98 au retour de l'essai de la Tiger Sport, recharge du Tripy, etc.
Malgré cela, j'ai réussi à partir, petit "a", en retard pour le rendez-vous fixé chez Pierre, petit "b", sans mon portefeuille ! Décidément l'âge n'aide pas !!
Heureusement qu'à chaque fois que je quitte un endroit, je vérifie systématiquement s'il est bien là en tâtant mon blouson à l'endroit du coeur ^^ en même temps que je tâte la poche droite gauche de mon pantalon pour vérifier pareillement si mon GSM s'y trouve ! Pour ce dernier, il m'arrive toutefois et parfois de l'oublier, n'est-ce pas ?
Demi-tour gauche droite gauche, je dis bien (!) pour récupérer "mon précieux" et repartir le couteau entre les dents ;-)
DSC04484.JPGAu final, alors que je crèche à 1,5 km à vol d'oiseau du logis de Pierre, Henri, qui ne s'était pas annoncé et qui a plus de 60 bornes à effectuer pour venir, était là avant moi !!
Nous sommes donc partis à trois en suivant un road-book que mon voisin avait confectionné un ou deux jours auparavant : 21 way-points, 47,661 km en passant par Tamines, devant la concession DUCATI que j'irai visiter un de ces quatre, puis Velaine-sur-Sambre, Onoz, Mazy, les "3 B", Bossière, Beuzet, Bovesse jusqu'à arriver à Eghezée ...
J'ai eu le plaisir d'y retrouver Didier et Paul bien sûr mais aussi Noëlle, Philippe Le Grand, Bob, Virginie et Didier, Dominique, sa barbe fleurie et sa nouvelle Triumph Bonneville T120, Pascal et sa GS flambant neuve ... vieille de 11 ans, Jean-Claude et Christine qui ont troqué leur Super Téneré par une ... GS, Jean-Louis et sa K1200 mais aussi Olivier et Philippe, les deux furieux avec lesquels on s'était fendu la gueule et tirer la bourre à Beuvardes il y a deux ans je crois. Ils étaient là en bénévoles, bravo à eux. Ces deux-là sont "chauds boulettes" pour remettre le couvert aux Ecuyers cette année, l'un s'étant offert une espèce de sorte de moto de compète et l'autre ayant ajouté à sa 1200 Super Ténéré une MT09 dont il a "tout changé", notamment le train roulant, histoire qu'elle colle au parquet. Je le soupçonne même d'avoir greffé un second tri-cylindres pour nous mettre LA pâtée avec un grand "P".
Je les invite toutefois à lire et relire la présentation de l'événement sur le site de Cap Moto et, pour mettre définitivement le doigt sur le paragraphe sur lequel j'attire tout particulièrement leur attention, je n'hésite pas à le reproduire dans le texte :[...] tout en sachant que, d'aucune façon, l'esprit de compétition ne sera présent lors de cette formation.[...]. Un autre paragraphe devrait nous conforter dans cette idée qui dit qu'il suffit d'un petit rien pour se faire une grosse frayeur".
Quel faux-cul je fais !.
N'est-ce pas moi qui me plaignais dimanche auprès d'Olivier en regrettant qu'il n'y ait pas de transpondeurs sur nos motos afin de voir nos chronos et vérifier si on s'améliorait au fil des runs, hein ???
Pierre m'a offert le café. Il a confirmé qu'il faisait la boucle courte dans la mesure où il devait rentrer tôt à la maison alors que Didier, Henri et moi, nous options pour la ronde longue de 195 km. Toutefois une bonne partie des deux boucles était commune de sorte qu'on a roulé de concert un bon moment ...
On a commencé par rejoindre un premier point de rendez-vous situé à DAUSSOULX, au way-point 38, après environ 45 kilomètres qui passaient par Upigny, Aische-en-Refail, Grand-Leez, Gembloux, Isnes et Rhisnes, sur un mixte de routes parfois ... pavées de bonnes intentions, parfois étroites et en mauvais état et parfois roulantes pendant quelques hectomètres, des routes "à la Cap Moto" comme on a pris l'habitude de les appeler ;-)
A Daussoulx, on fêtait "La Journée du Motard" : il était possible de s'exercer à quelques manoeuvres lentes et autres freinages d'urgence. Si j'avais été seul peut-être y aurais-je consacré quelque temps mais, avec les potes, on a fait le tour des échoppes (j'ai acheté une pochette du fameux pilote plus tout jeune mais tout jaune, vous voyez de qui je veux parler ?), on s'est arrêté un moment à discuter avec le concessionnaire Yamaha PELLEGRINELLI de Arsimont auquel j'ai demandé si des portes-ouvertes étaient prévues et si une Tracer 700 serait à l'essai ^^, questions auxquelles il a répondu par l'affirmative mais sans pouvoir préciser ni la date ni, finalement, les modèles qui seraient disponibles : les importateurs mènent la danse et les concessionnaires suivent le pas !!
Le temps passait trop vite, midi avait sonné depuis belle burette aux clochers de toutes les paroisses.
DSC04498.JPGOn est donc repartis sur l'insistance de Didier et sur Cognelée, puis Gelbressée, Marche-les-Dames, Samson, Maizeret jusqu'à arriver à Assesse vers 13h00 où nous avons rejoint un petit groupe de motards qui avaient choisi d'investir la friterie "Al boune Franquette", une sorte de mini-Mc Do, mais en bien plus familial.
Nous avons été passer notre commande, pris nos boissons et nous sommes installés en terrasse. Henri a rejoint Dominique et un autre motard pendant que Didier et moi, partagions notre table avec Paul et Jean-Louis. On a complimenté Dominique pour l'acquisition de sa Bonneville. Il nous a quand même avoué que le confort était plutôt spartiate et qu'il en était à l'essai de la 3ème selle, la version royale, qui semblait enfin le combler d'aise ... Finalement, ces motos "néo-rétro" pêchent souvent par des suspensions trop classiques et, semble-t-il, comme de cause à effet, trop sèches. Je pense notamment à la DUCATI Scrambler qui donne du fil à retordre à un de nos amis (Didier bis ou ter ...) : il a aussi changé "x" fois de selle, il a adopté une suspension Öhlins je crois et il n'est pas encore totalement satisfait. Pour en revenir à la Bonneville, il faut souligner sa finition, bluffante et l'habileté qu'elle a à exploiter à fond les canons vintage. J'ai pour ma part essayé une T100, l'an dernier je crois, et j'ai été agréablement surpris par le plaisir qu'elle m'a procuré à son guidon : tout le contraire d'une "pousse au crime", elle n'incite qu'à la balade tranquille ...
Comme souvent, j'ai eu les yeux plus gros que le ventre : une brochette boeuf/oignons, une brochette de pilons de poulet, une ... moyenne frite et de la mayonnaise. Didier a été plus raisonnable mais il a quand même fini par m'emprunter quelques frites ;-)
On est repartis, Didier, Henri, Jean-Louis, Paul et moi en direction de Natoye, Braibant, Pessoux, Haversin, Maffe, etc. Au fil des way-points, on a été plus ou moins chacun à notre tour chef de file, la faute à une petite erreur d'interprétation des way-points et des directions à suivre. Henri d'abord, Didier ensuite et enfin moi. A un moment, alors que Didier était devant, on est arrivé à hauteur d'une magnifique ferme-château qu'il snoba. Au passage je jetai quelques regards en arrière et ne put que regretter qu'on ne s'y arrêta pas. Plus loin, je ne sais par quel hasard, je me retrouvai devant cette fois, sauf qu'Henri était déjà loin devant par contre, et lorsque nous arrivâmes à Petit-Avin, je décidai de planter ma béquille latérale dans les allées du parc du château de Hoyoux.
Nous nous y sommes arrêtés plus d'une fois déjà mais l'endroit et le château sont tellement jolis, qu'il est dommage de le traverser sans marquer ne fusse qu'une pause : les relents florentins de la bâtisse évoquent déjà les beautés de notre futur voyage en Toscane ...
Et, de fait, personne ne s'y est trompé car, petit à petit, c'est un "troupeau de motards" qui s'alignaient là, à la queue leu leu, à contempler les environs et à le mitrailler.
Didier nous a dit que c'était une bonne chose car il était probable que ce passage soit un jour fermé : le châtelain a en effet fait la demande pour que sa propriété soit contournée mais je crains que sa démarche n'aboutisse jamais. J'ai fait une recherche sommaire et suis tombé sur un article datant de 2009 à ce sujet. Il y était déjà question de ce "contournement" et on voit qu'il n'a toujours pas obtenu satisfaction, les locaux estimant qu'ils ont autant à dire sur ce lopin de terre, communale semble-t-il ...
Bon, bon, on reprend une fois encore la route, mais comme nous sommes les plus lents à la détente, c'est tout le troupeau précité qui la prend avant nous. Je reviens dessus et ... mords sur ma chique en restant sagement derrière pendant d'interminables kilomètres ;-))
Puis c'est Paul qui se prend à klaxonner frénétiquement sans que je comprenne d'abord que c'est lui qui s'impatiente et ensuite ce qu'il veut au juste. Je ralentis et serre à droite de sorte qu'il puisse se porter à ma hauteur : il se pointe et levant le bras et sortant le pouce qu'il agite vers la bouche, je comprends qu'il a grand soif .
DSC04509.JPGIl prend les devants jusqu'à ce qu'on arrive aux portes de Huy, à Ben-Ahin plus exactement, devant la brasserie "L'Elysée Beaufort" qui se vante d'offrir + de 400 bières différentes à la carte. Il n'en faut pas "plus" pour qu'on freine tous les 4 des 3 disques et qu'on range les motos dans le parking. Pendant que je fais des photos de l'endroit, comme de l'envers d'ailleurs,
mes acolytes s'installent sous la grande tonnelle dressée à l'extérieur du bâtiment.
Lorsque je les rejoins, ils sont déjà en grande conversation avec deux affriolantes sexagénaires dont l'une est déjà en train de les tutoyer, voyez ? Paul, dragueur invétéré autant qu'échevelé n'est pas en reste et n'est pas loin de proposer une place à l'arrière de sa Pan ... Il a pris une Corne du bois du Pendu, comme Jean-Louis d'ailleurs, l'un préférant la brune, l'autre la blonde, entre charentaises je parle bien des bières et pas des volubiles sexagénaires des fois que, hein, alors que Didier a pris une Kriek et moi une Léopold VII, une bière locale parait-il ...
C'est Didier qui a payé le coup. On a quitté nos donzelles à regret et on a continué notre route inexorablement.
On est revenu sur Pascal et sa GS qu'on s'est sentis obligés de suivre pour ne pas le vexer, car il est extrêmement susceptible le garçon, en tout cas, il part au quart de tour ;-)
Arrivés à Longchamps, il n'y avait plus grand monde sur la place. On a utilisé nos tickets boissons et on s'est installés sur les tables et bancs restés à l'extérieur.
Nous avons été rejoints par Chantal et Paul et avons continué à deviser au sujet de nos motos, nos voyages, l'essentiel quoi.
Puis, pour écouler le stock restant et ne pas jeter bêtement, on a eu droit à d'autres cafés, des tranches de cake, ainsi que des bics, des briquets et des dragonnes au nom de la firme TOTAL, sans doute sponsor de l'événement (?).
Il ne restait plus qu'à se séparer, chacun partant de son côté. J'ai demandé au Tripy de me ramener par les voies rapides et ce fut ... vite fait !
Il ne restait toutefois que quelques minutes pour manger sur le pouce avant de s'installer devant le poste de télévision et regarder le MotoGP au Qatar !!!!!!

PS : François y est allé aussi de son compte-rendu car il a aussi fait la balade mais la version courte et en décalage horaire par rapport au gros des troupes et, non, je ne dirai pas à qui je pense en parlant du gros des troupes ;-)

19:11 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

27/03/2017

Offrez-moi la lune, par Jupiter !!

DSC04495.JPGDroit au but pour changer, pas comme l'équipe des Diables en quelque sorte, avec les photos de cette sortie où le soleil s'est montré aussi généreux que les nombreux participants qui, modestement sans doute mais avec bon coeur, ont contribué à leur manière à poursuivre la lutte contre l'ataxie de Friedreich.
Une façon de ne pas rouler "idiot" en quelque sorte même si, à mon humble avis, on ne roule jamais idiot quand on roule à moto.
Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas écrit : il y a des idiots qui roulent en moto, c'est sûr, mais bien moins qu'en voiture. La preuve ? Vous en avez vu beaucoup des motards qui roulaient avec le GSM collé à l'oreille ou qui tapaient des SMS en roulant, vous ? Non hein ?? La preuve est donc faite !!
A suivre ...

22:55 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

25/03/2017

Oui, j'ai essayé la Tiger Sport ...

J'avais rendez-vous à 13h30 mais je suis arrivé avec une bonne dizaine de minutes de retard.
Non que j'hésita à y aller (quoi que ...) mais entre un crochet par le bureau de l'ONP et quelques courses avec ma Dulcinée, j'ai juste eu le temps de grignoter un truc pour finalement me pointer en retard malgré tout.
Pas bien d'être en retard car le planning était serré à la concession, les amateurs pour les essais se bousculant au portillon, au point qu'ils ont été obligés de refuser du monde !!
A peine franchie la porte d'entrée que je demandais s'il n'était pas possible d'essayer un truc à ma taille, genre Bobber ou Street Twin, voyez ? Car, avant de pénétrer dans le show-room, j'ai tapé un oeil à la Tiger Sport qui était rangée à l'entrée et je confirme que l'engin m'a plutôt impressionné par son Garabit gabarit (Garabit, c'est le nom d'un viaduc auvergnat dont la particularité est qu'il est peint en rose bonbon et, pour la petite histoire, ça se prononce "gare à bi" et non "gare à bites" !!).

Your attention please ! Attention !! Attenzione !!! Acthung !!!!
Pour cause de pluie, l'horaire des essais et qualifs au Qatar est modifié comme suit :
16:00 - 16:20 : Moto GP - FP
16:55 - 17:40 : Moto 2 - QP
17:55 - 18:25 : Moto GP - FP4
18:35 - 18:50 : Moto GP - Q1
19:00 - 19:15 : Moto GP - Q2
19:30 - 20:10 : Moto 3 - QP
Ce qui change est en "gras" : pour l'essentiel, les qualifications en Moto 3 ont été repoussées en fin de journée et remplacées partiellement par un "galop d'essai" de Moto GP. Cela dit, ça reste provisoire car, à l'instant, la Safety Car doit refaire un tour du circuit pour vérifier l'état de la piste afin de décider si, oui ou non, la QP peut démarrer ...

Bon, je vous ai laissés sur le Viaduc de Garabit : j'espère que vous avez eu le temps de profiter du paysage au moins ??
Et donc, non, aucune autre machine à disposition, hélas hélas hélas. Dominique me rassure pendant que Daniella prend copie de ma carte de séjour ^^ et de mon permis de conduire ... Je demande à Dominique s'il veut bien vérifier que la Tiger Sport est bien en mode "Road" plutôt qu'en mode "Sport", histoire de ne pas partir en wheeling à l'insu de mon plein gré ;-)) Pendant ce temps, je discute avec un sympathique gars qui va essayer le Bobber et je l'envie un peu.
Je me pointe ... au pied de la Tiger et lance haut la jambe gauche droite (merci T@z, je confonds souvent tribord et bâbord, mille sabords !) pour m'installer dessus.
Je ne suis certes pas un poids plume mais je ne peux m'empêcher d'être un peu surpris par la relative "mollesse" de l'accueil : la selle est accueillante et bien rembourrée alors que la suspension arrière se tasse à mon contact.
En même temps que je me demande s'il ne faudrait pas durcir le réglage, je constate que j'ai pied mais en faisant des demi-pointes. Va falloir être extrêmement vigilant lors des arrêts et des manoeuvres lentes, c'est évident.
On me donne 40 minutes (mais "Fais à ton aise, hein") et me demande gentiment de refaire l'appoint de SUPER98 au retour, ce qui me semble logique.
Sauf le problème de hauteur déjà évoqué, il me semble que les repose-pieds sont placés plus haut que sur ma Tiger et surtout, que le sélecteur de vitesses est, quant à lui, un peu trop bas, ce qui oblige à "aller le chercher" pour monter les rapports.
Bon, sans doute tout cela est-il adaptable à la morphologie ou au goût de chacun ? Si on a l'habitude, comme moi, de poser la pointe des bottes, ces repose-pieds positionnés relativement haut incitent à prendre une position active sur l'avant de la moto.
Je jette un oeil au tableau de bord et ne peux m'empêcher de le trouver un peu "cheap". Bon, à la base, il est pratiquement identique à celui de la 800 mais, autant sur la 800 il est "nu" et du coup il fait "high tech", autant sur la Sport, il est cerclé de plastique noir et semble un peu perdu au milieu du plastique justement. Perso, dans les deux cas, je trouve qu'il gagnerait à être bien plus grand pour que les infos affichées soient plus claires. Lire l'heure, et à la limite, voir sur quel rapport on est, présente ... à mes yeux ... quelques difficultés, même avec les velux varilux !

Your attention please ! Attention !! Attenzione !!! Acthung !!!!
Pour cause de conditions de piste encore dangereuses (pluies et zones encore très humides), les essais et qualifs au Qatar ont été purement et simplement annulés. La grille de départ sera fonction des temps combinés des 3 séances ...
On en reparle !!

J'enclenche la première et ça fait comme une espèce de "klong" dont ne m'a pas habitué la 800. Rien de rédhibitoire à ce stade. Je démarre sans caler heureusement sinon j'étais d'office par terre ^^, trouve ma position et règle les rétros. Premier rond-point, ça passe !
Je m'enfonce dans Marchienne-au-Pont et atteins le premier feu rouge. Je m'arrête, pose le pied gauche au sol : le pied droit n'a plus pied de l'autre côté, hé hé, et je dois bien rester concentré au redémarrage. Le poids et le centre de gravité haut perché ne m'aident pas, c'est sûr.
Le moteur est très docile, supporte les très bas régimes sans broncher et est nettement moins "siffleur" que celui de la 800. Je circule en agglomération et désespère de trouver l'ouverture pour ... euh ... ouvrir plus grand.
La suspension et la selle participent au bon confort et, même si cela peu paraître paradoxal, il me semble qu'il est meilleur que sur la 800, plus sèche et plus vive. Encore une fois, est-ce une question de réglage ou de débattement plus ample, je n'en sais rien. Reste qu'au détour d'un autre feu rouge, j'ai constaté que la fourche était réglable en compression et en détente, c'est du moins ce que laisse entendre le haut des canons avec leurs inscriptions et les + et -.
Sort-elle d'usine avec ces réglages ? J'ai le sentiment que ça gagnerait à être raffermi en tout cas.
J'arrive enfin sur un accès d'autoroute (allemande bien sûr) et, juste pour voir, je mets du gros gaz.
Pfffffiouuuuuuuu, ça pousse autrement que le 800, la boîte à air et le pot distillent des sons ... euh ... mélodieux, bougrement sympathiques et, pas le temps de dire ouf, que le compteur affiche déjà ... je vous dis pas le chiffre, je sais que des policiers lisent ce blog !!
Je reviens en agglo, pas glop, remonte jusque Gerpinnes, pars ensuite sur Acoz où je fais la pause photos devant le château et emprunte la route sinueuse qui revient sur Bouffioulx. Je pousse à nouveau un peu et, l'accélération étant ce qu'elle est, il faut freiner pareillement et là, les étriers radiaux mordent à pleine dents les platines, bien plus que les plaquettes de la 800 de sorte qu'on joue un peu au "cheval à bascule" et qu'on élargit un peu trop le virage. La Sport demande au pilote plus d'attention et d'implication que la 800, cette dernière étant plus, comment dire, naturelle, légère, de sorte qu'elle s'inscrit plus facilement dans la courbe. C'est sûrement une question d'habitude mais aussi de réglage comme déjà dit et peut-être de pneus finalement. Je n'ai pas vérifié quelle monte étrennait la Sport.
Ah oui, et sur le bout d'autoroute que j'ai emprunté (et que j'ai restitué après !) je n'ai pas trouvé que la protection de la bulle était top : malgré ma petite taille, je prenais beaucoup dans le casque. Apparemment elle est réglable manuellement et en roulant mais je n'ai pas tenté le diable, comme je n'ai pas essayé de changer de carto, ni d'activer le cruise-control par exemple : ce sont des choses qui provoquent la distraction, distraction que je voulais à tout prix éviter en ces circonstances !
Comme souhaité par Dominique, je me suis arrêté pour remettre quelques gouttes de Super98 et je suis rentré avec presqu'un quart d'heure de retard. D'autres on fait pire : le gars au Bobber qui était parti en même temps que moi est revenu avec plus d'une demi-heure de retard, de quoi inquiéter l'équipe de Performance Bike et de décaler tout l'horaire.
Un autre, qui avait essayé la Speed Triple est revenu ... sans plaque ! Il l'a perdue en cours de route : un bazar !!
Il n'en peut rien le gars, ni le concessionnaire car les motos sont prêtées "telles quelles" par l'importateur (y a qu'à voir les plaques hollandaises pour s'en convaincre). Le gars a refait ensuite le trajet en bagnole mais il n'a pas retrouvé la plaque.
Du coup, à partir de là, tous les inscrits pour la Speed ont soit dû passer leur chemin soit dû attendre la disponibilité d'un autre modèle. Il y avait 10 inscrits pour la Speed le samedi. Je ne sais pas comment Daniella a géré le truc mais, malgré sa bonne volonté évidente, elle a certainement fait quelques mécontents ...
Perso, on met le moteur de la 1050 dans la 800 et je signe tout de suite, à deux mains, c'est sûr !
Je l'ai déjà dit mais entre la Tiger 800 et l'Explorer 1200, et outre la Sport, il y a une place pour une 900 ou une 1000 de 110-115 chevaux, quitte à ce qu'elle remplace une des deux ou qu'elle soit la synthèse des deux, la première devenant "trop courte" et la seconde manifestement trop lourde ! Chez Yamaha ils l'ont compris avec la MT09-Tracer !!!
Je suis encore resté une petite heure à bavarder avec l'un ou l'autre, dont un gars qui avait roulé en hyper-sport jusque là mais qui voulait "se ranger des voitures" (?) au point que le Bobber le tentait (!). J'ai ensuite pris quelques photos et j'ai repris la route à bord de ma "bonne vieille" 800.
Vous savez quoi ?
Je ne l'échangerais contre rien à cette heure.
Et puis, quand on prend la peine de la pousser dans les tours, elle a pas mal de ressource aussi la tigresse, c'est pour ça que j'aime à l'emmener de temps en temps sur circuit, histoire de la faire respirer à pleins poumons !!
Bon, reste plus qu'à essayer une GS, une Multistrada 950 et une Tracer 700 pour faire le tour de la question.

A l'autre question que vous vous posez tous sans oser me le demander, voici la grille de départ du 1er Moto GP de la saison :

1-3 : VINALES - IANNONE - MARQUEZ
4-6 : ZARCO - DOVIZIOSO - REDDING
7-9 : PEDROSA - FOLGER - CRUTCHLOW
10-12 : ROSSI - PETRUCCI - LORENZO
13-15 : BAUTISTA - BAZ - A. ESPARGARO
16-18 : MILLER - ABRAHAM - RINS
19-21 : RABAT - BARBERA - LOWES
22-23 : P. ESPARGARO - SMITH

Il y a des dépassements dans l'air !!
A cette heure (d'hiver), les horaires sont inchangés : wet and sea !!

16:08 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook

24/03/2017

J'ai essayé la Tiger Sport ...

2017-03-24 14.37.14.jpg

3 cylindres (of course !!!), 126 chevaux, 10.6 daN.m de couple, 235 kgs en ordre de marche, 83 cm de hauteur de selle.
Ride-by-wire, 3 cartographies (Rain, Road, Sport), contrôle de motricité, régulateur de vitesse, poignées chauffantes, protège-mains, bulle réglable manuellement, étriers radiaux Nissin à 4 pistons, etc.
Des données qui en imposent surtout les 235 kgs et les 83 cm qui laissent augurer d'une prise en main ... compliquée pour un nabot, n'est-ce pas Pierre ??
J'avoue que j'ai failli renoncer à l'essai ...
A suivre !!

23:52 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Essais libres ...

Pour la FP1 en Moto GP, je vous ai déjà donné le classement.
Afin de coller à l'actu autant poursuivre avec les FP2 et FP3 courues aujourd'hui, non ?

Pour la FP2, on a :

1. REDDING (1.55.085) - 2. DOVIZIOSO - 3. FOLGER
REDDING ? Elle est red celle-là !
4. ZARCO - 5. VINALES - 6. ROSSI
Les TECH ne sont pas en grève, c'est pas comme à Charleroi, trop souvent !
7. BAUTISTA - 8. LORENZO - 9. MARQUEZ
Les 3 cadors de l'an dernier cherchent leur voie
10. A.ESPARGARO - 11. PETRUCCI - 12. CRUTCHLOW
13. MILLER - 14. ABRAHAM - 15. IANNONE
Certains s'inquiètent des "performances" en yo-yo d'Andrea, mais on verra qu'ils ont tort ...
16. RINS - 17. RABAT - 18. BAZ
RINS confirme(rait) les contre-performances de la Suzuki ? BAZ est rentré dans le rang
19. PEDROSA - 20. BARBERA - 21. P. ESPARGARO
Que fait PEDRO là ? J'avoue que je n'ai pas lu le compte-rendu. J'irai voir si j'y suis, promis !
22. LOWES - 23. SMITH (+2.935)
Les KTM ne quittent pas la queue du peloton mais le team débute, il faut leur laisser le temps.

Et pour ce qui et de la FP3, ça donne ceci :

1. VINALES (1.54.834) - 2. IANNONE - 3. ZARCO
Quand on vous le disait qu'il ne fallait pas s'inquiéter pour "The Maniac" !!
4. DOVIZIOSO - 5. PEDROSA - 6. CRUTCHLOW
7. MARQUEZ - 8. PETRUCCI - 9. LORENZO
10. A. ESPARGARO - 11. BAUTISTA - 12. FOLGER
13. ROSSI - 14. ABRAHAM - 15. RINS
L'est pas superstitieux le Valentino ? ça ne doit pas l'aider !
16. RABAT - 17. REDDING - 18. MILLER
19. LOWES - 20. BAZ - 21. BARBERA
22. P. ESPARGARO - 23. SMITH (+2.820)

Bon, on voit que ça "yoyotte" grave pour certains pilotes : 1er tout à l'heure, 17ème maintenant, 15ème tout à l'heure, 2ème maintenant, des HRC en 19ème position, des champions du monde qui naviguent entre les 6ème et 10ème place, bien malin sera celui qui donnera le tiercé dans l'ordre pour la première course de la saison car les outsiders sont nombreux et c'est très bien comme ça !!!

Pendant que certains s'essayent sur circuit, d'autres testent sur route !
Hein ?
A suivre ...

23:00 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

23/03/2017

Qatar, les horaires ...

JEUDI, essais libres

16:00 - 16:40 : Moto 3 - FP1
16:55 - 17:40 : Moto 2 - FP1
17:55 - 18:40 : Moto GP - FP1 : c'est ... maintenant !!!

18:55 - 19:35 : Moto 3 - FP2
19:50 - 20:35 : Moto 2 - FP2

VENDREDI, essais libres

16:00 - 16:45 : Moto GP - FP2

17:00 - 17:40 : Moto 3 - FP3
17:55 - 18:40 : Moto 2 - FP3
18:55 - 19:40 : Moto GP - FP3

SAMEDI, qualifications

16:00 - 16:40 : Moto 3 - QP
16:55 - 17:40 : Moto 2 - QP

17:55 - 18:25 : Moto GP - FP4
18:35 - 18:50 : Moto GP - Q1
19:00 - 19:15 : Moto GP - Q2

DIMANCHE, warm up et courses

14:50 - 15:10 : Moto 3 - WUP
15:25 - 15:45 : Moto 2 - WUP
16:00 - 16:20 : Moto GP - WUP

17:00 - Moto 3 - Race
18:20 - Moto 2 - Race
20:00 - Moto GP - Race

Voilà, vous n'aurez plus d'excuses si vous manquez l'E-V-E-N-E-M-E-N-T !!!

Pour le même prix, et uniquement parce que c'est vous, voici les résultats de cette "FP1" :


1. Vinales 1.54.316 - 2.Marquez + 0.596 - 3. Pedrosa + 0.894
4. Folger + 1.271 - 5. Lorenzo + 1.291 - 6. Baz + 1.308
7. Crutchlow + 1.323 - 8. Zarco +1.476 - 9. Rossi + 1.483
10. A. Espargaro + 1.556 - 11. Dovizioso + 1.557 - 12. Redding + 1.684
13. Iannone + 1.711 - 14. Bautista + 1.812 - 15. Abraham + 2.083
16. Petrucci + 2.103 - 17. Miller + 2.137 - 18. Rins + 2.186
19. Rabat + 2.409 - 20. Barbera + 2.409 - 21. P. Espargaro + 3.314
22. Lowes + 3.571 - 23. Smith + 3.798

"Maverick, verick fast" a mis un boulevard à tout le monde dès l'entame des essais libres.
Son temps de 1.54.316 est déjà meilleur que la pole qu'avait obtenue LORENZO l'an dernier avec 1.54.543.
En FP1, le même LORENZO avait réalisé 1.55.440 soit 1.124 sec de plus.
Cette année il y a des records qui vont tomber, c'est sûr !! Pour être champion du monde il faudra sortir le grand jeu !!
Plutôt qu'une domination sans partage espérons un partage sans domination ^^

A noter que la pluie pourrait à nouveau venir jouer les trouble-fêtes comme le souligne l'article de Moto-Station.

17:57 Écrit par Alberto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook